Gazette des Ardennes: journal des pays occupés — November 1914 - Dezember 1915

Page: 40
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/feldztggazarden1914bis1915/0040
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
BULLETINS OFFICIELS

Grand Quartier général, 26 décembre 1914, avant midi.

Les attaques des Français et des Anglais, près de Nieuport,
dans la nuit du 24 au 26, ont été repoussées

Le résultat des récents combats livrés à Festubert aux troupes
anglaises et hindoues, n'a pu être établi qu'aujou.d'bui : il) officiers et
819 soldats anglais et, de couleur ont été faits prisonniers; noua
avons, en outre, pris 11 mitrailleuses. 12lance-mines, des phares et
d'autre matériel de guerre. L'ennemi a laissé HMO morts sur le
champ de bataille. Un armistice demandé par les Anglais, pour
enterrer leurs morts, a été consenti. Nos pertes sont comparative-
ment bien minimes.

Au cours de combats de moindre importance dans la région de
Lihons. au sud-ouest d'Amiens, et à Tracy-le-Vul, au nord-ouest de
Compiègne, nous avons fait 200 prisonniers

Dans les Vosges, au sud de Diedolshausen, et dans la Haute-
Alsace, à l'ouest de Sennheiui. de même qu'au sud-ouest d'Altkîrch.
il y a eu hier quelques petits combats. La situation n'a pas subi ici
de changement.

Dans l'aprés-midi du .'0 décembre, un avion francs a jeté neuf
bombes sur le village d'Inor. quoique dans cet endroit il n y ait que
des ambulances, très faciles à reconnaître par les aviateurs. Les
dégâts sont peu importants.

fSo réponse a ce fait, et à celui récent du bombardement de
Fribourg en Bris^au, située loin en dehors du champ des opéra-
tions, quelques bombes, de calibre moyen ont été jetées par nous
ce matin dans les villages des environs de Nancy.

Dans l'Est, les attaques russes contre Luetzen ont été repoussées :
1,000 prisonniers sont restés entre nos mains.

En Pologne septentrionale, au nord de la Vistule, nos attaques
pr jgressent dans le secteur de la Bzura. Sur la rive droite de la
Pilica et au sud-est de Tomaszow, notre offensive a été couronnée
de succès. Plus au sud. la situation reste stationnaîre.

Berlin. 37 décembre 19u (officiel).

Le 27 décembre, de médiocres forces anglaises ont fait une sortie
dans la baie de Wilhelmshaven. Des hydroplanes ont survolé les
embouchures de nos fleuves et jeté des bombes sur nos navires a
l'ancre, mais sans les atteindre ni causer de dégâts En butte à
notre feu. ces hydroplanes se sont retirés vers l'ouest.

Nos .aviateurs ayant entrepris alors un vol de reconnaissance,
ont atteint de leurs bombes deux contre-torpilleurs anglais et un
vapeur qui les accompagnait. Sur ce vapeur on a constaté un incen-
die. Le brouillard qui s'est levé a empêché d'autres combats.

Berlin, 28 décembre 1914 (officiel).

La presse française fait remarquer que les munitions par l'artil-
lerie allemande n'ont qu'un effet médiocre et que souvent des pro-
jectiles n'éclatent pas Le fait est absolument exact, mais il y a lieu
de dire qu'il ne s'agit pas en ce cas de munitions allemandes, mais
bien de munitions f-ançaises et belges prises comme butin. Nous
en connaissons parfaitement l'infériorité, mais comme il s'agit de
stocks très considérables que nous avons décidé de détruire d'une
manière ou d'une autre, nous avons jugé bon de le faire en nous en
servant contre nos ennemis.

Grand Quartier général, le 58 décembre 1914.

Près de Nieuport, l'ennemi a renouvelé ses essais d'attaques
sans aucun succès. Il était appuyé par le feu des navires en mer,
lequel n'a causé aucun dommage matériel, mais a tué et blessé
quelques habitants de Westende.

Une attaque de l'ennemi contre la ferme Saint-Georges — qu'il
dit dans ses communiqués officiels être entre ses mains — a éga-
lement échoué.

Au sud d'Ypres. uous avons pris une tranchée et fait, à cette
occasion, quelques douzaines de prisonniers.

De vives attaques réitérées de l'ennemi dans la région au nord-
ouest d'Arra.s ont été repoussées

Au sud-est de Verdun, l'ennemi a renouvelé ses attaques, mais
également sans succès. Il en a été de même de la tentative qu'il a
faite pour reconquérir la hauteur à l'ouest de Seniiheim pour
laquelle on s'était battu hier

Dans la Prusse orientale et en Pologne, au nord de la Vistule,
rien de nouveau à signaler.

Sur la rive gauche de la Vistule, nos attaques continuent malgré
le temps très défavorable.

Berlin, 2H décembre.

Le communiqué officiel de l'Amirauté anglaise, relatif à l'attaque
de la cote allemande de la mer du Nord, dit :

i Trois de nos aviateurs sont revenus en bateaux-plongeurs,
leurs hydro-aéroplanes ayant été coulés. Un autre manque à l'appel.
Son appareil a été vu à IS kilomètres de Iléligoland à l'état d'épave.

Grand Quartier Rimerai, 211 décembre 19)4, avant midi.

Rien de spécial n'est arrivé hier dans les Flandres Des bateaux
anglais se sont montrés ce matin.

Au nord-est d'Albert, l'ennemi a lait une tentative inutile pour
avancer vers La Doisselle, qui fut suivie ce matin par une contre-
attaque victorieuse pour nos troupes.

Des attaques françaises à Meurissons (Argonne) et. au sud-est de
Verdun se sont écroulées sous notre feu.

Dans l'Alsace supérieure, les Français ont attaqué nos positions
à l'est de la ligne Thann-Dammerkirch. Les positions furent

repoussées. Les François se sont emparés, aux premières heures
de la nuit, d'une hauteur importante a l'est de Thann. Ils lurent
cependant repoussés par une contre-attaque énergique.
Cette hauteur restait entre nos mains.

Il n'y a pas de changement en Prusse orientale et occidentale.
Nos attaques au secteur lîzura-Rawka, en Pologne, avancent
lentement.

• Nous continuons victorieusement notre offensive au sud-est de
Tomaszow . Des attaques russes dans la direction de Inow-Lodz
furent repoussées avec de grandes pertes pour les Russes.

Grand Quartier général, 29 décembre 1914, avant midi
Sur le théâtre de la guerre à l'Ouest, près de Nieuport et au sud-
est d'Ypres, nous avons gagné du terrain par des combats moins
importants.

Plusieurs fortes attaques françaises, au nord-ouest de Sainte-
Menehould, furent repoussées avec de graves pertes pour les
Français. Nous y fîmes environ 1(10 prisonniers.

Par une poussée en avant à Rois-Brùlé. à l'ouest d'Apremont,
nous avons pu prendre 3 mitrailleuses et enlever une tranchée
française

Des attaques françaises, à l'ouest de Sennheiin. furent repoussées.

Sur le théâtre de la guerre à l'Est, en Prusse orientale et en
Pologne, du côté droit de la Vistule, la situation reste stationnaire.

Au secteur Bzura-Rawka. nos attaques ont progressé.

Dans la région du sud d'Inovvlodz, de fortes attaques russes
furent repoussées.

Grand Quartitr général, 39 décembre 1914.

Sur le théâtre de la guerre à l'ouest, il y a encore des combats
pour gagner la ferme de Saint-Georges, au sud-est de Nieuport,
ferme que uous avons été obligés d'évacuer par suite d'une attaque
imprévue. Des tempêtes et des pluies torrentielles causèrent des
dégâts dans les deux positions en Flandre et au nord de la France.
Sur le reste du front, en général, la journée resta calme.

Sur le théâtre de la guerre à l'est, en Prusse orientale, la cava-
lerie russe fut refoulée jusqu'à Pillkallen. Eu Pologne, du côté
droit de la Vistule, la situation reste inchangée. Sur la rive ouest
de la Vistule, l'offensive est continuée à l'est du secteur B/.ura. Sur
le reste du Iront, les combats près et à l'est du secteur Rawka,
ainsi que près d Inowlodz et au sud ouest continuent. D'après des
communications étrangères, on pourrait croire que Lowicz et
Skierniewice ne seraient pas dans nos mains ; ces places ont été
prises depuis plus de 6 jours par nous. Skierniewice est loin der-
rière notre front.

Grand Quartier général, 31 décembre 1914.
Sur le théâtre de la guerre à l'ouest, à la la côte en général, le
calme régna. L'ennemi dirigea son feu d'artillerie sur Westende-les-
Bains, il détruisit une partie des maisons sans causer de dégâts.
Dans la ferme Alger-Auberge, au sud-est de Reims, que nous avons
fait sauter, une compagnie française entière fut anéantie. De fortes
attaques françaises, au nord du camp de Châlons, furent repoussées
partout.

Dans la partie ouest des Argonnes, nos troupes, en enlevant
plusieurs tranchées situées l'une derrière l'autre et en faisant
prisonniers plus de 2"j0 Français, gagnèrent un terrain considérable.
Dans la région de Flirey, au nord de Toul, des attaques françaises
ne réussirent pas. En Haute-Alsace, a l'ouest de Seniiheim. toutes
les attaques françaises s'échouèrent devant notre feu. Par un
bombardement systématique, les Français mirent en ruines tontes les
maisons du village de Steinbach, occupé par uous. Nos pertes,
cepeudant, sont insignitiantes.

Sur le théâtre de la guerre à l'Est, la situation en Prusse orien-
tale, au nord de la Vistule, reste stationnaire.

Près et à l'est de la Bzura, les combats continuent ; dans la ré-
gion de llawa. notre offensive a progressé. Sur la rive est de la
Pilica, la situation est inchangée.

Grand Quartier général, le SI décembre, avant midi.

Nos troupes combattant en Pologne ont fait plus de 56,000 pri-
sonniers et ont pris beaucoup de canons et de mitrailleuses à la
poursuite de l'ennemi, après les combats de Loilz et de Lowicz.

Le butin total de noire oflensive, commencée le II novembre,
s'élève donc maintenant a 136,600 prisonniers, plus de IU0 canons
et plus de M) mitrailleuses

Grand Quartier général, 31 décembre IW*.

Le chiffre total des prisonniers de guerre se trouvant internés
en Allemagne a la fin de l'année (sans compter les prisonniers
civilsi se montent à 8, 138 officiers, yi8,87."i soldats.

Dans ce nombre, une partie des prisonniers faits a la poursuite,
dans la Pologne russe, n'y est pas comptée ni tous les prisonniers
se trouvant actuellement transportés.

Le chiflre total se compose comme suit :

Français .... 3.45'J officiers, dont 7 généraux. 15-soldats.

Russes...... U.575 officiers, dont 18 généraux. :J0i>.29i soldats.

Belges...... fil? officiers, dont :i généraux, Jti.85-2 soldats.

Anglais ... M) officier», ■ 18.824 soldats.

La nouvelle répandue, via Copenhague et provenant à ce qu'on
dit, du Ministre de la guerre russe, qu'il y aurait en Russie, 1,110
officiers et i:i l,700 hommes comme prisonniers de guerre allemands,
est fausse. Les Russes comptent dans leur effectif total tous les
prisonniers civils, retenus et internés an commencement de la
guerre.

Les prisonniers de guerre sont estimés, tout au plus, à lô °/„ du
nombre indiqué ; il est à remarquer encore, qu'une grande partie de
ces prisonniers est tombée entre les mains des Russes étant blessés.
loading ...