Félibien, André
Des Principes De L'Architecture, De La Sculpture, De La Peinture, Et Des Autres Arts Qui En Dépendent: Avec Vn Dictionnaire des Termes propres à chacun de ces Arts — Paris, 1676

Page: 404
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/felibien1676/0432
License: Public Domain Mark Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
4o4 DE LA PEINTURE,
à part ; & à mesure qu'on en a besoin pour travailler,
on les détrempe avec de l'eau de colle ; ou bien, si.
l'on ne veut se servir que de jaunes d'œufs, on prend
de l'eau parmy laquelle on aura mis , sçavoir sur un
verre d'eau , un verre de vinaigre ; le jaune , le blanc ,
& la coquille d'un œuf, avec quelques bouts débran-
ches de figuier coupées par petits morceaux, & bien
battues ensemble dans un pot de terre.
Si l'on veut vernir le Tableau lorsqu'il est finy, il
ne faut que le frotter d'un blanc d'œuf bien battu %
& après y mettre une couche devernix, mais cela ne
se fait guère , si ce n'est pour les conserver de l'eau ;
Car le plus grand avantage de la détrempe est de n'a-
voir point de îuisant ; & de ce que toutes les couleurs
demeurant martes , on les voit dans toutes sortes de
jours, ce qui ne se rencontre pas aux couleurs à hui-
le , ou lorsqu'il y a un vernix,
CHAPITRE V I
De la Teinture a huile.
L'Invention de peindre à huile , n'a point
elle connue des anciens. Ce fut comme je viens
de dire, un Peintre Flamand qui en trouva le secret,
& qui le mit en usage au commencement du qua-
torzième siecle. On peut dire que la Peinture receûc
alors un grand secours , & une commodité admira-
ble. Car par ce moyen les couleurs d'un Tableau se
conservent long- temps, & reçoivent un lustre,&unc
union que les anciens ne pouvoient donner à leurs
loading ...