Gazette des Ardennes: journal des pays occupés — November 1914 - Dezember 1915

Seite: 1
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/feldztggazarden1914bis1915/0001
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
S Centimes le Namépo.

N* 1.

Rethel, le 1" Novembre 1914.

GAZETTE DES ARDEHNES

AUX POPULATIONS

Le désir souvent exprimé, à juste titre, par les populations des départements occupés par l'armée allemande, de
connaître des nouvelles de l'extérieur, a. seul, guidé la création de ce journal.

Par suite du départ regrettable et que rien ne justifiait, au début des hostilités, de certaines personnes capables
d'y apporter leur collaboration et de nous aider dans notre tache, nous avions dû, jusqu'alors, différer à sa publication

Aujourd'hui, les obstacles sérieux paraissent écartés et nous nous décidons à faire paraître ce premier numéro.

Pour faciliter la diffusion du journal jusqu'aux limites les plus reculées, nous espérons pouvoir compter sur les
autorités militaires et sur la bonne volonté du public. ,

Les nouvelles de la guerre, qui paraîtront dans ces colonnes, seront extraites des dépêches officielles du Bureau
Wolff, du Grand Quartier général allemand, qui peuvent être considérées comme absolument exactes et dignes de foi

En dehors de ces dépêches, le journal reproduira des extraits des journaux allemands, français et anglais les plus
récents. Nous puiserons aussi des renseignements dans des publications de pays neutres, tels que la Suisse et la Hollande.

La Gazette des Arde.nnes s'abstiendra rigoureusement d'insérer toute fausse nouvelle, comme il s'en colporte trop
fréquemment et dont certains journaux sont si souvent remplis.

Il faut, avant tout, éviter la guerre de plume qui. par certains côtés est plus perfide qu'une bataille rangée où les
ennemis en présence se défendent homme contre homme selon les lois de la guerre et les traditions des nations

Pendant que les uns peuvent prouver la vérité de leurs nouvelles par des faits dont ils- ont été les témoins oculaires,
il n'en esf pas de même de certains organisateurs de cette lutte gigantesque qui, se sentant à l'abri, après avoir confié la plus
lourde tâche à leurs allies et à leurs troupes vassalles de l'Asie et de l'Afrique, lancent des fausses nouvelles que le public
croit volontiers mais contre lesquelles il est bon de le mettre en garde

Nous donnerons la relation de faits précis, non de faits imaginaires, car s'il est humain de croire ce que l'on espère, il
est nécessaire de dégager la vérité quelle qu'elle soit.

Le but unique de ce journal est donc de faire connaître les événements dans toute leur sincérité et nous espérons
par là faire œuvre utile.

Grand Quartier général, le *;> octobre 1911, matin.

Au 5* uctobre. le canal Yser-Ypres a été traversé par de forts
détachements entre Nieuport et Dixmude après des combat* achar-
nés. A l'est et au nord-est d'Ypres l'ennemi s'est renforcé ; pourtant
nos troupes ont réussi a avancer en plusieurs endroits. Environ
500 anglais, dont un colonel et H olhoiers ont été faits prisonniers.

Dans l'est, nos troupes ont repris l'offensive contre Augustow.

Aui environs d'Iwangnrod, nos soldats se battent de concert
avec les Autrichiens, ils firent l.suO prisonniers.

Grand Quartier général, le 2li octobre 1911, matin.

A l'ouest du canal d'Yiter entre Nieuport et Dixmude, places qui
sont encore dans les mains de 1 ennemi, nos troupes ont continué
leur attaque contre l'ennemi qui se défend avec acharnement. L'es-
cadre anglaise, ayant pris part dans le combat, a été obligée de se
retirer. Trois navires étaient sérieusement avariés. L'escadre dis-
paraît pendant I après-midi en dehors de l'horizon.

Près d'Ypres, le combat s'est arrêté. Au sud-ouestdTpres, ainsi
qu'à l'ouest et au sud-ouest de Liile. nos troupes font de bons pro-
grès Dans un combat acharné dans les habitations, les Anglais
subirent des pertes considérables et laissèrent plus de 500 prison-
niers dans nos mains.

Au nord d'Arras, une violente attaque se brisa contre notre feu.
L'ennemi avait des pertes considérables.

Sur le théâtre de la guerre a l'ouest, notre offensive contre
Augustow avance.

Près hvangorod le combat se fait favorablement. Un résultat
appréciable ne, s'est pas encore produit.

Grand Quartier général, le 27 octobre 1914, malin.

Les combats près du canal Yser-Ypres, aux environs d'Ypres et
au sud-ouest de Lille, continuent avec le même acharnement. Les
troupes allemandes ont fait des progrès hier.

Sur les autres parties du front il n'y a aucun événement impor-
tant à signaler.

Dans l'ouest d'Augustow l'attaque des Allemands avance lente-
ment.

Au sud-ouest de Varsovie toutes les attaques des forces russes,
quoique très fortes, ont été repoussées.

Au nord-est d'Iwangorod de nouveau* corps russes ont franchi le
Weichsel.

Grand Quartier général, le 28 octobre 191*, matin.
Les combats près de Nieuport-Dixmude durent encore. Les
Belges reçoivent des renforts importants ; nos attaques continuent
Seize navires anglais prennent part au combat cantre notre aile
droite ; leur feu est sans effet.

Près d'Ypres, la position du 21 n'a pas changé : à l'ouest de
Lille, notre attaque continue avec succès.

Dans la forêt de l'Argonne, plusieurs tranchées de l'ennemi ont
été prises : les occupants ont été faits prisonniers. A part cela, sur
le front ouest, rien de saillant à signaler.

En Pologne, les troupes austro-allemandes ont été obligées de se
garer devant les nouvelles forces russes qui s'avançaient d'hvau-
gorod-Varsovie et Nowo 'leorgiewsk. Jusque-là, toutes les attaques
russes avaient été repoussées dans des combats de plusieurs jours.
Les Russes ne nous suivirent pas d'abord ; nous réussîmes à uous
défaire de l'ennemi sans difficultés.

Nos troupes prennent de nouvelles positions.

Sur le théâtre de la guerre, au nord-ouest, pas de changements
importants à signaler.

Grand Quartier général, le 29 octobre 1914, malin.

Notre attaque au sud de Nieuport gagne lentement du terrain.

Près d'Ypres, le combat reste sans changement.

Dans l'ouest de Lille, nos troupes font de bons progrès. Plusieurs
positions fortifiées ont été enlevées, lli olliciers anglais, plus de
300 hommes et 4 canons onlété pris. Les contre-attaques anglaises
et françaises ont pu être repoussées partout.

Une batterie française, mise en position devant la cathédrale de
Reims, avec un poste d'observation sur ia tour même, a dû être
détruite par le feu de notre artillerie.

Dans la forêt de l'Argonne, l'ennemi a été forcé de quitter plu-
sieurs fossés, quelques mitrailleuses ont été prises.

Au sud-ouest de Verdun une violente attaque français.." fut
repoussée Dans la contre-attaque. les troupes allemandes percèrent
jusqu'à l'intérieur de la position|générale dont ils prirent possessfou.
Les pertes ennemies furent considérables.

Dans l'Est de la Moselle, toutes les entreprises, quoique peu
importantes, furent repoussées.

Sur le théâtre de la guerre nord-ouest, nos troupes continuent â
avancer. Pendant les trois dernières semaines. i:i,500 Russes ont
été faits prisonniers, 30 canons et 3v> mitrailleuses furent également
pris.

Grand Quartier général, :iO octobre 191*. matin.

Nos attaques au sud de Nieuport et à l'est d'Ypres se sont con-
tinuées avec succès.

8 mitrailleuses furent prises. ^00 Anglais faits prisonniers.

Dans la forêt d'Argonne. nos troupes prirent plusieurs fortins
de madriers et des points d'appui

Au nord ouest de Verdun, l'ennemi attaque sans succès.

Aui autres parties de l'ouest et sur le théâtre de la guerre dans
l'Est, la situation reste sans changement.
loading ...