Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
qazettê OES ardennes

7 Novamkr* im

LISTE F*T 257 COMTES A f*T ENVIRON 700 8! 088 S

, (Reproduction strictement interdite)

PRISONNIERS FAITS DANS LA RÉGION D S VERDUN

la dis! io liti Ha unîmes disHnen! lis ■Mfj où si trouvent les prisonniers dont iss nos sbIyshL — U total m nous puoiiés IWulaurinsi si wtto i nvirn 310,700.

Total dos prisonniers français Internés en Allemagne i 365,000.

INGOLSTADT

(Lias* d'officiers. )

Aerejnbout Ernest, Comm*ntry (Allier), souj-Iiout, chas». 4
«Wdet .. ja. », -•. (tM *t-Ljv aepir., Int. 36.

«tonneau Vl*t*r, • - « « oS*tnej, comm., lui. ISA

O- Maurect, S: i '.*- . » S : t ; ■ c (But*), «.-lieut., inf. S
tattavOiier Jean, Vannes fMwbitan), **u*-R*ut, inf lit.
•curant Henri, Qulmper (Finistère), sous-lieut., Inf. HA»
Dilifard Yve», EqueurdrevtU» (Manche), captt., ïnf. 79.,'
fie; André, Pari* .sous-ttauL, Inf. 71.
9e Cerné Robert, Parts, litut., chas». I.
finie r Robert, Parla, command., Inf. 994
aHlmas Emile, Velzi» (Cantal), sous-lieut., tilt 30.
•nrar.d Ba»0«, Plessé (Loire-Infor.), aous-Heat., Inf. 111
Ésrard Guy, P»rtsv aous-Ueut,, «hase. 1
»>ervé Roger, *ochefort-i.-M. <Ch -Inf.), «oua-Lieut., inf. A4
stenoré Camille, Tourcoing (Nord), sous-ldeut., ehasa. 18.
proche Pierr#t Auxerre (Yonne), sous-lieut, inf. 37.
«•breton Julee, St-Léonard-Chemillé (M corn., Inf. 144

t* Priellec Jean, Meucon (Morbihan), soua-lieut, tût, 114
laftourneau André, Toul (Mwr.-et-.VIos.), lous-tieut., !nf. 71,
L*'r Marcel, ■t-Martin-s.-Ie-Pr* (Marne), eous-lieut., Inf. Jf.
La >t George*, St-Dizier (Hle-Marne), tous-Iàeut., inî. 79,
tkertatti Jean, Bngnoles CVar), lient, chat*, fi.
peMtin Henri, Nancy (Meurthe-et-Mot.), «ous-lieut., Inf. ÎIV
sjaanaxicler Paul, Paris, commandant, Inf. 26.
9H : Maroet, Wancy (Meurthe-et-Mos.), sous-lieut., bit 79.
eWiceot Chéries, Nancy rsienr.-et-Mo*.), «ous-lieut-, Inf. IV.
sfcstat-Gérau* Joseph, St-Prtx (Allier), eoue-Ueut, rliase. 14.
aWuvan Jean, Le. Colle (Alpes-Mant), capit, Int. 78.
etf.ior Lucien, tt-Dié (Vospea), sous-lieut., chas*. 8.

•ettè Celeeam, ïloacofT (Finistère), sous-lieut, Inf. 118,

Mte Gabriel, Lesneven (JJInlstère), sous-lieut, Inf. 11.

Hjmb*Uiay Paul, Pans, soue-lieut, Inf. 158.

••Wn Louis, Laifie [Orne), Beut, Inf. 34*.

leencreau Ajttlré, Aniony (Seine!, lîeul, Inf 330.

MTier Guafcau, Parie, lieut, Inf. 330.

an: uni Pierre'Parte, Ueut, tn(. 130.

3>a«no« Paul, La Flèche 0*rttre), rft aa* , inf 360

Servo Aboi, lrf<: (Instar»), lient .Inf. 144

fJMe Charles, Mayenne (Mayenne), command., inf 944

•eyrot Raymond, Dune (Creuse), asptr., Inf. 366.

aigneulle Aéra*, Ville-d'Avnay (Seme-et-Ois*), lieut, Inf. S*

tocquemet Robert, Pau (Sa«aea-Pyrénéee), aepir., inf. 364.

••nalnou Paal, ■aie-Colombe (*3*we), lieut, Inf 164

sHiiie Fernemd, «t-Gillea (Mamè), heut, Inf. 143.

4tayot Elie, Lyon (T\hone), aepir , Inf. 184

fteury Marcel, Paris, captt, Inf SOI.

tf>rthand Henri, St-Mand» (Seine), eaptl, Inf. 366.

4îa(ma Emile, Enghirn-lae-Bains (SAne-tt-Otte), lieut.', g. 4

»*•• Henri, Paria, caplt, Inf. 964.

âa Montalembert Jean, St-Mlhiel (Meuee), eaptt, Inf. M4

Pourry Ren«, Mondeville' (Seine), aou*-ii*ut, tnf. 303.

D»verna Loui3, Verdun (Meuse), capit, inf. 104
Leuiglote Victor, Paria, lieut, Inf. temt 31.
Gouet Auguste, Pans, Ueut, Inf. 330.

Knocker Wi'liam, Enghien-les-Bajn* (Seine), lieut , Inf. BL
Maquet H., Chalons-sur-Marne (Marne), aide-maj., inf. 144,
Linger bejnft, Nantea (Loire-Inlér.), capit.-aviat, inf. terr. M
Jardia Louis, Ferme-d'Achercs, lieut, inf. 303.
Pierret Henri, Le Mans (Sarthe), lieut, Inf. 330.

Ambard Georges, Mustapha (Algérie), eerg , chass. d'af. X

Coudere Joseph, Suan (Canial), Inf. 44.

Deleroye Louis, Deulemont (Nord), inf. 33.

Devillere Jules, Givenchy (Pas-de-Calais), inf. 33.

Deroo'Ernest, Bailleul (Nord), cap., Inf. 327.

Defosse Ferdinand, Saillyau-Bois (Pas-de-Calais), Inf 934

Quilerath Maurice, Paris, tnf. 164

HuUn ZiIïub, Bons (Meuse), Inf 59.

Locoeuvre Albert, Marcq-en-BaroeuiI (Nord), cap:, Inf. 164..
Loison Jules, Beugny (Pas-de-Calais), Inf. Î33.
Peneau Stonr^slas,. Montbert (Loire), inf. 44.
Porcier Ernest Thim-Sl-Martin (Loire), Inf 59.
Quentin Léon, Loose (Yonne), aerg,, inf. 59.
Regnault Alfred, Belle-Creuf (Seine,, inf. 164.
Servant Hippolyte, Sl-Sigotame (Hte-I^îre), zoust. î.
Thuillier Edouard, Londres (Angleterre), Inf. 33.
Vlaud Louis, Auvret (Vienne), zouav. 2.
Ferhane Mohamed, Oran (Algérie), tiratll. alg. 2.
Penot Jean, Sl-Quentîn (Aisne), Inf. 238.
Guette Joseph, Sainte-Agnèa, inf. 54

Pigueres Jean, Castelnau (Pyrénées-Orient), ee'rg., Inf. SU»

Decoux Jacques, St-PSere-de-Freje, Inf. 211,

Bonnau André, St-Martial, inf. 2U.

Defoly Georges, Cotincamps (Somme), Inf. "259.

Vicena François, Alger (Algérie), cap., zouav. t.

Bennl Hamed, Sétif.fAlgéne), cap., tiraïll. S.

Allaij Robert, F.létot (Seine-Inf.), cTiass. 4 pîed 121.

Bounrd Georges, Chateaudun (Eure-el-Loire), Inf. Ifl8.

Crochet Pierre, St-Brice-en-Cogièa <IIIe-et-Vil), chase. ItK

Cbapoutot Louis, Infanterie 17E.

Fournier Pierre, Tréport (Sefnc-Inf.), Inf 407.

Paradiea Marcel, Troyes (Aube), Inf. 167.

Tessier Julien, Avessac (Loire-Inf.), cap., inf. 217.

Poisse Lucien, Larivière (Terr.-de-Belforl), a.-lieut, Inf C3L.

Boudeville Georg, Marey (Vosges), Inf. 167.

Dahau Pinos, Moscara (Algérie), inuavee 2.

Queffelec Tristan, Cohaa (Finistère), inf. 7.

Gaucherot Gaston, Biesles (Hte-Mame), eerg., Inf. 24M*

Jouvi Jean, Miolet (Hle-Marne), inf. 35S.

Borda Henri, Parly (Yonne), chass. 1R1.

Bournol Louis, Montaut (Lot-et-Garonne), Inf. 14.

Charreteur Yves, Guilers (Finistère), inf 7.

GuQbert André, Andruicy (Pas-de-Calala), Inf. 168,

Peulticr Léo, Bourg-St-Marie (Hte-Marne), inf. W.

Renucoi Pierre, Vellone-Ornest (Corse), inf. 178.

Arnaud Léon, St-Rerny-de-BIot (Puy-de-Dôme), tnf. 164.

Bourgeaiïlat Jo»., Lyon (Rhône), inf. 167.

Cabanna Louis, Lurcy-Lôvy (Allier), inf. _16T.

Gentet Alphonse, Joigny (Yonne), Inf. 168.

Godard Marin», Toulon (Var), cap., inf. 164

La Broton Georg, Vanveg (ïlorbfban), Inf. lflj.

Lottorl Ernest, St-Ouen-des-Alieux (Ille-et-fX «ip., tal M!.

Leménorel laid-, fcfontcliauvet (Calvados), Inf. 168.

Mardoa Raoul, St-Maîiin-des-Champs (Cher), Inf. 164x

Noedte Désiré, Dunkerque (Nord), cap., inf. 168.

Pineaux Charles, St-Maur-des-Fossés 'Seine), inf 34

Roblin Théod., Loire (Rhône), Inf. 167.

Costelot Raymond, St-Pierre (Seme-Inf.), Inf. 80. *

Bogè Ange, Péaule (Morbihan), inf. 39.

Ponoet Joseph, Eveux-s.-l'Arbreete (Rhône), adj., chngt. 1S.

Bellevilla I^ouis, St-Michel-s.-Meurthe (Vo^gefl), chas». IM.

Fouillue Victor, Gionville (Se-îne-Inf.), Inf 39.

Rosier Louis, La Verpii'ière (Isère), Inf. 38.

Leroy Jean, Plflnolie (Loire-Inf.), inf 39.

Picot Laurent, Digosville (Manche), inf. 241.

Lechaux Auguste, Montauban-de-Butngne (l.-et-V.), hit. Mft

Bouleiller Norc, St-Germain-d'Eiabics (S -Inf.), cap., lT*f. M,

Guenot Raymond, Bonze (Côtea-d'Or), inf 405.

Quibller Maurice, St-Genet-Malitaux (Loire), inf. 339

Aubourg Victor, Etainhaus (Seine-Inf.), inf. 39.

Barthod Michel, Aru-a.-Lison (Doubs), inf. «7.

Bedu Eugène, Bourges (Cher), Inf. 407.

Bacheiet Jul, Elbeuf (Seine-Inf.), Int. 39

Beurrinnd Etienne, Cheylae (Isère), Inf 344.

Bon* Pierre, St-LIzIère (Ariege), Inf. 340

Bourgoi» Auguste, Rosendael (Nord), inf. 16.

Beaunay Dam., Ancourleville (Nord), Inf. 3t.

Bénard Théophile, Rouen (Seàne-Inf.), cap., Inf. **.

Bau,warth Armand, Fforimonl (Ht;Rhin), Inf. 407,

Boismard Emile>, Eibeul (Seine-Inf.), inf. 89.

Chabot Joseph, Caudebec (Seine-Inf.), Inf. 89.

CouveUier Elit^ Lee Mes (BaBsea-AIpes.), inf. 3*0.

Carasaa Louia, St-Joeef-de-Rivièra (Isère), inf. 3*4

Cipr* Emile, Riguepeu (Gers), Inf. 288.

Denizot Eugène, Pari», aerg., inf. 233

Desmoulin Achille, Sivoz (Isère), înl. 340.

Dent» Emile-Fr., Argenteuil (Seine-et-Oise), inf. 94.

Fouchard Raphaël, Onteau-le-Vattoia (Setne-înf), lnt 14

Gra» Gaston, Melv» (Baeses-Alpes), cap., Inf. Ht,

Gauthiar Joan, Buseivôree (Dordogne),. Inf. 97.

Guary Joseph, Quivillon (Seina-Inf.), Inf. 3».

Guezo Marcel, St-MeJvin (Rle-et-Vilain*), cap., tnf. 94

Gathiar Jean-Bapt., Condand (Puy-de-Dôme), ihf. tt.

Hette Victor, Quettravill» (Alanche), Ini. «L

Hebrard Joseph, Nha* (Hérault), cap., inf 344.

LOdgar Henri, Raiemes (Nord), eerg , inf. 147.

Labat Joseph, Vicla-du-Gera, inf. 9*7.

MaurW Gyrilià, Ayaa (Hte-Savoie^, inf. 4fT.

Marcel Paul, Combomi» (Drôma), aerg., Inf. 444.

Morin GusUva, St-MarceMn (Iaèral lnt 944,
Noël Gaiton, Fécamp (Selne-lnL), Inf. 9t.
Noblecourt Emila, SKhienMji (Alana), Inf. Ml
Ousal Jui, La FeulMa (Seina-Inf.j, bat 9t.
Oudin Marcel, TrlaJ (Seln*-a4-Oiat4, tut m.
Prevort Jn'.ea, Rouan (Sema-Inf.), eap., înf m
Perreal Hanrt, Pari», chae». * pied Itl,
Paoclnt» MlcheL Niea, (Alpeja-Marli), c»>, nat 444,
Roux Hllarion, Mariaud fBas-sea-Alpe»), lnt St.
Reynand Aug., St-Bonnet-en-Coampsaur (Htaa^Alav*, M I
Raval Jean-Bapt, Deachavièraa (Puy-de-DôroaL tat H.
Palpay Charlaa, Fécam» (Salna-lnt), Inf. St.
Sapanet Adrien, St-Pterre-to-Poal (Creoee), tut 44,
Trabat Plerr», Conan (Lolre-at-Cher), chas». M4
Toutoln Eugène, Rouen (Seine-Inf.), lot 44.
Vlnson Henri, St-Andéot fArdècb»), Inf. 444,
VU Gustave, Manglon (Drôma), Inf 340.
Bardoina Ferdinand, UON (Hle-et-Vilain«), tôt 44
Bénard Robert Berville-en-Caux (Seine-InfAr.^ M. M.
B*igeron Françoi», Roaudin (fiarthe), tnf SCS.
Berhault Joseph, Mouiln* (ÏManche), inf. 204
Berry Georg., Fontenay-St-Pir» (Seine-etOlaai, e*«#, aC
Boisan Jule», Puya [Bosset-Pyrinée»}, Bat 407.
Cahuat Paul, Magne-sur-TiU» (Côfc-d'Or), chaae, 14».
Chandelier Maurice, Roue» (Seine-Inf*r.), »«rj,, bWL tt4
Chouand Firmia, Paria, ca» , inf 44,
Cerbière Léonard, Auat (Kune-at-Loira^ fat 44.
Culadet Henri, Part», cap., chaa». 141.
Dancel Lucian, Haineville vMancha), in/. 22t.
Danton Augusta, L* Pttit-EMart <Sein*-In/*r.), cep., M
Déconflay Arthur, MonlviTI» (Saine-Infor.), inf 44 '
DemaU Loui», Ieas* (Charenia), c&f., int 204.
Fremont Fernand, Condé-sur-NoJreaa (CalTadatk, tat 941
Gouyatte Jean, Lanfakia (QHea-4«-Nord), lof. tOL
Guerrand Albert, Anglaoce-la-Parc*» (Gaivadoat, 9W. 444
Halot LouU, Sourdeval (Manon*), oap., tat. H4
Havy MAurioa, Pan», Inf 49.
Henaé Henri, Bfaa (Mancha), inf 244
Jeanblanc Françoi», Fraisa* («le-Satdaw), M. m.
Léger Loui», Granvalli (Manche^, laf. 84S.
Lesenechai Paul, St-Martin-de-Sallam (Caiv*4««4, W. M
Leterrier Jul**, Levetlrean. (-Manche., itU. 24f
Mabrn Maurica, Montferran4 (Vuy-da-DCma),
Mac* Pierre, Maillac (Dj* »4-V«««a), bit Stï
Mao* Ludea, Iffeoav* (nia-ai-VSaJit*^ int. 44,
Martin Ren*, Irthtu (MamcJïai, ntt 20.
Patn Laon, St-Oenia (Caivaai*»*T lut. 49.
Poche» Jacquaa, L* HaTra (l*ln*-Ial*r.j, tat
Paifol LéopoM, Noi*a* (GtWOrL a*r#, ateaev m.
Tort!vin» Mai*., MonlaubM-ds^Mtean» (I.-**.V.), 4tt
Vaie* Qauda, Sass*n*y (Sa*ne-**-^ir*),-afc*aa\ 144,
Vlalloa Euf*a«, Mrntrol-Tbiguiter (RMn*)t tel. 944
Bonnet Anton, Er»vl*-Ry (Hte-Vlenn«), tw. 44

i ver» Moisliui*. Un a» nea hmi tri-plsee* a ***>
B«ndu, le mftme jour, deux avion •Ilemamla eut «ont tombée,
fan sur l'aérodrome de Metz-en-Couture, l'autre au Mont-Setn*-
•uenlin Dana U rèpion é» Verdun, ua avioa allemen* a «M
4%alui rtn Mon.. . WoCvre' par l'adjudant Sayaret. Ç'aM
tk Bixitmfi appareil dr*cendu Jusqu'à ae Jour pu c« pilota. Une
4a aoi escadrilles a attaque i U mitrailleuse un* eolonn* *'ia-
taatene ennemie vera Azanaea et «laa reiaa vers CartTlan» «
kanartennes. Enfin, en AUace, un de noa attotaa a attaqué quetr»
appareils allemand» si a abattu Tua d'ev» eui a'aat, ècraaé eur la
*»t prda ,. A'^ircu.

BULLETINS QFTICIELB ANGLAIS

(Front occidental.)

Landros, 31 octobra 101*, 10 h ao4r.
Wotre anillerie et nos mortiers de Iraoehé» aot moatr* u*a
afeaei frande activité au cours ** 1» journée ver» Hohensolleen
*t le canal de la Bas««e. VV bombardement ennemi *an» aa
aicteur d Ypres, à. Hebuierna »t au Butl 4a l'Aner», perliw*lt»r*»
ment vers lea redoutes Stuft, Schwaben *t kk Iranchée Rafina.
Aur la reste du Iront rien à signaler.

Londres, 1" novembre 1916, É h. matin et 9 h. soir.

Des coupa de main ont «té «xecuioa avse auccéa au coure *»
la nuit contre les tranchées allemandes au Nord-Eat d» FeatubeH
et vers Mi'saanes Bombardassent intermittent au Sud de l'Ancre,
tur lo reste du front non « sifnalor.

Une attaque secoudairo eiécuioe cet spréa-midi an liaison avaa
la» iroupca française», h l'Est de Leabceut», nous ■ psrmia
d'eftectii' r un» certaine proajrtasion. L'ennemi a violemmes»
bombanlit nos lignea entre Le 3ars et Gueudecourt Sinai que vere
tk redoute t Schwaben ». Ce malin, nous avons éfflcaccnient boae-
barde le» irancheea ailemandea au Sud d'HuUuch.. Un coup aa
main ennemi a lOucal d Angrea a tt* aisément rejet*. Hiar,
fàvislion a exécuté avec succès quelque» reconnaiesancea et
bombarde ment» de batterie». Un anuuroil allemand a et* contrat»*
d'sltprrir avec dea~»ven<»e. Un des nôtres n'est paa rentré.

Londres, 3 novembre 1*1*, U h. 34 m»Ua.
La pluie a continué toute, la nuit. Autua événement Importes»)
à sifoaïer.

Autour dm la Guerre

s L'EFFORT NBCC4SAIHC s.

Dans un article, dont la moitié au ino.ni » été coupe*
par le censura, 1' « Scieur ■ du a8 octobre a essayé d« défi-
nir f a B/j*»rt néceiîdire pour vfluncr» en Orieni », Voie*
l«i principaux passage» que la cenMire % respectés de c«t
article du général Pcrrot :

a L'entrée en ligne d« la Roumanie avait donn* lias»
aux va*les e*poir*. L'année rouniauia, d'âpre» dea gena hio*
Informé», comprenait 000,000 hommat. Plu» de 700,00*
hommes, disaient d'autre* personne» encore mieux infor-
mées. 3oo,ooa su maximum, disais-Je, d'après 1» ittutUoal
1* l'artillerie roumaine complétée, en dernier lieu, par la
France. Le» événtun uis ne oontirnient que trop me» nrévl-
•tona.

« A me» yeux, l'importance de i'eutrée de 1a Roumanie
dans le camp de« .ilhé» n« en^rLait paa seulement dan»
ton aimée, main suitmit duus son teirltoire. Outre qu'il
est fuit riche en pcirote et en pruduclion» asrricoles, it per-
patlait aux Busse- de dounei la main à leurs alliés à Lrover»
la Bulgari*. Je l'ai dit le Lendemain même de la déchratioa
de guerre de: la Kcuni mie * I ft.utAh*, et il n'eat personne
qui n'ait eouipris l'iiupoiUuta du nouveau champ de
laijle qui s'ouvrait cû '.aient.

■ Mais en mémo temps je faisait remarquer que lot
Allemands comprenant aussi bien que nous, sinon mieux,
l'importance de conserver leur» communications avec la
Turquie, il faudrait «près d'un million d'hommes sur oa
nouveau théâtre d'opérations.

a Comment, *-t-on dit, lea Auslro-Allemand» pour-
raient-ils réunir 11 de grosse» forces t Ils n'ont plu» d«
troupes disponibles I Par avance, j'avais fait voir le néant
da ce* affirmations. Dans un article sur le; effectifs actuel!
austro-allemands j'avais fait voir que le» Autrichien*
pourraient, en peu de moU, remplacer le*-700,000 homme»
perdus dans l'offensive russe et montré que les Allemands,
tout a* maintenant leurs effectifs 1 3,700,000 homme»,
garderaient encore en réserve environ un million et demi
d'hommes....

k L'envoi d'une mission militaire importante en Rou-
manie, roffensive da Verdun, prouvent que la France *'«i
rend parfaitement compte ; en es!-il de même dans lej pays
allié* }

, (Censure.)

a Puisque la France a support* le choc de la guerre jue-
aruli l'attaque contre" Verdun, ' la Grundo-Bretagna a 1*
devoir de supporter le choc dea phases prochaine» et finale».!
C* sera le gloire et le privilège de l'armée britannique. ■

« Ainsi s'exprime 1* 1 Observer » du 1 *ctobr* et ce*
article a été reproduit dons plusieurs journaux: frinçaie. Il
n'est pas le seul qui se soit exprimé ainsi al t* Parlement
a entendu dans lo même ordre d'idées de» accent» enror*
plu* véhéments et .tout aussi généreux.

«Cependant que voyons-nous r Pour dégager la Rou-
eninie c>»t l'offensive d» Verdun qui te déclanch» l Jamais
plu» belle occasion ne se rencontrera pour l'Angleterre da
faine, * elle seule, une offensive vigoureuse, bien à elle, a
laquelle l'armé* française, n* pourra prétendre en lien.
L'offensife sur la Somme ne audit plus.,.. 11

(Toute la conclusion est coupéo.)
Il ressort de ce que la censure a lai«sé lubsister, que 1*
général Penot eslime que c'esi aux AnyLait, aux Anglais
wul» maintenant, do faire !e * grand effort » et do consentie
Ltt sacrifice» nécs<airea. Mais c'est là, évidemment, un*
opinion subversive, même de la part d'un général français,

MACKENSEN A CERHAVODA.

Sou» ce titra )• général N , ciiuque militaire du. • Bonne*
Su,.,- >, l'article, que voici : 1

« Nous disions hier que si belle que soit la victoire rem-
portée par nos vaillants soldats devant Verdun, il na fallait
pas qu'elle nous masque une minute la gravité de 1» situa-
tion de l'armée roumaine.

Dans ls soirée, une dépêche confirmait nos craintes. On
apprenait que le» troupe* de Mackensen, après evoir occup*
Constantïs, où ellea semblaient n'avoir saisi qu» peu d'ap-
provisionnements, avaient ferrie Ccniavod».

D'apréa la communiqué allemand, ne* alliés sciaient
heitelés par la cavalerie ennemie et leur retraita ver» la
Danube s'effectuerait duus des conditions asse» angoissante».

. La communiqué ennemi exagère peut-élr», mais il e*t
hoi» de doute qu'une minée en réduite doit éprouver de*
difficulté» sérieuses pour passer un Deuvt trè» large à la foie
sous 1» canon de l'ennemi et sous la menace d'uno cavaleri*
tnslacieuae.

Pendant que Mackensen ^ragne du terrain en Dobroudj»,
pBlkeniinyn, au Nord de le Hmimanie, remporte quelque»
succès qui, pour n'être pas décllifs, n'en sont pas moin*

. inquiétants.

De toute évidence, il faut agir avec beaucoup de date ai
l'on veut réussir a empêcher les Roumains d'expier trop
cruellement leur collahoi ation avec l'Entente.

On annonçait hier, et c'était une bonne nouvelle, <fa\
travers l'Albanie, le» troupe* Italienne* avaient rejoint ltt
élément» de l'armée 8arrs.il. Ainsi, une nouvelle lign* 4*
communication» est ouverte eux allié».

D'autre part, 0* n'est pas dévoiler un secret qu* d* dira
qu'on a compris autant en Italie et an Angleterre qu'eu
franc*, qu'il fallait envoyer * Serrait dea renforts puissant».
Il serait fou d'agir autrement, et le» intérêts de» diverse*
puissances de l'Entente sont maintenant trop liés pour qu'un*
action commune na soit pas effectivement repris».

On mt permettra une fois encore d* signaler qu'aprit
avoir été trop loin dans la louange, la presse française, mem*
U plus sérieuse *t la plu» grave,,*», trop loin dan» 1» critiqua.

Lea déboire» d* l'Entent* eu Dobroudj» et an lY.uisji»
vanie provoquent de* réllexion* anières.

Lo n Temps » écrivait :

« Pour ce* concentrations brusque» et puissant*», la
stratégie n'est pas seulement l'art de la guerre : c'est eus**.
celui aa la politique, ou c'est, en d'autre* terme», la dirao-
tion même de 1» guerre. Cette direction est certainement plu*
facile pour no* adversaire» que pour nous. M»i* la difficuIU
na doit être que 1* stimulant d» l'action. Co qui s* paa** •*■
Orient prouve, quelqu'en sott I* lendemain, que, du cot*
/ de» Al.ii-s, la direction de la guerre n'est pas encore c* qu'elle
doit être. Son unité t'est ailiimé* par de» discourt et de»
conférence» : on ne la discerne pas dans le» fait». Elle a par*
plu* verbal* que réci)*, fait* d'intentions, plus que d*
résultat». 11 faut qu* la troisième année de guerre soit l'a»
néa dea résultat*.

Noir* politique oriental» a-t-elle été marqué* par I esprit
de cohésion et de réalismo qu'exige le duel ou nous lommej
•ugearés } Evidemment non. A qui 1* faut»* ÏVoua ne 1*
rechercliofi* pas : 1* mal est fait. Mois Ce mal, il faut I» voir
tel qu'il est, si l'on veut le corriger. La question qui s* pose,
celle à laquelle sa rattachent toutes nos récentes déconvenue*
est une question de direction de I» guerre. Cett* direcUosi
est i créer. L'heure des hésitations, des retard» et de» paroi*»
est passée : les peuples qui se battent attendent le» acte». *

N"i.it .souscrivons volontiers à ces conclusion», sant
partager pourtant l'amertume de noire éminent confrère.
C'est peut-être parce que pour notre compte, c'est quand o*
parlait que nous proclamions la supériorité de l'action fur
le verbe.

Je ne sais plus quoi philosophe — il était peut-être Alle-
mand — » écrit : Les parolei sont des femelles, les acte*
ifui, ton! des mâles.

Pour faire la guerre, il faut des maie». C* n'«st plu» le
temps des bavardage». Mais qui sait si le» bavards n'ont
autant discouru que parce qu'on le» écoutait troj), et qu'o»
n» trouvait jamais de qualificatif» it**4 élogieux dés qu'il)
ouvraient le boucha f....

A chacun ses responsabilités, eonfières.... Les vôtres ne
■ont pas le» moins lourdes 1 » GénérûJ N.,.

Las général N... ust un des liés rares critiques militaire*
cU La presse parisienne, qui recomini^eut le» qualité» d*
l'adversaire. Est-c* parce qu'il est soldat, tandis que U
plupart d* se» confrère» sont de» écmeurt de métier t
Ceat en ce» terme» qu'il parte du chef de l'éut-mujor *ll«-
mand :

« Noua avons dit souvent qu'il fallait savoir rendre jua-
tto* à ae» ennemis.

C'est un excellent exercice qui a l'avantage da permettre
da mieux se juger soi-même et d'augmenter ainsi la con-
fiance qu» l'on peut avoir en ses propre» forces.

Illndenburg est un etief. Quand nous avons apprit qui!
prenait le commandement de l'ensemble d-s force» al!»
mande», nous avons dit : v La partie va se jouer serrée. »

Nous no nous trompions pM I

Rindenburg joue gros Jeu. Sur tout lu front orientait, ta
bataille est allumé*. Elle e*t quelquefois Impotefl par no»
allié», mais le plus souvent voulue tt conduite par Lui,...»

LS PROBLÈME STRATEGIQUE.

Dan* le a Radical», 1* lieut*n»nt-colon«l Prit étudiai»
e*s Jour»-»» en ce» terme» 1» problème stratégique rouman*.
oriental :

« Qu'ailée mesure» ont adopte*» les Allia» pour annihila*
le* effeta d* La combinais©* Hindenburg } Km attaquant
partout, da Prlpet e* Djnrertar, Broussirof retient évrfem-
ment sur place un* groe*e parti» de» contingents qu» Hua-
denburf eût *t* heureux d'espédler k Falken*iaï& S» Il
cn.«f d«t »rm»** russe» du Sud venait h briser la résistance
de» armée» allemande» qui lui sont opposée*, le» coa*eV
quence* de l'événement seraient tellement grave* qan l'Ait*-
magn* devrait se résigner * abandonnar la p*rtia an Oneot*
Don* l'offensive menée ai energiquornent par nos allie*
est logique et rationnellement couduite. ËU-alJe auflUant»?
La* ftiU a* chargent tle répondre négativement, à première
vue d* moine, puisque i*» Roumain» sont actuellement
eontraint» de ae replier sur leur» frontière* pour emptoba»;
i'invasion d* leur pava ; mai» H **t poseàbM qu* dea dt*>
position» aient ét* prisa» pour que l'arrêta là, ooeam* jeata»
l offenuv* allemande sur la Mérite, le pouaee* tt» Faite*»,
baya. Le» «tata-major* rouan ai* et ruas» «a dù t* exns>
oertar k cet égard; dan» ma modeste sphara de f knvn 1 qw»*
(Uns la» lirait*» d* c* qu'il m'a et* pcraiia de dire, j J
examiné sommairement, maia d'assw près, l'éventualité e*
train d* derenlr un* réalité; je -peut* que d'autre» l'ostk
•nvisag** également, pressenti ce qui allait surgir et que
l'erreur d'appréciation commit* sur la capacitt d* I» rèsta-
tano* allemande an Hongrie sera bientôt réparée. C'est
ee que nous na Urderoni pas k savoir.

— Remarquons que Mackensen a fort habilement jota*
a» partie dana le montage da la manœuvre da nundrnburg.
D t contraint les Roumano-Rusies à diriger aur la De*
broudja de* force* qui feraient très bien m Yalecni* k
l'heure aotuetla, car ell*» contribueraient k barrer h
chemin k Felkenhayn. La outre il a C^afai 4* tempe,
permis au général allemand d'arriver en fore* e* TransyL
vani» et d» t» relier aux troupe* bulgare» ; gros avantage
qui a ét* bien exploité.

— De notre cûté, comment avons-nous procédé } Nom
avons, da concert avec l'arméa anglaise» attaqué le* Ail*
manda tur la Somme. Rien d* mieux ; en même tempe
que nous allégions le» troup»» de Verdun dans leur rude
tiche, nous obligions Hindenburg k ne, prélever sur la front
occidental que des contingenta assee limité*. Mat» 1» ritrux
maréchal employant sa lactique favorite, a maie* deveaU
la Somme toute» les troupu» qu'il • pu prélever d» I» f frui-
tière amas» k la mer du Nord, itiu' trop de risque «*
remplaçant le* homme» par I» innt^ntl tur lea partie* dé-
garnie*. 11 nous tient léte et pendant e» tempa ectiîre
de monter ta manœuvre oriental», tt

(Coup d* oiseaux, de la centure.)1 v
SUR MER.

Dorirn, le 4 novembre 1816 (offtcirl).
Le â3 octobre un de nos aous-marin» » détruit,^* l'Oeaas*
da l'Irlande, un petit croiseur ourlais d'ancieu lyp*. k dvux
Cheminée*. Le Chef de l'Hat-Major (U é* MsriM.

Lugjino, le t novembre 1*1*.
D'sprè» une information de 1' * [Info* télégraphique»,
le croiseur italien « Quarto » (S.Soo tonneaj » prl» feu **
a coulé, le g octobre, dans la baie de Naple».

0, « Copenhague, i* i novembre lvlt

Lt'aprèé un télégrumm* privé de Stockholm, le vaiafea*
de lign* nus* « Sewrxtopvl » aurait tonrh* une mine, U y
t huit jour», et subi dr sérieuses a^nr,o.

LE SECOND VOYAGE DU n DGUTSCHLAND ».
L» a/otimol de GerUve* publie quelque détail» »*»r
I* »ou»-in»rin maithand « DeniseJiiim..' », arrh* 1* i" no-
vembr* k New London (Conneclicul). Nous y lisons enir*
autre :

L* a D<tilscnlcnd » e*t toujours commandé i*ar aV

eapilnine Koenijr, et le» Allemand» affirment qu» l'éqwi.-*
 
Annotationen