Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
29 Mars 1916

qu»n<ï ion npparcd piqua d'une hauteur do cinq cents meires et
vint si'cr use sur le sol- L'iiiforluiiô fut lué iur le coup.

Lo sous-hculcnant Dalussc, engagé au début do II guerre,
n'Était tpt$ depuis peu a 1 tcolo. Il avait fait In campagne dei
Dardanelles et ûtait titulaire do pkjsieurs citations

Un aviateur évoluait au-dessus du Cliamp-dc-Mars, a Lunéwlle,
quand t«ul Q coup, lo moteui cesea de fonctionner.

Lapi'. .'il qui se trouwit alors u plusieurs centimes de attires
do liauli ni, piqua du nc? et tomba sur une haie.

On s'empressa au secours du pilote, lo lieutenant do Solmon
do Loir.i), qui Tut transporte, a l'hôpital, où il suceoniha quelques
heures après

Cet ofllcier aviateur el.nt chevalier de la Légion d honneur cl
décore de la croix d* guerre.

NOUVELLES DIVERSES'

LES PUPILLES DE LA NATION.

Une îles questions les plus gia\es qui ae pose en'France,
'dès aujomd'hui, est celle des orpholins de guerre, c'est-à-
dire des enfants dont le père est mort pour la patrie. Un
proje* de loi vient d'elrc soumis au Parlement, .stipulant
que n la nation assume la protection des enfants mineurs
dont le [ktg ou le soulien do famille a été victime dans sa
personne de la guerre do 1914 ». Voilà ie texte de l'article
premier.

Et pir victime, d après l'article 3, nous entendons
« toute personne qui aura été tuée par l'ennemi, ou bien
aura subi, par suite de blessures ou do maladies contrac-
tées ou aggravées par les fait de guerre, une diminution
totale ou partielle de sa capacité de travail ».

Mais aussitôt une outre question s'est posée ; l'Etat,
représente par lei préfets, Va-t-li devenir le tuteur de ces
enfants, c'est-à-dire le n maître absolu ■ de leur éducation
morale ? Aussitôt posée, cette question a déchaîné une po-
lémique \ iolente qui a abouti à un contre-projet soutenu uu
Sénat par M. Monis. Au cours de cette discussion, M. Vi-
vian i; garde des sceaux, a précisé ainsi le point det vue du
gouvernement et de la commission :

■ Afin d'éviter tout malentendu, û est nécessaire da déclarer
que l'enfoui adopté par la nation ne pourra réclamer éycnluclle-
rbent pendant toute sa vio une pension alimentaire de l'EtaL

a II faut également spécifier que l'cnfiial adopté par la nation
pourra rester dans sa famille naturelle, au contraire des orphelin*
des généraux, officiers cl soldats adoptés par Napoléon.

« Enfin, il faut dire quo l'Etat ne déterminera pas par vois
d'autorité le mode d'éducation que recevront les pupilles de la
Dation. ■

ParlanL do ce projet de loi, M, Barris donne dans
1' n Echo de Paris » du a3 mars un chiffre qui a son inté-
rêt. Il écrit :

« Vous savez l'importance sociale de celte loi 1 Dans la
dernière séance, le garde des sceaux a dit qu'elle concer-
nait déjà un million quatre cent mille enfants. »

Dans un pays où les familles ayant plusieurs enfants
■ont relativement rares, ce chiffre de 1 million yoo.ooo or-
phelins de guerre n'apnnratt-il pas pariiculicTcment élo-
quent et tragique ?

La légende de V a Anglais martyr ».

L'illustré anglais 11 Graphie » du 19 février publiait, sous
la titre sensationnel « Délivré ! », un dessin d un certain
Jicque* Touchet, représentant un prisonnier anglais qui
agirait succombé, au camp de prisonniers de Gustrow (Mcck-
lenburg) à la peine dite n du poteau». Touchet prétend

GAZEXTE DE

avoir été témoin du supplice qu'il a représenté. Or nous ap-
prenons de source autorisée qu'un fait pareil ou semblable
ne s'est jamais produit au camp de Gustrow.

Le h Graphie » rapportait en outre d'autres ta* de prison-
niers anglais soi-disant malmené**, voire môme d'un Anglais
tué à coup de baïonnette pour avoir fumé sans permis-
sion. (!)

Le « tïmes n lui-même (6 mars) se voit obligé de publier
le démenti suivant : Un membre-de l'ambassade américaine
à Berlin s'est formé, giàcc à de nombreuses conversations
non contrôlées avec un grand nombre de prisonniers et de
muladcs du camp de Gusliow, la Cfmvii lïori que paMfll faits
110 se sont jamais pnsiiê1» ici.

Voila donc un cas, où la presse anglaise a dû elle-même
rectifier une de ces ignobles légendes de prétendues « atro-
cités », qu'on ne ces^c de publier en y joignant des n preuves
documentaires » du genre du dessin de M. Touche! I

Des incidents au sujet du pain.

On mande do Partners aux journaux parisiens :
Les boulangers non mobilisés ne pouvant, faute de per-
sonnel suffisant, satisfaire aux besoins de In consommation
publique, des incidents se sont produits. Les habitants du
faubourg ont fait le siège d'une boulangerie ; des cris, des
menaces ont été proférés, et la police a dû intervenir énergi-
quement, afin de disperser les manifestants et proléger
l'immeuble menacé.

Une nouvelle grève en perspective au paya de Galles

On mande de Caidiff qu'une nouvelle grève générale
menace l'industrie houillère du sud du Pays de Galles, par
suite d'un conflit concernant la question de l'équipe des
mineurs de nuit du dimanche.

Le Conseil exécutif do la Fédération des mineurs a décidé,
mardi, de recommander à tous les syndicats d'examiner la
question do donner un préavis de quatorze jours dénonçant
tous les contrats, en vue d'obtenir le règlement du litige.

L'OPINION D'UN DEPUTE ITALIEN.

Un député socialiste officiel, c'est-à-dire uniCé, opposé
à la guerre et au minislrère, le député Lueci, de Napîes, a
eu un accès de franchise qui met en rage lo « Temps ».

Pensez donc I «Au cours deja discussion politico-écono-
mique, il s'est mis à faire l'éloge de l'Allemagne, la dressant
en pUine Chambre, comme une sorte d epouvantail et adju-
rant le gouvernement el le peuple italiens de ne pas faire la
guerre s l'empire allemand.

« Après avoir parlé, au milieu de murmures qui allaient
croissant sans cesse, de l'organisation formidable qu'il serait
imprudent d'affronter, il a fini par dire que sculo l'Angle-
terre avait rompriB quelle sorte de lulto il fallait soutenir
contre l'Allemagne, la lutte sur le terrain économique,
attendu que sur le terrain militaire elle était invincible. »

La n Victoire » et le « Journal s saisis en Suisse.

La censure suisse a fait saisir deux journaux parisiens :
la « Vicioire », le journal de Gustave Hervé, et le a Jour-
nal u, de Charles Humbert, qui avait publié des dessins
jugés incompatibles avec la neutralité suisse.

Trente déserteurs italiens arrêtés à Marseille.

Marseille, 2* mars.
A la suite de l'accord qui vient d'intervenir entre le gou-
vernement français et lo gouvernement italien, le service de
la sûreté de Marseille a commencé la chasse aux déserteurs
et insoumis italiens résidant à Marseille.

Celte première journée a été fructueuse. Elle a permis
l'arrestnlion de trente sujets italiens qui ne s'étaient pas
soumis aux obligations de la mobtlisirtion.

S ARDENNES

Explosion dans une usine de pyrotechnie.

Une explosion s'csL produit*, à l'usine do pyrotechnie à
Valcncc-sur-RhÔno. On a, à déplorer un mort en uno dizaine
de blessés. Parmi les blessés sont trois femmes, dont une
gravement atteinte.

Les autorités se sont transportées sur les lieux et procè-
dent à une enquête. Les causes de l'explosion restent encore
inconnues.

P.-L.-M.

On vient de ineltre en exploitation une nouvelle ligne de
chemin de 1er de Miiarnus à Marseille. Tandis que l'ancienne
ligne principale traveisait la Chaîne de VEstaque. sous un
tunnel de 4.6 km., la nouvelle ligne contourne la montagne
vors l'ouest et suit le trajet final le long de la rôle de la
Méditerranée, sur une longueur de 14 km. Le terrain étant
très accidenté, la ligne comprend de nombreux viaducs, dont
les piliers atteignent parfois 50 m. de hauteur. Elle traverse
le lac de.Carontc sur un pont de 913 m,(de longueur. Sur le
trajet final, il n'y a pas moins de 22 tunnels, La ligne est
donc, en ce qui concerne le tracé, beaucoup plus accidentée
que la ligne principale, mais elle a ufce grande importance
8D ce qu'elle décongestionne la gronde ligne Pans-Lyon-
Marseille.

La Silualiofl poulie el nie eo France

ENCORE L'INCIDENT ACCAMBRAY.

L'intervention, a. la Chambre, du députe Accarnb. ly, dont la
a Gazelle n a publié un compte rendu détaillé, a trouvé dans la
presse pansicnno une appréciation très différente. M. Barrés cd
profite pour attaquer le régime parlementaire. Il écrit dans l' a Echo_
de Pans » :

11 Les séances de la Chambre ne satisfont personne. On
voit Ieur3 graves défauta. On les redoute. Elles risquent de
renseigner nos ennemis ; elles ont pu nuire à l'idée que les
neutres se font de notre pays (voir l'opinion de la presse de
Genève et de Lausanne sur la Chambre) ; 'elle pourrait in-
quiéter nos Alliés (se reporter aux saillies de je ne sais quel
député, ces jours-ci, sur l'Angleterre) ; elles'fourni s sent des
occasions aux amateurs do scandale. A quoi bon, dansées
heures graves, maintenir les vieux nies désuets, tout es
formalisme lent et théâtral, tout ce moulin £t parole qui ne
fournit aucune farine 1 »

Clemenceau, lui, est do l'avis contraire. D après lui, la faute
est au gouvernement :

« Nous n'auorw pas de gouvernement », s'exclamait,
l'autre jour, a la Chambre, M. Charles Benoist. Nous n'en
avons pas moins une surabondance de gouvernants, plus
occupés a museler la presse et a contenir le Parlement lui-
même par la terreur des explications publiques, qu'a rétablir
la juste subordination des pouvoirs et foire 1 ordre dans
l'administration, pour une efficacité d'a#tion civile et mili-
taire, ce qui serait, au sens de M. Charles Benoist, you-
varner,...,.

J'estime avec la majorité de la Chambre, qu'il est très)
factieux que da pareilles questions soient portées a la tri-
bune, mais je ne vois qu'un moyen d'éviter ce malheur :
c'eit qu'il y ait un gouvernement. »

Dans 1' ■ Oeuvre a, M. Gustave Tery pose la question de
principe :

r Nous avons beau être en guerro, nous sommes tout de
même en République. Si nous avons le droit de savoir en
temps de paix ce que l'on fait de notre argent, nous avons, le
droit de savoir en temps de guerre ce qu'on fait de notre
■»ng.....

n Si vous donnez tort a ceux qui ont l'insolente prétention

3

de ne pas être menés tour à lour comme des enfants oh du
bétail, il ne faut pas y aller par quatre chemins ; il faut
supprimer d'un seul coup toutes les gazettes jusqu'à la fin
de la guerre ; il faut fermer le Luxembourg comme le Palais-
Bourbon, et mettra, sur les portes, comme Cromwell :
(i Chambre à louer ». Désormais, que plus rien ne bouge c6
que personne ne souffle 1 Seul, le gouvernement parlera;
encore n'a-t-il rien 0, nous dire, puisqu'il n'a plu3 de comptes
a nous rendre.

Si la victoire es>à ce prix, n'hésitons pas a la payer do
toutes nos libertés, et fasse le ciel que nous les retrouvions
ensuite I Mais je m'entète a croire que le peuple français, si
l'on réussit a lui bander les yeux et a lui boucher les oreilles,
si on le bâillonne et le garrotte, n'en sera ni plus fort ni
plus "vaillant...... »

ALBERT POULAIN

L' « Humanité » consacre au député défunt l'article que
voici :

« Une bien triste nouvelle nous est parvenue dans l'après-
midi d'hier : Albert Poulain est mort au Pornic, où il s'était
retiré il y a quelques semaines, dans le but d'y trouver le
repos et la tranquillité nécessaires au rétablissement de sa
sanlé si gravement compromise en ces dernières années.

Evoquer toute la vie ouvrière et socialislc au cours d'un
quart de siècle, car, quoique jeune, puisque la mort le ravit
à notre affection au moment où il allait atteindre la
cinquantaine, il avait été mêlé à toutes les manifestations
importantes du Parti.

Ouvrier mécanicien, on le voit se jeter avec ardeur dans
la mêlée sociale et, dans un quartier populeux de Paris, son
nom sert de drapeau à do nombreux travailleurs dont il
était devenu l'ami. Militant actif, zélé, énergique, nature
généreuse et inaccessible à la crainte, on le trouve dans tous
les mouvements en faveur de la classe ouvrière dont il est
issu. •

J.-B. Clément, qui savait juger les hommes, et que son.
long apostolat socialiste dans les Ardenncs incitait au repos,
songea à lui pour le remplacer. Ah I certes, si l'offre était
tentante pour un militant avido d'action, elle comportait
tant de devoirs et de charges qu'il eût été permis d'hésiter,.
Poulain n'hésita pas. Il s'installa à Charleville et, fort de la
confiance de J.-B. Clément et des travailleurs ardennais, il
se donna tout entier à la propagande.

Incapable de reculer devant le devoir, il affama en
toutes occasions sa pensée, ses convictions. Cela lui valut de
nombreuses sympathies, mais aussi des inimitiés. Ces der-
nières se traduisirent à plusieurs reprises par des poursuites
retentissantes dont il sortit toujours à son honneur.

Désigné par la Fédération des Ardennes, il se présenta,
en 1898, comme candidat aux élections législatives, dans la
circonscription de Mczières, contre le marquis de Wigna-
eourt, député sortant. Elu au scrutin de ballotagc, il devait
siéger constamment, jusqu'à sa mort, à la Chambre. À
chaque renouvellement il était, en effet, réélu avec un»
majorité toujours accrue et il battait régulièrement, dès le
premier tour, tous les candidats que lui opposaient nos ad-
versaires. En 1910, la population de l'arrondissement det
Mézièrca dépassant cent mille habitants, l'arrondissement
fut divisé en deux circonscriptions : Mczières et Charlcvillcv
Quoique conseiller général dans la première, il opta pour la
seconde et le Parti socialiste eut ainsi deux députés au lieu

LISTE 14° 130 CONTENANT 350 NOMS

(Reproduction strictement interdite)

Les noms en tête des groupes ilésipnl les endroits où si trouvent les princiers dont les noms suivent. — Le total du noms publiés lusqu'aiiiourd'liul se monte à environ 244,1,00. — Uni à publier environ 73,900 noms.

Total des prisonniers français internés on Allemagne i 320,000,

Les sentiments humanitaires dont s'insptre la publica-
tion, dans ta « Gazette des Ardenncs u, des nomt des
390,000 prisonniers français actuellement internés en AlU-
jpagne, n'ont pas été appréciés par tous avec la même équité.
Que noiiï importe / Nos lecteurs ne pensent pas da même
qu'on le /ail dans cerdmies rédactions,.sur les boulevards
parisiens. Nous no laisserons donc pas troubl&r l'infime
contententnt que nous éprouvons d'auotr pu contribuer d
calmer les inquiétudes de milliers ds familles françaises,
porfanl un rayon de foie dans les foyers laissés ddns la plus
douloureuse Incertitude par le gouvernement français, en
leur annonçant la bonne nouvelle que leur fils était sain et
sauf, se trouvant en captivité allemands aussi deiireux que
lê permettent les circonslances.

La plupart des prisonniers internés ces temps der-
niers, ont été faits dans la contrée de Verdun. Le nom-
bre des régiments figarmul dans les listes donne donc
une idée de l'importance des forces françaises enga-
geas dans ces combats.

HEUBERG

(Prisonniers internés ces temps derniers.)
(Suite,)

Tisseur Jean, Avczteux ;Loirej, infanterie. 414

Touzct Cenoit, Juliennut (niiûne), caporal, infanterie 4H,

Tricot Joseph, Mont-More (Sûûoe-ct-Loire;, infanterie 414,

.Vatier Bernard, Churmirande (Scine-el-Oise), infanterie 414.

Veauvy Auguste, Chatillon (Indre), infanterie 414.

Vedcl Noël, Faulhaguet [Hle-Loire), infanterie 414.

.Vernciy G.lbert, Creuzicr-le-Ntml ; Allier), infanterie 414.

.Viande Jules, Vonavet [Isère), infanterie 4M.

.Vagnal Fijmjois, Auzal-s.-Allier(Puy-de-Dôme), cap., inf. 414

.Villaril Camille, La Tublc (Savoie), infanterie 414

Zocco Jean, Chotaauvil!ovieille (Hlee-Alpes,, infrnierie.

GIESSEN

(Pn'sormiers internis ces temps derniers.)
(Suite.)

Dupont Clurles-Morius, Paris, infanterie lerutoriale 64.
Gouron Mirccl-Edm., Cliatou (Scinc-el-Oisc), infant. 12g.
Grandpqyrc Alfred-Frani;., Boussac (Crcusej, infanterie 33.
Grangci Pierre-Georges, Paris, caporal, infanltiic air.
Guglicnumj Jean, Villi-monhlc (Seine), sergcnl, inf. 25g.
Jouannaiid Jean, Chubarinc» (lIiiulr-\ienne), infant, an.
Laboulliine! Gabnel, Paris, infanterie coloniale
L-agaii.lt Martial, Augiyn.ic (Dordnpne;, caporal, infant. 172
Malet Yutorin, Samlan ",crs;, inf.uilcric an.
Marchand Paul, Avehn (Nord), infanterie 33.
Martin François, St-M.itlin-lc-Pin (Dordognc-J, inf. 211.
Mathieu Louis-Lucien, Pierfaite (Haute-Marne), infant. 174.
Mazas Fiançais, Monlaslnic (Hle-G,iiunnej, infant, au.
Moizet Jules, Monlfauron (Meuse), infanterie 3C5.
Mouduni IVire, Fs*nroq (llaulc-Gjioi.nc), infanterie au.
Kaior Mohamed, Nedrouins (Algérie), tirailleurs 3.
Ormaux Georges, Marchât» (Doubs), infanterie 17a.

Parveau Pierre, Payzac (Dordogne), infanterie an.
Perot Eugène-Louis, Pas-en-Artois (Pas-de-Calais), inf. 33.
Piques Pierre-Laurent, Caraman (Haute-Garonne), inf. an.
Pommier Jean, St-Denis-dc-Jouhet (Indre), inf. ferrit. 5i.
Porterie Aim.-Jos.-Fr , Lavnrdens (Gers), infant. 211.
Prunières Pierre, Negn pelisse (Tain cl-Gar.), infant, an.
Rauzy Joseph-Jules, Bézicrs (Hérault), infant, colon, hh.
Raynaud Fr., Colombier (Haute-Vienne), infanterie an.
Richard Henri, Ancke (Nord), infanterie lerritoriale 7a.
Romili "Jacqp.es, Sartène (Corse), infanterie 173.
Saint-Paul G., Sl-Jean-Rcaumonl (Tarn-et-Gar.), inf. an.
Sans Pierre, Mosset (Pyiénées-Oricnl.), infant, colon. 44.
Tamisier Prosper, St-Mortin-le-Pin (I>ordognc), inf. an.
Tassart Louis, Calais (Pas-dc-Calius), infanterie i6j.
Trioulejre Jean-Fr., Dignac (Haule-Loirc), infanterie Oq.
Vidal Anlonin, Chnmpigny-sur-VciiuV (Indre-el-L.), inf. an
Gmbdenslock J., Gérardmer (Vosges), lieutenant, ch. à p. 56

NtESCHEDE 1 Wçstf.

(Prisonniers internés ces temps derniers.)

Dculkuci Edouard, St-Quentin (Aisne), sergenl, clinss. 59.
Legendic Mathieu, Ay (Marno), ciiporal, infanterie 104.
Lardenoia Lucien, Reims (Marne), caporal, infanterie 1G4,
Herrier Ilené, Le Havre (Seine-Iriforieure), cc*>., mf. IGl.
Poirrier Julien, Vervins (Aisno), infanterie 1G4.
Bns&e? Henri, Bruxelles (Belgique), tafaoturte 164.
Ebcrt Emile, Gaeny (Eurcj, infanterie IGL
Quentin Jules, St-Quentin (Aisne), infantciio 104.
Defrtnne Paul, Mory (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Jacques Charles, Vauqnoy (Meuse), infanifirie IGL
Landry Georges, Chnuniontel (Seinc-et-Oiso), infnnlerie 164.
Marteau Georges, Cumièra (Maine , infanloiie IGL
Marmer Hobert, Elbcuf (Scmc-lnfo; icui e), infanterie 16i.
Dumont Augustin, Vitry-cn-Ailois (P.-tlc-Cftt.), cap,, inf. 233.
Leleu Jules, Pernes (Pns-dc-C&luf:), udnutcrJe 2.13.
Monnicr François, Lens (Pas dc-C.diu.jj, inlantciio 233.
Donnes] Joun-Bapt., Lens (Paù-ue-t akiu,, infanterie 283.
Cailliez Henri, Hanics (Pas-dc-Ciilai-',, infante; n1 327.
Allard Jeari-Bn.pt., Liuun (Pas-de-Calais;, mraidene 233.
Louis Alexandre, Fiera (Oint;, infaptçric IGL
Maucliainp Stanislas, DoUiisy-Sl-Piei u (Oise), inf. 164.
Ducz Edmond, Fitnes, (Nord), infanterie l&i.
Lc^eau Georges, G«gny (Seine-et-Oiw;, infanterie 164.
Durand Ui-lon, Monlu-ugc; (Seino)» infantei ie Itii.
Losallc LiiMtn, Ludcs (Muino), infanlern' ICi.
HuIcun lli rtei, Lcns (l'ns-dc-Culujh , scpiojit, inf-inteiic 933.
Hôums Alphonse, Qoubatx (N'oid , en pu; ni, utluntciic 233,
Cola* Gui.na, pttj^boalc (Mou&c , carjuial, uifanlciic 164.
Decoul M:i .mie, Vicux-Loudu (\o,d . inLuiUiuc
Biouillaui lient;, Yieux-Cuudu (\oid,, mf«ntei|C 3.'7,
Beauuioi.t Louifc, St-Utuis failli'), mUmléue ;27.
Chfc\ul L-tn.ond, (Suiài, mfnide'u' 161,
Legaj Saint te, Veulun UriM»t"ciia

Uoeizh uyphe, Uoiibaix OoiA îriliiûtewe, 34^ "

Dcpl/it*.. 3u&ejDh, J uuj cinnji |."\<nJ,, i; ■ r.i'jl ■ t ru .ï-7,
riqgiinoiil Uji igti, Lido t.NuiU;, uifupîptie .;^7.
CatU-uu Ni.iiLcl, Lille (\i.idj, infanterie .'33.

Doleval Fernand, Henu (Pas-de-Caluis), infanterie 233.
Praclic Georges, Havnncourt (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Trihout Armand, Tillolay (Somme), infanterie 233.
Pailleux Jules, Brnay (Pas-de-Calais), infanterie 233.'
Accart Albert, Aguy (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Comble Léon, Wancourt (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Délabre Oscar, Hnnnay-s,-Lens (Pna-cîe-Calais), inf. 233.
Richard Emile, Tourcoing (Nord), infanterie 233.
Plateau Henri, Marqumn (Pas-de-Calais), infanjene 233.
Lefèvra Charles, Le k^I loi a-Perret (Some), infanterie 164.
Carrette Eugène, Sailly-au-Boia (Pas-de-Calais), inf. 233.
Stievenart Jean-Bapt., Bouvroy (Pas-de-Calais), inf. 233.
Martin Léon, Reims (Marne), infanterie 164.
Landa Eugène, Compiegne (Oise), sergent, chass. 4 pied 5tL
Folpin Marcel, Longuyon (Meuse), caporal, infanterie 164.
Richard Raymond, St-Quentin (Aisne), infanterie 164-.
Dubois Léon, Verquin (Pas-de-Calais), infanterie 164.
Beilenger André, Snnvie (Seine-Iirférieure), ïnfantene Î64*
Sclimilt Albert, Nubécourt (Meuse), chasseurs d pied 5Bj
Davin Edmond, Laon (Aisne), chasseurs a. pied 59.
Lefévre Emile, La Chapelle (Aisne), chasseurs à pied 59H
Pierre Jules, Nantcrre (Seine), chasseurs A pied 59. •
Bourdon Emilien, Puiseux (Pas-de-Calais), infanlciie 233.
Bécourt Hector, Boiry-St-Martin (Pas-de-CaL-us), mf. 233.
Delplonquo Louis, Wissant (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Duqucrroy Jean, Roumazières (Clmrcntc-Infét ieui e), inf. 233
Michautl Jean, Suris (Charente-Inférieure), infanterie 233.
Michnud Maunce-Désiré, Santés (Nord), inranlcue 233.
Lemaille Gustave, Alhmcs-lez-Marai (Nord), cap., inf. 233.
Leblanc Louis, Bacqueville (Seine-Inkiieure), infanterie 165.
Hiiyghc Aithur, La Molte-au-Bois (Nord), infanterie 165.
Godm Louis, Calais (Pa.s-dc-Calaisj, caporal, infanterie 165.
Fontaine Alphonse, Ltsieux (Calvados), infanterie 165.
Massiasse Raoul-Julien, Viumy (Seine-Inféi icure), inf. 164.
Albin François-Victor, Biarrits (Basses-Pyr.), infanterie 233.
Burnel J.-Juhcn, Pans, infanterie 233.

Humez J.-Bpt., Neuvireuil (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Boutrz.I''i'ançois, Amaulhn (Nord), inrantei ie 233.
Meurise Edouard, Ma?,ingarbe (Pns-dc-Calais), infanterie 233
Trelcat Paul, Billy-Montigny (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Humbert Edouard, J(i>nf (Meuse), infanlci u; 233
Dutauquet Oémcnt, Maringarbe (Pas-de-Calnis), inf. 233.
Dolnrue Albert, Rouen (Scinc-Inféneure), infanterie 233.
I.ebcc Armand, Tourcoing (Nord\ caporal, infantene 233-
De^nrhy Jules, 3t-Snuvear (Nord], chasseurs a pied 59.
Laine- Marcel, Abancourt (Nord), chasseurs ù pied 59.
Schnlei U t.ouis, Paris, chasseurs à pied 59,
Lf• Ici i1 Vital, A'aui cllcs (Cnhadnsl, chasseurs à pied 59.
Rogne Fines!, La Graves^ (Calvados), ohaaeenrg à pied 233.
Lefrançois Ulysse, Sl-Je.m-Leblnne (Calvados), chass. à p, 59
Lengraml Heuu, H>'riin-Liétnid (Pas-do-Cnlats), inf. 233.
Dp Criatrlloa Mai ir-G isîon, Bellovtie (S -et-Oisc), ciiass 59.
Seréve Ltfuis, Quiéiy-I.n Molle (Prr-.-dc-Cnlai'.), mf. 233.
Mnlni/é \4«tirice. Notent (Seine-et-Marne), rbass. à p. 59.
Réinond Louis, L'Aitiiiid, chasseurs a pied 59.
MomoI Charies, Pavant (Aisnci, chasscuis à pied 59.
Merlu lu Incquos, Mouleire (Vienne), chasseurs li pied 59.
Fayollo Jean, Chaleau-t-hci \ ix (Vienne), chasseurs a p. 59.

Blondeau Charles, Canteleu (Nord), chasseurs a pied 56,
Camblam Alfred, Béthune (Pas-de-Calais), chass. n pied 56.
Lefranc Albert, Gravelines (Nord), chasseurs à pied 56.
Grandin Edmond, Barisis-aux-Bois (Aisne), chass. à p. 59,
Cathehn Olivier, Arraa (Pas-de-Calais), sergent, inf. 233, '
Lefebvre Eugène, Inchy-en-Artois (Pas-de-Calais), inf. 23S.
Chopin Casimir, Nœux-les-Minee (Pas-de Cal,), cap., inf.
Cauher Gustave, Lens (Pas-de-Calais), caporal, inf. 233.
Plouviez Fernand, Avion (Pas-de-Calais), cap., infanterie 233
Gomllnrd Arthur, Lens (Pas-de-Calais), caporal, inf. 233.
Petit Achille, Hellemines (Nord), infanterie 327.
Delattre Maurice, Petit-Sctnthe (Nord), infanterie 327.
Lenglet Flonan, Wallers (Nord), infanterie 327.
Lecas François, Liéras (Pas-de-Calais), infantetic 327.
Bailleux Henry, Lourches (Nord), infanterie 327.
Dumc5inl Gaston-Louis, Boutogne-s.-Mer (P.-de-C), inf. 233.
Dauroux Désiré, Pont-de-la-Deùlc (P.-de~C), inf. 2S3.
Trouvé Fïenry, Carvin (Pas-de-Cnlnis), infanterie 233.
Dirien Marins-Emile, Paris,-infanterie 16i.
Dudicourt Charles, Velu (Pas-de-Calais), ïnfantene 233.
Descamp3 Eugène, Hey (Pas-de-Calais), infanterio 233.
Denbey François, Beoufort (Pas-de-Calais), infanterie 233,
Vanderhnden Jules, Calais, infanterie 233.
Lagache Alfred, infanterie 233,
Wallart Octave, Lille, infanterie 233.
Lefetz Victor, Arras, infanterie 233.
Deretz Joseph, Paris, infanterie 233.

Beaubnlie Martini, Libournc (Dordogne), infnnteiie 327.
Marhgni Pierre, Alla^sac (Corieze), chass: A pied 5C.
Mailet Ismafil, Douïù (Nord), caporal, infanterie 233.
Defer Alphonse-Jules, Dorigmes (Nnrd), caporal, inf, 233.
Lefebvre François, Etrun (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Hnmnlin Gervais, Pans, ïnfantene JGL
Lçsné Jules, Berhy (Nord), infanterie 161.
Carpenlier Victor, Calais, caporal, infanterie 238,
Gonncz Elle, Belhng (Nord), caporal, infanterie 3S7,
Taquin Alphonse, Perncs-en-Atlois (Pns-de-C.;, mf. 233.
Clialoine Emile, Reims, infanterie 164.
Lefévre Julien, Pagny (Marne), ïnfantene 1G-L
Goubet Jean-Baptisl'1 Boyelles (Pas-de-Calais), inf. 233.
Blicq Alfred, Ariuewlieics (Nord), infanterie 233.
Brisset Charles, Ciétcil (Seine), infanterie 2-13.
Visez Pierre, Chchy (Semo), infanterie 233.
Blondel Ernest, MeU-cn-Coiirtine (Pas-de-Calais), inf. 231
Delehs Oscar, Busnettes (Pns-de-Calaisi, infanterie 233.
Lecomblo Louis, Roubaix (Nordi. infanterie 233 ,
Vanhccko Liévin, Berck-Plngo (P.is-de-Calais), inf. 233
Gambray Dominique, \ alencicnncs, înTanleiie 233.
Piquet Gooiges, St-Aslick (Dordogne;, ïnfantene 233.
Bondclne Georges, liotiniéres (Pas-de-Calais), inf. 233.
Mauply Joseph, Férin (Nord), ca[»ral, infanterie 233.
Lnndiu François, Givenchy (Pas-de-Calais), infanterie 233.
Vairon Georges, Venclu-le-Vicl (Pas-de-Calait.), inf. 233.
Lesage Piei re-Joscph, Noycllcs (Paa-ilc-Calais), inf. 233.
Legraud Jules, Dounillo (Pas-dc-Oilai*), infanterie 233.
Quenson Camille, Hauderive (Pas-de-Calais), sergent, i 233.
Melhn Aimable, Bcnmnont (Pas-dc-Cnlnis), ïnfantene 233.

(A tuivre.)
 
Annotationen