Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
G A Z E T T l

D Eî 3 ARDENNE9

30 Avril 1918

Paris. 34 avril 1610. 3 heures.
An nnrd de l'Aisne, un» reconnaissance allemande qui
rhnit a dans nos ttsmes sur La plateau de Puissy

• «M repoussé» ave* «"es pertes.

A Ponest de la Meuse, au cours ds la nu t, nous avoua
Averse plusieun» reconnaissances ennemis* au sud-est <',*

■tMtoarti

Aa nord-ouest du boto des Cauretles, noua avons pro-
ti ta gvouoale dans les boyaux ennemis et fait un*
ne da prtounntats, dont un officier.
L'etineial a bombai dô assez vivement la région du
Mart-Homrsus.

A t'est da ta Meuse et en Woevro, nuit relativement calma.

Aux Uparces, l'explosion d'une mine allemande ne nous
a eaueé n :.n-j dégât.

En pDTtt d'Apretitont, noLra artillerie s'est montré» setiv»
at a contreftallu sffïcarenierit les engins de tranchée da

faetiw m lu

Dans les Vosges, nous avons enlevé un petit poste alle-
mu>d verâ la Bonhomme.

la Qutrrê aincruic Lu Belgique, dsos la journée du 23 «4
***a la ri'j.L du 23 au 24, nos escadrilles ont bombardé par deux
teta la garo (ta VVylw<tf« ie»l de la torot d lloulhulet). »

Trente, puis du-timl obua da grus calibre, dont beaucoup ont
atteint Ifur but, ont file lancée tur le» bâtiments do la gare.

Tous nos avions sont rentres indemnes.

APPELS AUX ALLIES

Dana la presso française, les appel» aux Alliés se multi-
plient. On sait qu» le sénateur ilurubcrt en a pria linitlatne
dam un article reproduit ici mémo. La confércn>? de Paris
ne semble pa» avoir résolu ce problème, grave entre tous
famr la France. Le pouvait-elle d'ailleurs ? Nous avons dit
peurgnioi nous en doutions. Nous avons dit que chacun des
Aitiés a ses propres soucia, lesquels lui suffisent largement.

Que ceux de la France soient particulièrement graves,
rien n'est plu» certain. Mais a qui le doit-elle, sinon d se»
prwfrts gouvernant* responsables ?

N'est-ce pas ce sentiment du sa propre responsabilité qui
adoucit le » Tigre » et met une sourdine Inusitée aux pNt>
■ants appela qu'il adresse ù ses amis anglais ? Gomment M.

Os—rr----- pourrait-il, en efTct, avouer qu'il doute de la

valeur de l'alliance britannique, lui qui en fut l'un des orti-
tans t

Se laissailiil pae dire dans ton journal, il y a juste un
tn, qu'il ne fallait pas presser les Anglais ? Aujourd'hui il
a changé d'avis. Nous l'avons montré dans un de nos der-
tssara articles (n* 177 de la nGazette»). En tète de l' uHomme
Machalné » du a3 avril, le président de la commission sé-
■ssterialc de l'armée revient sur la même question. Sa voix
arteajante et liclaeu»» pour les Allemands, se fait insinuauLe
et mielleuse a l'égard de 1' « Allié-Maître ». Ecoutons-le :

« Je voudrais que, lorsque M. Asqtiitli, en séance secrète,
engagera le débat sur tes effectifs de la Grun^e-Bretagne, il
naaotrât au Parlement ce que nous avons fait des nôtres.
Bm enfants de 18 an», des hommes tout près dt la cinquan-
taine ant jalonné de croix éloquentes une immense étendue
io ohamps mortuaires, marquant la limita qu'il est interdit
k rcouemi de dépasser. C'est la grande tranchée des moni,
•«d rivent H.ms sti eccurs, prolongée en la grande tranchée
•Us Tirants, à -qui revient l'i chèrement de l'œuvre com-
naocée. On peut les voir, nos effectifs, ils sont en place, tous,
tous, et, sans lois ai décrets, ceux de l'arriére n'auront boom
que d'un signa pour se rendre au poste de L'avant. Nous
attendons lea autres, et, à dea hommes qui ont dit :
le temps ui de iaryent, nous n'avons pas besoin de démon-
trer que, pour h matériel de guerre, comme pour les
bsunmcs eux-mêmes, la valeur d'efficacité est une question de
temps. H faut arriver au moment opportun : c'est tout I*

secret du sucrés. Parce qu'elle est moins affectée que noua
par les désastres du la (juwre, la Grande-Bictagne n'a peut-
ttrt pas une suffi aant» saosatlon d« l'urgem e. SaK-eli* seiile-
nwst te qui! laaaae de Fr«nenl* entra deux aoleii» t Nous
combattons pour die, eomma elle combat pour nous. Son
orgueil n'aseeplsrait pas que notre contribution do sang mit
Id sienne dans l'ombre, ai» fastes de l'hi-tone Alors, qu'elle
t'alUehc moins a la diflictilté do se vntuerti elle-même, pour
wirKioiitcr des habitudes da moindre «fforl, qu'a In néeejMiti
de prendre sa part du coup du massue qui décidera de la
victoire.

« M. Ajqulth, nous dit-on, va faire adopter je ne sais
quelle demi-mesure, dont il devrait déjà connaîtra l'insuffl-
annec en sa réservant de prendre plus Urd un parti hérouiu*
quand le moment lui paraîtra venu. Eh bien ! nous nous
permettons da pruspr, en France, que le moment est venu,
déjà vrtnu dopnw des temps une nous w0d1 trouvés longs, ci
qui! n'y a plus lieu d'attendre. L'art de remettre au lende-
main ce que réclame aujourd'hui n'est plus do suhori. Vingt-
dsux mois do guerre, cola n'en dil-il pas ? On lèvera,

demain, des homme* qu'on peut laver aujourd hut, lorsqu'on
sait, par l'expérience d'hier, combien du temps ré* lame la
mise au point de l'instruction milita ira 1 Ce n'est pas nous
qui pressons nos nmis, C*est la logique Inexnmlile îles dvéne-
nients.....

1 Amis anglais, vous ne voudriez pas qu'il manquât
quelque chose à voire noble contingent, Les Musses, loin-
taine, ont voulu ajijiuiter leur drapeau sur notro front La
vôtre y est, depuis longtemps, glorieux témoin des h. nui
exploits de vos uls. t,

u Je sais que l'arrivée de vos contingents en France ne
fut, pus un moment, interrompue et que les impoitanb au-
teurs qui leur tout conlié» n'ont rien à cr.undie de l'ciiaCJiti.
Mais que nous réserve demain ? Il nous faut être priits^uoi-
qu'il arrive. Nous donnons tout* nos lioiiuiies. Nul ne djpnle
que vous ne fasmei de môme. Reste la question de i'eSerée
en ligue à l'heure propice. Pour n'avoir pas de niêcoiflnle*,
commençons le plus tôt possible. Question de temps. Ques-
tion de temps 1 u

Le fait quo M. Clemenceau croit devoir parler des Russes
débarqués à M^rseHIe, est siKnilicuhf. Car on no saurait ad-
mettre que le président do la commission de l'armée se fasse
illusion sur In valeur pratique df ce contingent qu'amèe» W
hasard et qu'un journal neutre, le « Sven&ka Dagblad m ap-
pelle un « numéro de parade auns sipnilication militait* ».

Hier, c'était aux lluliens que s'adressait l'appel unàulme
de la presse parisienne. L'Italie pouvait-elle répondre autre-
ment que par un h non posaumus En admettant que le
gouvernement de Rome ne désespère pas complètement d'at-
teindre encore, au bout d'un an d'efforts vains, un résultat
quelconque, il se rend cerlainement compte des formula*
bles diflicultés de la tache, a laquelle il a déjà fait tasjEda
tacriûcei que lo succès n'a pas payés. Aussi ne s'étonnjrra-
t-00 pas de ce que le haut commandement italien n'a>T-psj
cru devoir pouvoir distraire un seul homme de la ssVhe
K nationale 11 dont le cabinet Salandra a tu faire un motif da
guerre.

Cette impoatibilivé, pour l'Italie de te rendre aux jjfoa-
aants appels qui lui tont adreaaée, certains critiques mili-
taires italiens l'entourent de considérations généralea—qul
n'en laissent pas moine percer la vérité pure et simple. CV»i
ainsi que le colonel Rarano estima qu' « il ne faut pas perdre
de vue que, pour résoudre lo terrible conflit il faut de rude*
elForts, lesquels doivent viser beaucoup plut loin que U
simple reconquête des territoires arrachés i la BelgiqueCet à
la France. Celle reconquête n'est qu'un des buts parttets d*
la guerre et il ne faut pas perdre de vue la saine conception
générale visant les résultats dérisifs (?) à atteindre au d&ura
de la guerre [ u

Au point de vue italr^n, il ne saurait, évidemment, exis-
ter des buts « plut décisifs » que ceux qu'elle s'efforce d'at-
teindre depuis bientôt un an, pour satisfaire ta propre
ambition nationale. Il en est de même pour tous les Alttta.

Leurs • buts s na pouvant évidemment plus être atteints
tout, en raison da la situation militaire, chacun taihe su
moine d'atteindre un p> 11 des siens, croyant peut-être encore
pouvoir atténuer, en «a propre faveur, lo rommun insuccès.

C'eal là tout simplement ce qn« M. Clemenceau appelle
«la logique Inexorable dm événementa » I

LA liLKiilIt; MUIJÎ ET AtillïME

(Voir aussi les bulletins officiels du haut
corn mande me ni.)

Berlin, 211 avril 1916 (Officiel).

Le a5 avril, au pclil joue, des parties de dm force*
d« hauts mer ont bombardé avec succès les fottifica-
tiona et des installations militaires importante» de
Great Yarmouth et Lowestnft. Ensuite elles ont prit
Bons leur feu un flrntipo de ernijeurs légers cl de con-
tre-torpilleurs ennemis. Un grave incendie fut observé
■ur l'un de* croiseurs; un contre torpilleur et deux
navires d'avant-y.irdo furent coulés. Parmi ce* derniers
se trouvait le v.ipeur de- pèche anglais uKinq Steph.cn»,
lequel, on s'en souvient, avail reïuué naguère de sauver
l'équipant? du dirigeable .iltomand « L. If ». L'équi-
page du vapeur de pèche a été fait prisonnier. Lea
autres force* nuvale-a ennuuuus se retirèrent, de notr*
côté 11 n'y eut pas do perte*. Tous tes navires sont ren-
trés indemnes.

Simultanément avec la poussée de nos forces nava-
le*, dan* la nuit du ih au ib avril, une escadrille de
dirigeable* de marine attaqua lus comté* anglais de
l'Est. Ont été bombai des avec succès des usine* de
Cambridge et de Noi wich, dea installations de chemin*
d« fer pro» de Lincoln, des batterie* près de Winîerton,
Ipswich, Norwich rt Harwich, ainsi que des navire*
d'avant-postP près do la côte anglaise.

D>>» aéroplane* a p pu rit* 11 a ut à notr* détachement
d'avions de campagne en Flandre ont jeté, le a3 avril
de grand matin, d** bombes sur; lea établissement*
maritimes, le» fortifications et l'aérodrome de Dunker-
que, Tou» sont rentrés indemne».

Le» combats d'avant-po»i« devant 1b côte de Flan-
tir*, déjà signalé* le a4 ivrîl, furont continué» le
af> avril. Au couva de ces combats nos forces navales
ant gravement avarié un destroyer anglais et coulé un
vapeur auxiliaire, dont l'équipage fut mené priaonninr
à Zeebrugge. Nos unité» de combat sont également
rentrée» indemne» de cette entreprise. L'ennemi s'est
retiré de 1* cote de Muniire.

G'ast avec aetitfeetion qu'on apprend en Allemagne I»
destruction du ■ King Sttphen a. On ne sait pas encore au
Juste si le capitaine, fait prisonnier avec son équipage, est 1*
même individu qui, poux justifier sa mauvaise action fît U
fauisus* déclaration :

s SI réquipons du a L 19 s avait iti composé de Tare»
«*j d'Autrichien», j'aurais accepté leur parois d'honneur,
mats d'Allemands, /aman .'»

En tout cet ce» messieurs ta rendront compte, aujour-
d'hui, de 1* différence entre la t chevalerie anglaise u et 1*
procédé de» s Barbares a. Au lieu de s* venger. Les Allemand*
ont sauvé l'équipage du mént* navire, qui a laissé périr sans
pitié la* hommes du « L t9 si

H ; 1 encore une remarqua i faire. L'Amirauté anglais*,
a* pouvant passer tout silence cet exploit» de» force» *H*v
mandee, a publié un communiqué d'une hypocrisie peu or-
diaair* I « La fiottlll* allemande rentra en Allemagne (I).
pounuivit (1) par nos croiseur» et dettroyers. A terre, deux
homme*, un* femme et un enfant furent tué». Le dommage

matériel partitt étr* peu Impoitanl, D'après ce qu'on salT
Jusqu'à présent, deux petits oroi!>euri anglaia et un destroy«|
furent touchés, mais aucun nauin n'a coulé, m

Vraiment, il faut teute l*hypaj»rtsia hailannique pour a«#*
citer ce u bébé traditionnel d mémo dans un bulletin offl,
ciel sur une bataille nnvale ! Quant 1 la dernière assertion r\a
bulletin, oppoaons-lui une information du « Teltgrwf s
journal arahianiflais, disant :

w Router mand» que les déim croittttrs <( U deilroytf
ont coulé, n It le journal des Son roc de», ftaemaekers et Ci». •
ajouts: «n paraît qu'encore plusieurs autre» naufres on» 1
coulé, s

Tout commentaire ctt superflu.

Berlin. 26 avril 1918 (Officiel).
Le 3& avril, 1* sous-mann anglais • £ S! n 1 ^
coulé dans lo sud de la mer du Nord par no* force* d* I
combat. Deux homme? d» l'équipage ont été sauvé* et :
faits prisonniers. i.e naa\mu jour un toua-aiaru> a réussi
duns le» mômes j. ,r à atteindre d'un coup de toav

pitle un croiseur anglais do 1* clasae de 1' «Are/iius**^

Berlin, 37 avril 1014 (Officiel).
Dans la nuit du afl au 37 avril, un navire d» garde
anglai», d'assez grandes dimension», fui détruit
Doggerbank par des partie» de no» force» d'avant-gajrde.
lu vapeur de pèche anglais fut capturé comme pria»,
par le» mêmes unité».

La vraie - Gazette d«* Arderme* - m r**Os>-
ntilt aux tiêtet d$t prwmnien frmtçmiê. qm è$»
' Gazettei ■ vniléct, publiées tout lu auqricêt «te
youvernùmeîU d» Pan* ti d* sa cswuttn, m sort
pas d mém* de rtprodutn. ( V uir nm arlxcUt :
« Uq sosie da la Gazette > «1 ■ Document dW
siiperchawaB onicieil* ■ dwu lu jt* tôi et t64 ê$
U a Gazette dam ArtÊmnnam ».

E N FF» A. NCE

IL QsV'fOi HU.omt. Al X POU.L'fe»

Des ofSciera françoi», faits psuonmars sistour sh* Vmi
ont fait de* déclartriton», qui démontrent par quêta t
les gouvernants de Paria s'efforcent de jusrrfiar, an veux du
soldat frsuujuis, la continuation de cette guerre, qui impose
au peuple français d'irréparable» uCrîtice».

Il y a lunglemnt qu* l'AJUé anglai» a pexeW son crédit
auprès da» poilue. Ccux-oi ta vent ai avouant frsnrlisnnart
qu us couibaUaot pour le» iniécéla au^rlau. Cette ctutriotion,
très répandue dans le» lr*aoiié«a franyaiaa», ayant jff"as «*sv
gereuse au dirigeanh) officiel», ceux ci i*Ht*t>t*raa>t *t fisant
colporter su front la légende, que l'AHemagne aurart l'inten-
tion d'annexer un morceau du territame français plus grand
que l'Alsace-Lorrain» et qui] fallait donc, a tout pnx, r*>
prendre par lea arme» le» dénartament» qu'occupe depuis
ao mou l'armée allomand*.

La» Allemsjuia, dont l'esprit aat E*aié plu» cako» «
sobrs, ns peuvent »'expliquer autram«nt a* prêt»
que par la aentunotit des oexcles oi'lîewls fraa
France as trouve dant une impass*, d'oo rte m savant
ment la tirer. Aucun homme d'Etat d'inQiftjnce et dV
n'a encore trouvé ni 1* courage ni la force morale
choisir at montrer l'issue vers laquelle tendent les
ments et que la masse du peuple attend et désir*.

fl n'est pa» douteux qu'une grande parti* de

LISTE N° 148 CONTENANT 650 NOMS

Ln trams bd tttt Sw pepss

(K,eprodtdctioo itrictement Interdite)

les eûûrolis ai si taeol ib3 prtsrtrs Hont in Dans suivtaL — Il «*tt des oqids piiUss jua^'aul^lsl u coali ï tMm 251,100,

Total des* piM^oziniers français internés eu fl 11 ni If ai m i 324>,000.

La plupart des prisonniers internés cm temps der-
niers, ont été faits dan* la contrée de Verdun. Le nom-
bre des régimenis finurant dans les listes donne donc
une idée de l'importance des forces françaises engor-
gées dans ces combats.

Ki ESCHE DE ' WESTF.

t/^risanmcri mierne» ces temps derniers.)

(Suite.)

Varrache Victor, AngnuICme (Charé'nle!, infanterie 327.

Chevalierus Jean, Grassac (Charente), Infanterie 327.

Ballet Baneti {Dunkerqtie (Nord), infanterie 310.

Hlclcen Clltu*!**, Dnnkarque (Nord), infanterie 310.

Devinck Henri, St-Pol-a.-Mer (Nord), infanterie 310.

Morcl Ci nr, Tourcoing (Nord), infanterie 327.

Debrue CWnr, Wattrelos tNord), infanterie 327.

Platinée Marcel, Rouen ^Soine-Inféricui e), génie 3.

Secr ml M„icel, Rouen (Seine-Inférieure), génie 3.

Florent AngutAe, Snilly-s.-I^i Lys (Pas-de-Caloifl), génie X

Eirery Ji.l-en, Nféiy (Seine et-Oise), génie S.

Pernn Philippe, Lyon (Rhône), artillerie lié.

Dauchy Vu tor, Aii-Iez-Orchles (Nord), oitilleiie 1U.

Leroux Georges, Houilles (Scine-et-Oise), sergent, tnf. !«5.

Piv-iim' Majrlce, Cormonïreuil (Mor ne), caporal, (nf. 145,

BtflHin ml Aimé, Neuland (Calvados), Infanterie 165.

Denis Lucien, Charency-Vegin (Meurthe-et-Moselle), mf. !«.

Lamotlc Victor, St-Nicolas-d'Aheremont (Betna-Inf.J, Inf. IflS.

flînrtMhr B , Auchy-les-Hesdin (Pas do-Calols). cap., tnf. 387,
kfontegn ésj Albérlc, Condé-Macou (Nord), infanterie 327.
Vcrkoinst Jules, Tourcoing (Nord), infanterie 2*3.
Vincent Jeun, St-Christoph-de-Double (Gironde), inf. 38T.
sVagout Jean, Marval (Haute-Vienne), Infanterie 327,
Buseiére Pierre, Alsac (Charente), infanterie 327, ,
Fantun Louis, Monlheilau-Vicomte (Creuse), Infanterie ST7,
Daniel Julien, L'IIaumont (Chorents), Infanterie 3£7.
* Foutaine René, Arques (Pas-de-Calais), Infanterie 327.
Lemaiie I-nuis, Drocvrat (Pas-de-Calais), Infanterie 327,
Brunei Adolphe', Fonquicres-lez-Lena (Pas-de-CaL), inf. 817,
Herbout Adolphe, Hénin-Llétard (Pas de-Calal»), inf. 5S7.
Bhénin r>, nund, Mory (Poe-dc-Colals), infanterie 327.
Thorel Al. ici e, Bapauina (Pas-do-Calais), Infanterie 327,
Lausiun\ Léonce^ Lourches (Nord), sergent. Infanterie 33ÎT.
Pellelcr Alfred, Ilargnica (NordK Infanterie 327.

ng (Nord), gini
Havart Feinand, Boulogno-».-Mer (Pas de-Catols), inf. Slfll
Delatlie Courges, BouIcgne-s.-Mer (Pas-de-Calais), Inf, 310,
Marquant Paul, Bols-en-Ardre» (Pas-de-CaL), Inf. 233.
lolVy TliU.plule, Roscndatl (Nord), Inlrinteiio 310.
Silvam Svhaui, Boii7-Nolio-Damo (Pas-de-Cnl.), tnf. 233.
Dclannoy Gaston, Gavrelle (Paa-de-Colala), Infanterie 238.
Pontenau Albeit, Arras iPas-dc-Calaid), Infanterie 233.
Sohier Eugène, La Trinile-Porboet (Morbihan), artillerie 102.

Chardrez François, Arras (Pas-de-Coloia), Infanterie 239,
Eloy Paul, Lille (Nord), infanterie 2*3.

Kilzonde Jean, Urt (Basses-Pyrénées), infanterie 40. «u>

HourdouilLS Albert, Esquelbecq (Nord), infanterie 327.
Dubois Léon, Blondecques {Pas-de-Calais), infanterie SUT.
Dumont Adrien, Arras (Pas-de-Calais), Infanterie 327.
Blanverdier Benoit, Bourg-en-Bieese (Puy-de-Dome), Inf. 3W
Castier Lucien, Houlle (Pas-de-Cnlais), caporal, inf. 327.
Dupuy Paul, St-Armou (Basaes-Pyjénéea), infanterie 60.
Decooninck René, Biasezeele (Nord), infanterie 32-7.
Trubort André, Sedan (Ardennes), sergent, infunterie 103t.
Arnold Lucien, Wizernes (Paa-de-Calaie), capoial, inf. 165..
Camus Gaston, Monthernié (Ardennea), infanterie 165.
Levieux Jules, Noulatte (Meuse), infanterie lt>5.
Tempette Féhoien, Buzom-y (Ardenuca), Infanterie 165.
Forgeapx Narcisse, Brnndtville (Meuse), infanterie 165.
Champion Auguate, Branuivutc (Meiu>e}, tnfniilene 165.
Desmoureaux Fcrnand, Bonnevilie (Culvadua), inf.intoiie 105.
Herrneltne Alcido, Lapeuve (liuro-et-Loire), Infanterie 1G5.
Caron René, Monchy-Coyeux (Pus-de-Calaisj, infnntcrie .86,
Llénard Victor, Aniche (Nord), inluntciie 165.
Dancoine Albert, Roubaix (Nord), infantenc 365.
Dupunelielle Victor, Lille (Noid), itifunleiic 365.
Debaut Marcel, Jdazebi-ouck (Noiu), iufunteiie 165.
Vanrenlerghem Henn, Halluin (Nord), infanterie 2-i3.
Defoort Elle, St-Silvestre (Nord), miauLei ic SI0.
Lam* François, Pôrlgueux (Dordogne), infanterie 16».
Barbier Loul», Peuplmgues (Pas-de-Calais), intnii'eiïe !fiO
Leroux Jules, Estâmes (Nord), infanterie 166.
Auglade Louis, Paris, sergent, infiuileru? ■■i'>'-
Boudenell* Alfred, Erquingliein (Noidj, inlaiileiie 365.
Dur-nez Victor, Gourouy-en-biay (Seinc-Inf ], inf. 365.
Dendiôvel Jules. Tourcoing (Noid), mlantene 365
Dufour Jules, Thlent (Nord), infqntene 3b5.
Graves Côsars Luiselles (Nord), infiuiter îe 305.
Orevet Alcld», Boulogne-sur-M or (l'a^-de-Calais), tnf 3C4,
Lesoge Victor, Lompiet (Nord), adjudant, innuitene ;itA
Lebacq Jean-Baptiste, Roubuix (Nord), "Infanterie 365.
Hébert Gaston, Lille (Nord), infanterie 31-5
LAsatlIon Marcel, Au/eviile (Meuse), infanterie 365
Loosvelt Richard, Crotx (Pas-de-Calais), infui.tcM. :;6ô.
Lco Joseph, Len» (Pas de Calais), infanterie MB.
Peetera Auguste, Roubaix (Nord), repoiul, inf.iutciie >-6ô.
Polort Eugène, Avion (Pai-de-Cnlniil, infanterie 365.
Perayn Jules, Annentiércs (Nuid), caporal. Infante ■ 3fA.
Ramart Françoi», Wasquwhai (Noid), ifalaiiterie iidô.
Ropital Omer, Lcder^eele (Noid), infanterie 3*5.
Slmonet Coin 111*, Sacy (Marnej, lnfarrt<H'U 365,
Torlinck Jérôme, West Cappel (Noid), nifuntcie 34)9
Tréhoox Alphonse, Hnntay (Nord), capunH, u>{ari
Allouchorie Alphonse, luuny tP'is-dc-Culnis), infante >. > 7.
Bouet Augustin, Doutdan (Seincset-Otoe), inforrie' .'■

Csuiru- Arsèr.», Lille (Nord), Infanterie 305.
Collsrvet Jules, Dunkerque (Nord), infanteri* 310.
Coutur* Julien, Rouges-Barres (Nord), infanterie 300,
Décuufour Gustave, Landrcthunn (Pos-da-Calau*), inf. 3f7,
Darvaux Albert, Marquette (JNord), infanterie 305.
Dupr* Edmond, Hem (Nord), iufenter.» 306.
Fresnai* Auguste, Cheranée (Sortbe). Infanterie 327.
Gilmau Désiré, Roubaix (Nord), Infanterie 365.
Jettn-Hapttate Bmile, Brizeaux (Meuse), Infanterie 327.
Letocart George», Croisille (Pas-de-Calais), infanterie 327,
Mala/oyde Aimé, Paris, infanterie 327.
Moyoux Emile, Prauzac (Charente), Infanteri* 327.
Montagne Edmond, Tourcoing (Nord), Infanterie ' 300,
Sey» Albert, Roubaix (Nord), infanterie 36B.
Sgard Georges, Bruay (Pas de-Caiats), infonlen* 327<
Terbecn François, Armentièrcs (Nord), infanterie 365-
Van i- . Georges, Flvs* (Nord), infanteri* 365.

Van Wynelbeko Achille, Caxrteleu (Nord), InJsmteri» 30&
Buulinguiez Hcori, StcenwerelL (Nord), Infanteri» 010,
Carrez Guislain, Armentiôres (Nord), caporal, Infantette 300,
Comtesse Charles, Mous (Belgique), infanterie 305.
Cousin Emile, Marquette (Nord), infanteri* 365.
Decaudin Léon, Bnastre (Nord), infanterie 305,
Deluutel Ai iinir, Vennelle (Pas-de-Caloia), infanterie 30aV
Foulon Ilenu, Dcsvrea (Pas-de-Calais), infanterie 305.
Hallo Louis, Marquette (Nord), infanterie 366.
Henncton Ci.aie, Lille (Nord), infantorl» 310,
llucheder Louis, Souchy-Caucliy (Pas-de-Calais), inf. 2S0l
Juuen Julee, Chaiieval (Euro), infunterie 366.
Lcgrand Alexandre, Agrny (Pas-de-Calais), infanteri* 20L
Levusseur Auguste, St-Aubin-de-Crosvill* (Eure), Inf. SOL
Malreaas Ernest, St-Vaast (Nord), Infanterie 305.
Marchand Jean-Baptiste, Gondeeouit (Nord), Infentert» MkV
Morin Anatole, Laval (Mayenne), infanteri* 32*.
Noé Paul, Wasquehal (Nord), sergent, infanterie 305,
Pipait Maurice, Lille (Nord), infanterie 365.
Pluguet Jule», Hellenimes (Nord), infanterie 385.
Rj L-iiebrisez Gaston, Terdeghem (Nord), uifanteiic 310,
Semet Vlnnocus, Tourculrig (Nord), infanterie 366.
Anquez George», Alcnbois (Pas-de-Calais), infanterie 1GV
BOcu Louis, Héiitn-Llûlard (Pas-de-Calais), infanterie 105.
BouO»») Eugène, Neuilly-siir-ScIne (Seine), caporal, Inf. 160V
Hrebion Louts, Cieguy (Pus-de Calais), infanterie 165.
Kiects Ernest, Herlevilte (Mcut>e), caporal, Infanterie 100.
Cas «et Jules, Des vies (Puu-dc-Culais), infanterie 165.
CsseUB*D»un Paul, HOnin-Liéturd (Pas-de-Calais), inf. 305.
Clément Ei nest, Kl Luu' » iPeiix-Sévie*), Uifantctie 1C3.
Leyez Joseph, Cuusaiéies iNurd), infanterie 165.
DciicuiiHe Gemgefl, Boulogne (Pa* de-Oilam), infanlci le 10."».
Résinait* Henri, Bendu** (Nord), iiifnntcfe 16ô.
iVivnuX Emile, St-Audié lez-Lille (Nord), infanterie 165.
Oùlhoil Gecge», Wasq'tehdl (Nord ),serECut, inf. 365.

Fauquenberk George*. Franck (Pas-de-Calais), tarant «rte
Foess Cha.'Lea, VUianeuva-La-Roi (Seine-et-Oii*), cao.,loi. U3
Frangea* André, Sary (Ardannaa), uUanlvU 165,
Ledon Loess, L1U* (Mord), in Canton* 11%.
Lemair* Alexandre, CauiMn en-Carenibeu» .Nord'i, taf. MkV
Raillard Paul, Ivry-i.-Selne (Seine), Infanterie 185.
Tallen André, Noyera-St-Maitin (Olaej, Lufaaiaf.* 100,
Vb^reux Louia, Lefova (Pas-de-Calaial, lu tonton» 160.
Bélon Zéphir, CharlevUl* (Atdeitno*), caporal, inf, 100.
Beaumont Camille, Génicourt (Meuse), intontort* 101.
Benoit Nicole*, Boquiguy (Paa-de-Calais), infontorle 166.
Bréhoa Victor, Locao (Psa-de-Caluia), uxfautaH* 100.
CapeUa Emile, Haute-Deuil (Seine et-ÛIee), iofanlerie et*.
Delarocque Gustave, St-Etienne-la-Tillay (Calvadoi), Inf. 105.
Dtltmtr JuUan, Paria, uilMsteai* UÔ.
Fardoux Paul, Bruay (Pos-de-Caluls), infanterie 165.
GervoU Emile, B..uicgne-*.-Mer {Pa*-de T*lato;, inf. 106.
Ohesquér* Albert, Wattrelos (Nord), Infanteris 105.
Goateou Paul, Anxin (Pas-de-Calais), Infanterie 165.
Husson Julae, Sedan (Ardeaneaj, inJauturia 165.
Leblon Marcel, Amières (Eure.', infanterie 106.
Lecordièr Alexandre, L* Havre (Seine-Inf.), inf. 165.
Leurs Isale, Buysscheur (Nord), Infanterie 165.
Marlelx Camille, Paris, infanterie 165.
Revorin Raymond, Paria, inf. 165.
Prodhomma Gabriel, Gean* Aiuyt:.^, M 3£4
Ve*M Coost., S-Gemmes-i*-itubeit (May.), cap., ruf 3f0>
Wacquant Marie, Jeuy-en-Argunue (Meuse1, s»ig.. inl j*5,
Bouvier Joseph, Château-Geuttor (MayejtAe), UmiIv, inf. 3^1
Brouaiit Isldor*, Cbuiey-au-Bae (OU*), ùit 3tl
Collin Jule*r Cherbourg (Manche), inf. Set
Ûelarue Arthur, Pari», iuf. 3^1.
Duboi* Emil*, RuiUe-le-Gravelai* (Mayeunaj, inf. 3**.
Faucheux Jule», Thevallea ^Maydime), caporal, mf. 3k*é-
Flinois Joaaph, Flines-lez-Ractiej (Nord), inf. 6ïi.
Fontaine Françoi», Orrouy (Oieej, inf. 32é.
Français Camula, Paria, sergent, mf.
Gerboln Françoi», Laval (Mayenne), iuf. Ui.
Guion Ernest, Tesse-to-Vivian (Mayenn*), mf 00*.
Joullat Adolpb», Malakoff (Seule;, inf. Xi.
Jouin Loué», Ch&teau-Gunuer iMayenneJ, isd. SU.
Lavannler Paul, Vllller» Charlenii(jne (Mayemi*), U*f -1*é*
Mlguord Henri, Pari*, caporal, Inf. î&i.
Moreau Paul, Tesse-en-Champagn» (Mayenne!, îsaaf. asssl
Nool Louis, Paris, inf. 324.
Oswald Nicolas, Paris, ml. 32i.
Richard Auguste, Pan», inf. 320.

Roussel Eugène, St-Pierre-sur-Erva (Mayenne), iuf SH-
Ruau Modeste, Laval (Mayanne), capoial, Inf. 324,
Brayne Henri, Lille (Nord), ini. 327.

Canesse Jules, La Pugnoy (Pas-de-Calais), caporal, mf. 1127.

(À suivre.)
 
Annotationen