Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
1G Août 1810

LISTE N° 209 COliTE^A^JÏ N0.3S

pris

Les noms En tili M

MESCHEDE VWestf.

Marquclti J.-Marie, Saint-Bon (Savoie), inf. iog.

Harquii Julct, St-Niiicr-le-Bouchoux (Ain), inf. 109.

Marrot Jean.Sorral (Ariège), inf. i5g.

Marrot Lucien, Montèle (Ariège), inf. a6j. *

Martin Alfred-Fcrnand, Paris, caporal, inf. i55.

Martin Emile, Monlauban (Tarn-et-Garonné), «erg., Inf. ïtl.

Martin François, Castres-en-Pierri (Loire), chasseur» »i.

Martin Pierre-Joseph, Grange (Pas-de-Calais), inf. p».

Martinet Henri, Coulaoux (Jura), adjudant, inf. rog.

Martini Joseph, Paris, chasseurs ai.

Marviller Louis, Auhcpierre (Haute-Marne), inf. ion.

Mut Eugène, Nil les-Maison s (Aisne), inf. territ. 54.

Mascaras Jean, Lallnin-Jourdain (Géra), Inf. ai£.

Masquer Pjfirre, Si-Martin-de-l'IIerme (Gironde), inf. aM.

Massât Henri, Carla-Bayle (Ariège), inf. 369. •

Masse Joseph, Culoi, (Ain), chasseurs ai.'

Massé Lucien, Auxerre (Yonne), caporaL, inf. 109.

Masset Emile, Danncs (Pas-de-Calais), caporal, inf. Sfli.

Massicot Sylvain, Vorly (Cher), inf. ieo.

Masson André, Pretle (Haute-Saône), caporal, inf. 109.

Masson Georges-Charles, Paris, chasseurs ai.

Masson Jules, Dunkerque (Pns-de-Cnlnii), inf. aoi.

Mathé Paul, Chalaimaison (Seine-et-Mame), inf. territ. Il,

Mathcau Victor-Emile, Cornac (Lot), caporal, Inf. :.'■}.

Mathieu Charles, Paris, caporal, inf. terriL 34.

Mathieu Pierre-Célcstin, Fontane (Haute-Loir»), inf. jî.

Mathii Charles, Fraize (Vosges), inf. 9a.

Mauboussin Albert, Puteaux (Seine), inf. 109.

Maugard Jean, Puivcreux (Aude), inf. 33.

Maupin Ernest, Dijon (Côte-d'Or), chasseurs 11.

Mfturii Gustave, Aumont (Somme), inf. 109.

Maury Jean, Auradé (Gers), inf. 369.

Maury Mizael, Montoulieu (Ariège), inf. 359.

Maycr Emile, Lavoivre (Vosgea), inf. terril. 34-

Mayet Marius, PIombiëres-Ies-Dijon (Côte-d'Or), inf, iSI.

Mazaud Pierre, Saint-Yrieix (Haute-Vienne), chasseur» al.

Maielie Eugène, Le Mesnil-Broul (Orne), inf. 170.

Maiellier J. M., Aroonaat (Puy-de-Dôme),-inf. Ht,

Médaille Marcel, Saint-Gayrant (Lot-et-Garonne), chat*. M.

Mege Jean, Nadillac (Lot), caporal, inf. an.

Mcha Pierre-Marie^ Josselin (Morbihan), caporal, chass. 11.

Mehy Georges, La Neuville-Ies-Raon (Vosgea), cap., chai. st.

Meillon Jean, Sabaxan (Gers), inf. ai 4.

Meillol Charles, Saint-Ouen (Seine), cap., inf. 3i4.

Mellet J. M., Ramonville-St-Agnè» (Htc-Gar.), cap., inf. aiT.

MeloU Raphaël, Antony (Seine), caporal, inf, -3a4.

Mcrat Albert-Adrien, Pontigny fionne), caporal, Inf. io^.

Mercadier Alphonse, Roquefort (Ariège),-capoT., inf. 3B9.

Mercadicr Guillaume, La Tour-du-Crieu (Ariège), inf. 369.

Mercier Anlonin, Auruac (Haute-Garonne), cap., inf., a5p>

Marelle George s-Alfred, Paris, inf. a54-

Merlat ïvon, Parcnty (Pas-de-Calaie), inf. 3oa.

Mcrot- Jean, Lesiratï. (Loire-Inférieure), inf. 4og\

.(Reproduction strictement interdite) 1

o rsj rsi 1 e: f=? s faits dans l_ a région de: verdun

fjroupe» dÈsigneni les endroits ù s» irouveat les prisonnlars dont les noms suivent — u total ûes doius publiés iB^ujobrQ'&wl sj tnonli i envlrsii 275,430. «

Total des prisonniers français Internés en* Allemagne i 355,000.

Meunier Ademar, Desor» (Pas-de-Calais), inf. 30».

Meunier Eugène, Pari», Inf. 93.

Meunier Louis, Aubcequin (Allier), inf. 38.

Meuriîse Evariste, Arvillicrs (Somme), inf. a5j).

Mouyre Joseph, Mentièrca (Canial), inf. ga.

Mialomcr Francis, Paris, sergent, inf. au.

Michaud Edmond, Bordes (Saônc-eM-oire), cap., inf. ioj-

MichelMoseph, Chavenet (Seine-cl-Oise), inf. 109.

Michel Joanny, Bourg-de-Thizy (Rhône), inf. territ. 64.

Michel P.-Lucien, Scsnouvaux (Haute-Marne), inf. 109.

Miglos Marcelin, Alzcn (Ariège), inf. aog.

Mignot François, Thol (Ain), inf. 109.

Miliaret Edmond, Bordeaux (Gir.), sergent-major, inf. "aaï.
Milliers François, Druy-Pagny fièvre), chasseur» ai.
Millot Laurent, Dainvalley (Haute-Saône), inJ. terril, 34.
Moignard Eugène, Warlus (Somme), inf. 17.
Moissan Ferdinand, Noidon (Côte-d'Or), chasseurs 31.
Moliard Aimé, Sennecez (Saûnc-el-Loirc), inf. ioy.
Molin Henri, Nungit (Seinc-ct-Mnnie), cap., inf. territ. 34-
Montbarry François, St-Pierre-de-Fuigé (Dordogne), inf. ai4
Mondillon Victor, Le MonasLier (Haute-Loire), inf. 9a.
Moncla André, La Sauve-Majeure (Gironde), génie a.
Mondon Joseph, Riotard (Haute-Loire), inf. 93,
Moneger Léonard, Bourgdenaves (Corrèze), serg., inf.ga".
Mongillard Jean^ Remilly (Mièvre), chnsseurs ai, .
MonJczon Fcrnand, Saramon (Gers),, inf. 311.
Mannerct Désiré, Lyon (Rhône), inf. territ. 5 <«)
Moumiet Léon, Toucy (Yonne-), inf. 109.
Monnin Louis, Morteau (Doubs), caporal, inf. territ. 54.
Montagne Albert, Tourcoing (Nord), inf. 36a.
Montagne Louis, Thezac (Lot-et-Garonne), inf. 230.
Montagner François, Neuville (Haute-Vienne), inf. ai'4.
Monlagny J.-Louis, Paris, inf. territ. 3d.
Motel Muxime, Brousse (Puy-de-Dôme), inf. 9a,
Monlernonl Emile, Monlhureux (Vosges), inf. terril. 34.
Montera Gaslon, Morre (Doubs), inf. territ. 34-
Moreau Antoine, Belin (Gironde), caporal, inf. au.
MorcB.11 Eugène, Chaneehor (Mauie-et-Loire), chasseurs âx,
Moreau Henri, Aubegnon (Deux-Sèvres), chasseurs ai.
Moreau Louis, Paris, mf. territ. 34.

Moreau Léon, Limoges (Haute-Vienne), sergent, inf. 314.

Moreau René, Andrcsy (Seine-ct-Oiso), inf. 109.

Morel Alexis, Ras-de-Landes (Morbihan), chasseurs ai.

Morcl Jules, La NeuvilIe-lcs-Raon (Vosges), serg., chass, ax.

Morereau François, Sainl-Paul-de-Jarral (Ariège), inf. a5o.

Morge René, Paris, sergent, inf. 10g.

Morverand Hippolytc, Santigny (Yonne), inf. 109.

Mouillaud François, Chadclouf (Puy-de-Dôme), serg., inf. ga.

Moulin Baptiste, *St-PaI-de-Mans (Haute-Loire), inf. 93.

Mouret Baptiste, Ancrenin (Haute-Vienne), inf. ai4-

Mourct Julien, Couze-St-Front (Dordogne), clairon, inf. aao>.

Mu^nier Claude, Paru, clairon, inf. territ. 54-

Mulard Victor, Guillervnl (Seinc-et-Oïse), inf. territ. 34.

Mur Louta, Chateaurillain (Haute-Marne), sergent, nf. 10g.

Mural Elie, Pugailh (/triage), inf. a5g.'

Murac Jean, Bordeaux (Gironde), inf. aao.

Mureau Louis, Liroche (Indre-et-Loire), cho
Mutin Marcel, Qucmigny-ct-Poisot (Côte-d'Or), inf. iof.
Nancey Louia, Foulain (Haute-Maine), inf. 109.
Namot Jean, Limoges (Haute-Vienne), inf. au.
Narcy Simon, Fourcbambault (Mièvre), chasseunïi.
Kardol François, Lnllct-St-Jean (Hte-Vicnnc), Berg., Inf. itf.
Narraris Jean, La Croix-Blanche (Loi-ct-G.), caporal, inf. IN
Nico Emile, Tours (Indre-et-Loire), inf. 409.
Nie* Paul, Noisy-le-Sec (Seine), chasseurs ai.
Nonilles Maurice, Casteljaloux (Lot-et-G.), sergent, inf. isi.
Wobecourt Charles, Paris, caporal, génie 3.
Noche Lucien, Chntcauneuf (Nièvre), chasseurs si.
Noly Jlan, Maçon (Snône-et-Loire). sergent, chasseurs ai,
NoëJ Edouard, Calais (Pas-de-Calnis), inf. au.
Noël Louis, Changey (Haute-Marne), chasseurs sut.
Nougayrol François, Laula (Haulc-Garonnc), inf. aif.
, Noirot Auguste, Damea-I'aris (Jura), sergent, inf. 109.
Nord François, Vichy (Allier), inf. 9a.
Normand François, Daours (Somme), inf. 33.
Neyrat Clément, Clichy (Seine), adjudant, inf. territ. 54.
Ohvain Albert, Chaumont (Haute-Marne), inf. 170.
Olivain Pierre, La ChaumelLe (Haute-Loire), inf. gt.
Ofi vier Georges, Saint-Pol (Pas-de-Calais), inf. 36a.
Olivier René', Vincennes (Seine), inf. Itfrrit. 34- •
Omel François, Ars-sur-Forman (Ain), cap., chasseur* ai.
Orgeret Michel, Ecnlly (Rhône), chasseurs ai.
Orhan Jean, Bain-de-Redon (Ille-et-Vilaine),-inf. 3a4.
Oriot Stéphane, Saint-Mandé (Seine), inf. 174.
Ortarant Jean, Lyon (Rhône), inf. au.
Oudot Marie, Gevigney (Haute-Saône), inf. territ. 34.
Oudoul Louis, BouIogne-sur-Seine (Seine), inf. territ. 34-
Oustric Pierre, Ncrnieville (Haute-Garonne), serg., inf. ai4."
Pascalet, Marseille (Bouches-du-Rhône)", inf. 109. »
Paillé Pierre, Jasses (Basses-Pyrénées), chasseurs ai.
Paillet Jean, Seinnecy-les-Dijon (Côte-d'Or), cap., inf. iof.
Pajet Eugène, Paris, inf. territ. 54.

Pannetier François, Saint-Benin-les-C*hamps,-chasseun ai.

Papon Louis, Ariane (Puy-de-Dôme), inf. 9a.

Paquier Léandrc, Sandrecpurt (Haute-Saône), inf. territ. 3<.

Paquis Jules, Aujeurres (Haute-Marne), inf. 170.

Parenty Louia, Rety (Pas-deJCalais), inf. 109.

Pargncin Louis, Labarge (Puy-de-Dôme), inf^ aôi.

Pjiria Martial, Nesle (Somme), inf.jog.

Parmentier Jules, Saint-Pbl (Pas-de-Calaia), inf. 36a.

Parrens Paul, Toujouse (Gers), inf. ai4.

Pasquier Ed., Montïgny-sur-I'Onige (S.-ct-M.), inf. territ. 34.
Pasquier Joseph, Noroy-le-Bourg (Haule-Saône), inf. 10g.
Patonnier Paul, Bourdeaux (Drôme), inf. 109.
Paucher Marcelin, Chalure (Haute-Vienne), sergent, inf. ai4.
Paupy Aimé, Paris, ïnf. 36a.

Pautrot François, .Saint-Gcrvais (Charente), chasseurs ai.
Partery François, La Bpcliefoucault (Charente), inf. ai4>
Pax Jean, Saint-Laurent (Lot), inf. au.
Payen Henri, Paris, inf. territ. 34-

Payssot Jean, Lafitte (Tarn-et-Garonne), caporal, ïnf. arij
Pcchcu Noël, Montségur (Ariège), caporal, inf. a5g:

Pegard Désiré, Amiat (Somme), inf. s5g.
Pejeu Remy, Laugnac (Lot-et-Garonne), inf. aao.
P©11« Gaston, Paris, inf. terrtt. 34.
Pelletier Gabriei, Paris, chasseurs ai.

Penancier Marcel, Lorez-le-Bocage (Seinc-et-M.), mf. ter. 3t>
Periaaa Léon, Badonviilers (Meurtbe-et-Moselle), cap., ch. ai*
Pernet Henri, Arnay-le-Duc (Côte-d'Or), inf. 109.
Perney Julca, Fougerollei (Haute-Saône), inf. territ. 34.
'Pemin Jean, Saint-Mauriend (Seine), inf. territ. 34-
Peroiet Mauric«, Marmanda (Lot-et-Garonne), inf. aae>.
Peron George», S t- Pierre -les-Nemours (S.-et-M.), inf. ter. S{*
Panard Loult, Bourbonno (Haute-Marne), inf. 170.
Perrin Ix>uis, Ceno» (Douba), chasseurs ai.
Perron Adolphs, Melun (Seine-et-Marne), serg., inf. 36ï.
Peseux Ch., Pari», Inf. territ. 34.
Pessemeise Joseph, Leclier (Haute-Loire), inf. ga.
PctiOD Célestin, Alfortville (Seine), Inf. territ. 34.
Petit Raoul, Magnenx (Marne), inf. i65.
Peyrehèr» Victor, Toulouse (Haute-Garonne), inf. ai4.
Piat George», Paria, chasseurs ai.

Piberns J.-Marie, Lavardac (IjOt-et-Garonne), inf. aao.

Picard Pierre, Lussac (Gironde), chasseur» 31.

Picardat Camille, Grancey (Côte-d'Or), inf. 10g.

Picaud François, Bat» (Loire-Inférieure), chasseurs ai.

Picaud Gabriel, Villeurbanne (Rhône), inf. territ. 54.

Pichon J.-M., G rame (Haute-Loire), inf. 9a.

Picot Edouard, Pari», inf. territ 34.

Piego» Bernard, Ramourini (Gers), inf. ai4.

Piérard Loui», Paris, chasseurs ai.

Pierdait Léopold, Paris, inf. 93.

Pierre Joseph, Snint-Goljean (Vosges), inf. 109.

Pieaset Louis', CaIais(Pas-de-Cal»i»), inf. i53.

Pignot J.-Louis, Montluçon (Allier), chasseur» ai,

Pigoreau André, Fingt (Loir-et-Cher), inf. i53.

Pinaud Loui», Margot (Dordogne), inf. au. "

PineJ Henri, Toutens (Haute-Garonne), inf. ai4.

Piquart A., Ste-Marie-en-Chaac (Haule-Safine), inf. territ. 54.

Piquemal Barthélémy, Fontenellç (Ariège), inf. a5j.

Piquemal Françoia, Eychard (Ariège), inf. a5g.

Piquenial Joseph, Massât (Ariège), inf. a5g.

Piquet Henri, Ecly (Ardennea), chasseur» ai.

Pitancier Jule», Taxenne (Jura), chasseur» 21. *

Pitoi» Victor, Lezenne (Nord), inf. 110.

Phalip Léon, Combiret (Lot), inf. a5g.

Philidien Gustaye, Boulogne (Seine), chasseurs ai.

Philibert Julien, Saint-Panffiéon (Drôme), chasseurs ai.

Philip GaJjrieJ, Orange (Vaucluse), inf. 17.

Philippe George», Avon-ies-Ramerup (Aube), chasseurs ai.

Philippe Paul, NeuTes-Maisons (Meurthe-et-M.), serg., ch. ai

Philippon Eugène, Pari», caporal, inf. territ. 34'.

Plathey Olaude, Turey (Saône-et-Loire), chasseun ai.

Poinat Ehigène, Domba»le Olosges), inf. 174.

Poirot Germain, La Neuville-les-Raon (Vosgea), serg., ch. ai.

Poiaacainier Emile, Lille (Nord), inf. 43.

Pollet Mauroe, Lille (Nord), inf. i}4.

* (A Muivre.)

L'autre ion de cloche.

Après l'ODinion de M. Chéron, citons celle du journal
qui s'est, fait, a Paria, le défenseur des intérêt» de peiiu loca-
taires, a La Bataille n écrit i '

« M. Chéron, porte-parole de la commission sénatoriale

des foyer», a, au nom de celle-ci, donné lecture d'un rapport
qui mérite" toute l'attention de la- classe ouvrière, délibéré-
ment sa tri liée. ,

Le sénateur du Calvados a dans le cœur on petit proprié-
taire qui sommeille.

Lci locataires. . . . Peuh ! . ^ . Quantité négligeable.
Ce Normand joufflu comme une pomme noua affirme en
effet que, sur les u,,'i6a,ooo ménages que compte la France,
il y a 7,300,000 propriétaire».

Autrementjltl, sur trois ménages français U y en a deux
qui sont propriétaires.

Cela prouve, une foi» de plus, que l'on peut faire dire à
la statistique ce que l'on veut, à moins peut-être que M. Ché-
ron ne compte comme propriété le» quelque» mètres de terre
que de nombreuses familles possèdent dani le» cimetière».

Pcul-itie encore, M. Chéron (mais où est la fée barbue
d'autan) a-t-il volontairement confondu la propriété jardinet
et la'propriéîé bàtU, et rauge-t-il au nombre des propriétaire»
l'ouvrier des champs possesseur d'un* lopin de terre où il cul-
tive quelques légumes.

Agir de la sorte, M. le sénateur, cela s'appelle « cherrer
dans les bégonias n et cette Lu,un de se moquer du pauvre
monde est de celles que le peuple, pourtant patient, support»»
*e moins facilement.

Le souci émuent du Sé-nat est de faire payer leur» loyers
au plus grand nombre possible de locataires et de placer le»
propriétaire) djns une situation favorisée.

Ces derniers n" doivent rien perdre. Ce que de» locataire*
qui seront morts nç pourront payer, f'Ltat le paiera, et M.
Chéron de s'écrier : « Noub prouverons ainsi que la Déclara-
tion des Droits de l'Homme et le Code civil ne sont pas deve-
nus dans ce pays des chiffons de papier ! m

Ça c'est plus fort que le trois-iix. Invoquer la Déclara-
tion des Droit de l'Homme pour obliger quelques bougre»,
fauchés comme les blés, à payer leur terme e»t une de ce»
audaces qui ne peuvent germer que dans la cervelle d'A
bouilleur de cru.

Vous exagérez, M. Chéron.

Au-dessus de la loi écrite, il y a la loi naturelle. L'homme
n'a pas seulement le droit de se faire tuer pour sa patrie,
qui se compose principalement, que vou» le voulie» ou non,
de terres et d'immeubles, mois il a aussi U droit de vivre.

Il y a, nous le savons, de» petits propriétaires intéressant».
Nous n'entendons, point les sacrifier sans appel, mai» on nous
accordera bien que le nombre des locataires digne» d'intérêt
cet inlininK-iit plus élevé, et nos sympathies vont naturelle-
ment ù ces derniers, de tout temps exploités, u

- LES VOIX RAISONNABLES.

M. Camille Saint-SaPns n'a pas encore réussi a détruire
sjnjièrenient sa gloire de tnneicrén par se» lettres, article» et
bouquins ultrachauvins cl — combien ingiats I II y parvien-
dra peut-être à l'aide de son 'nom eau livre « Germanophi-
le*».

Dans 1' « QEui,re 11, M. Laurent T,iilUade, peu suspect de
«telle germanophilie, consacre un article à ce pamphlet.
Nou* en extrayon» quelques passages d une portée générale.
Parlant des injures puériles dunl Saml-Siitns cou\re le génie
à» Wagner,injures dont il cite quelques échantillons sa\ou-
reux, M. Tailhade écrit :

0 L'aigreur, la hargne, lanimoalté qui pous'cnl M. Ca-
mille Saint Saïuis a ravauda le» plus misérables commérjget
ont quelque chose de sénileel d'euTantin qui déconcerte en
On pareil esprit.

La haine s'raii excusable tn ce tempt Ce folie où. le plut

flasque bourgeois se croit tenu de raisonner en énergumine ;
mais ici la haine manque de sincérité. -

Une odeur, non de patriotisme ulcérjï, mais de boutique*
émane de ce pasquin. A travers les redite», les vagissements
critiques, les grieft ineptes, on entend clairement la voix
criarde et fausse de l'Envie. Au lieu de confesser la gloire
de Wagner, de reconnaître en lui un de ces « fils "aînés da
Dieuto, porte-parole des familles-humaines,/qui se font ouïr
si travers les siècles, un génie, égal de Dante ou de Shakes-
peare, M. Camille Saint-Saëns ergote, t'amuse à chercher des
poux dan» la crinière du lion. Ces misérabililés, comme
-disait Wagner lui-même, sembleraient fort i leur place dans;
un volume de M. Paul Bourget, dans une étude «historique*
dt M. Frédéric Masson. ... ^

M. Saint-Saëns, qui n'a jamais obtenu au théâtre de
mecès complet, sinon avec un oratorio tran=porté sur lea
planches, ne-pardonue pas à Wagner la puissance drama-
tique de la Tétralogie ou de Trit<lan. Sa mauvaise humeur
contre le Maître de- Wahnfried déborde sur les poète» alle-
mands, l'incite à proférer divers béotismes d'une singulière
peaanteur. Entre autres, U incrimine Goethe de n'avoir pal
fait aa Gretcheû pàreille à la Marguerite en sucra de fea
Gounod ; il trouue cette histoire d'un ténor séduisant un* .
blanchisseuse, très supérieure à l'immense composition du
Faust allemand. Il décharge son catarrhe sur Schiller, san»
paraître soupçonner l'immense trilogie de Wallenstein,
pour laquelle M. Vincent d'Indy a écrit la plu» noble mu-
sique de scène, que la jalousie, à défaut de meilleur» senti-
ments, devrait signaler à l'écrivain de «Germanophilie».
Enfin il s'abaisse (lui qui, dans son nom, porle du moin»
«ne voyelle superfétatoire), a railler les consonne* parasi-
taires de h Nietzsche 11 et autres imbécillités.

Cela est triste, au fond, de voir une personne, justement
illustre, un vieillard chargé d'honneurs, se ravaler ainsi,
i \n porte du tombeau. ...»

. Ces lignes ne s'occupent, il est vrai, que de M. Saint- ■
Saens. Mais elles pourraient s'appliquer a bien d'autre»
personnages plus ou moins illuslies. C'est que le «cas'Saint-

, Saens s est typique t

en russie

u accessible en tempt de paix déjàfc la Russie est plu»
e et plus'mystérieuse encore aujourd'hui. On ne peut
accueillir que suus certaines réserve» leg nouvelles qui
viennent de l'Empire du tzar.

ma il est ceitain qu'il t'y pusse quelque chose derrière
uliasea politique». La reliaite de M. Sfltonofl ne saurait
expliquée uniquement par des raisons de santé. A ce
di s bruits circulent avec insistance, qui mentent d'être
le munis signales. Donnons, pour le» résumer tant
pris, la parole à 1' « Information », dont la modération
mnuc. Dans un article intitulé u Intrigues en Russie »,
ne bruxellois écril :

« L'ambassadeur d'Angleterre a Pétrograd, Sir George»
Bucha-nan, aurait manifesté contre M. Slurmer une colère
comparable à celle de Nicholaoa, son prédécesseur, lorsque la
Russie renonça, malgré les excitations anglaise», à faire la
gueire u propos de l'ajinexiun définitive de la Bosnie et de
l'Herzégovine' à l'Auttro-Hongrie. Sir George» Buchanan
s'est rendu en personne, avec femme, au, sanatorium de
l.i:v eu i-inlande, pour faire visu/; à l'ancien ministre Sa-
■onoff ; il y est resté plusieurs juins. 11 aurait dit qu'il ne
rentrerai! pat à Pélrogiad avant qu'un nouveau titulaire ne
soit désigne poui le ministère dis dlï.iirr* élrangî res : il don*

p

farm

donc
nous
M

le» ce

être

tujel

pour

parti

est c»

l'org;

nerait à entendre ainsi qu'il n'y considère la présence de M.
StUrmer que comme un intérim. * .

u Des journaux russes avaient d'autre part annoncé que
0|sja visites de politesse auraient été échangées entre MM.
StUrmer et Buchanan a l'occasion du changement du titu-
laire du portefeuille des relations extérieure». Chose extraor-
dinaire en Russie : tout les journaux ont ensuite publié, est
évidence et en bonne place, un démenti d'après lequel
M. Sturmer, depuis son arrivée à ce département, n'aurait
vu ni Sir G. Buchanan, ni M. Paléologue, ambassadeur da '
France.

k Sir Georges Buchanan aurait même, ce qui paraît ua
peu vif, au cour» de ses conversations avec de» membres da
la société russe, pris à partie le Tsar en personne....

u L'ambassadeur anglais n'aur» pa» pu jouir longtemps
a Rauha des entretiens de M. Sasonoff : car celui-ci, que l'on
disait si malade, si accablé, à toul 4 coup retrouvé assea
d'énergie pour se rendre au Caucase sur une invitation da
grand-duc Nicolas Nieolaïévitch. L'ex-généralissime frondetxr
désire apparemment savoir au juste ce qui t'ett passé.

n II semble acquis que M. SasonofT soutenait nettement
lea vues de politique intérieure de» parti» libéraux et démo*
cratique», et que ceux-ci mettaient leurs espérance», dout la
développement interne des institutions russe» selon leur*
désirs, dant l'influence anglaise et française, qu'ils favori-
saient,^! échange, en ce qui concerne la politique exté-
rieure. Des éléments conservateurs, encore influent* est
Russie, restent au contraire d'avis qu'un gouvernement fort
est toujours nécessaire dani ce pays, et que la parlementa-
risme à l'anglaise ne peut y conduire qu'à la révolution. lia
sont au fond assez peu favorable à toute la politique étran-
gère de leur paya depuis vingt-cinq ant. Dant un mémoire
adressé au souverain et publié dans le» journaux, Ht donnent
clairement a entendre qu'il» souhaitent à bref délai une pâli
honorable ; ils accusent au contraire le» démocrate» de vou-
loir prolonger la guerre afin de pousser le peupla à bout et
de préparer ainsi une transformation politique conforme k
leur» vues, mais contraire 4 l'exercice traditionnel de la
plénitude du pouvoir impérial........

« Officiellement, tout est dan» la plu» bel ordre. Rie*
n'est changé dans la direction de la politique extérieure da
la Russie---- •

0 Mais toute la littérature officielle russe sa trouve parfois
contredite par des indices et par des fait» qui révèlent de»
Intentions arrêtés toutes différentes. Le» promesse» russes....
demandons plutôt aux Finlandais et aux catholiques
polonais !

« Ainti U est bien extraordinaire que les journaux russes
condamnent aujourd'hui aussi énergiquement touta la po-
litique de M. Sasonoff «t lui imputent la responsabilité
de» échecs subis par la diplomatie russe en Orient. La

« Novoïé Vremia » est particulièrement net à ce sujet II n'est
plut question de la maladie de l'ex-ministre.

« Le comble", c'est ce que la censure russe permet d'impri-i
mer au journal ullra-conservateur « Semschlschina » : il re-
proche à M. Sasonoff d'avoir été cause de la guerre contre
l'Allemagne, de ne pus avoir su trouver une transaction avec
elle, cê qui a plongé les deux pays, dit cet organe, dans un
terrible abîme. • t

u 11 faut mentionner enfin l'arrestation d'un certain nom-
bre de financiers et d'industriels accusés de manoeuvra»
nuisibles aux fonds russes et au cours du change, ainii que
de spéculations répréhensibles sur divers produits....

tc-ious ces événement» et ce» appréciations peuvent servir
de commentaires et da confirmation aux bons conseil»
donnés k tempt, mais non écoutés. C'est aussi l'Influença
exercé» par 1 Angleterre qui a declanché la mobilisation
russe au moment où le Tsar, induit sans doute ea erreur
par son entourage, la démentait officiellement. Ce fut la
catastrophe mondiale »

D'aprèi un télégramme» Stockholm, M. Bark, ministre
des Gnomes russe suivrait M. Sasonoff dans sa retraite. Le
bruit circule a St-Pétersbourg que B.irk ne reprendrait pa»

son poste après sou retour de voyage. Sa seule capacité con-
sistant il.nu Mm habileté a placer les emprunts russes k

l'i'li arig--r, et I' \n^K krrf lui a \ ant (Ionné une réponse néga-

tif» définitive, sa tâche lemblé terminée. Le contrôleur im-
périal, Pokrowtkl, représentant énergique des intérêts com-
merciaux russes k la conférence parisienne, est désigné
comme successeur. Pokrowski étant partisan énergique de
l'Indépendance économique russe vis-à-vis de l'Angleterre,
ta nomination aurait une certaine importance politique."

, ^ Le» pertes; russes.

Mou» apprenon» da bonne source le chifEre approximatif
de» perte» de» Busses, subie» au cour» de leur grande- offen-
sive. Plusieurs grand» hôpitaux de la Croix-Rouge russe ac-
cumulèrent jusqu'au commencement d'août à peu près
880,000 blessé». C» chiffre ne comprend cependant pas les
•oldat» sa trouvant dant lea hôpitaux militaires- russes et
dan» le» ambulances mobilee de la Russie méridionale, ni
ceux qui sont eoignés k domicile. Us cercles bien infirmés
évaluent la» dtrnièrtê fjertei russes en morts et blessés à au
moins 75w,ooo hommes.

Les autorité» militaire» russes ont défendu rigoureuse-
ment aux employé» des chemini de fer d'informer le public
da nombre de train» de blessés passant le» gares et ont in-
terdit, tout menace de peine» sévère», tout contact entre la
population et la» blessés.

Des informations-privées parvenues de Saint Pétersboiirg
k Stockholm, donnent des descriptions hoiribles, racontée»
fur de» soldat» revenus da front k leurs familles. Ces soldats
font un tableau terrifiant de» pertes inouïes et décrivent le
dédain absolu pour la vie humaine qui commande lea atta-
qua» insensée» contre les gueule» infernales des canons alle-
mand». 1

L» ministre de la guerre russe a publié un décret qui
, défend sévèrement k tout le» soldats en permission ou blessés
de mentionner de» événements quelconques ; cet essai de
bâillonner la vérité est un symptôme caractéristique pour
l'état d'esprit de la population russe.

Hindenburg.

La presse russe commente la nomination'du feld maré-
ehtl vou Hindenburg au commandement en chef de* armées
allemandes et austro-hongroises dans des articles d'une te
n«ur fort sérieuse. — uRjetscha du 9 août écrit : « Au début
des hostilité», lors des opérations en Prusse orientale,
Hindenburg fil preuve d'une énergie extraordinaire. Noui
espérons k présent, où Hindenburg est mis k la tête des
armées allemande» et autrichiennes, que nos propres chef»
et nos vaillant» soldats n'admettront pi» qne son talent se
développe au même degré qu'alors. »

NOUVELLES DIVERSES

f * Urie bibliothèquo de journaux.

M-Homolla, membre de Tlristitut, administrateur de la
Bibliothèque nationale, viant d'adresser au ministre da
l'instruction publique un rapport relatif k la gestion'de
cet établissement, dans lequel il expose, notamment, l'uti-
lité qu'il j aurait d'affecter dans la bibliothèque une salis
spéciale pour le» périodiques et les journaux, comme il en
existe dan» plusieurs capitales do l'étranger.

M. Homolle y développe celte idée que les périodique!
et les journaux sont aujourd'hui la voie directe par laquelle,
soit sous la forma d'exposés, toute découverte, toute nou-
veauté, sont immédiatement portés à la connaissance des
spécialistes et du public.

Groupés dans un service largement conçu et abondam-
ment pourvu, ce» précieux documents aideraient puissam-
ment dans leur» recherches et dans leurs efforts pour
coopérer k la lutte économique d'après guerre tous ceux
qui auraient Intérêt à les consulter.
 
Annotationen