Fougères, Gustave
Mantinée et l'arcadie orientale: Contenant 80 gravures dans le texte, 6 heliogravures, 1 phototype et un plan de Mantinee hors texte, plus 2 cartes en 6 coleurs — Paris, 1898

Page: 249
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fougeres1898/0275
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LA RELIGION M ANTIN ÉKNN E .

240

du temps où, comme nymphe arcadienne, mère de Pan Nomios,
elle régnait sur les troupeaux de bêtes à laine (i)?

D'Arcadie, Pénélope passa par le môme chemin qu'Ulysse, dans
la Laconie supérieure ; elle s'y combina avec le culte d'Aidos (an-
cienne déesse chthonieune, forme féminine d'Haidès?) tombée
ensuite au rang de personnification secondaire de la Pudeur. Les
légendes achéennes l'associèrent, avec Ulysse, au cycle des héros
tyudarides, en particulier à celui d'Ikarios, frère de Tyndaréos.
L'épopée les unit définitivement et leur lit de nouvelles destinées.
Pausanias recueillit, sur les bords de l'Lurotas, une fable où se
retrouvent les principaux éléments de cette association (2) :

« La statue d'Aidos se voit à trente stades à peu près de la ville.
C'est, dit-on, une offrande d'Ikarios, consacrée dans les circonstances
suivantes : Lorsque sa fille Pénélope eut épousé Ulysse, Ikarios fit
tout ce qu'il put pour décider son gendre à s'établir à Lacédémone, et
" ayant pas réussi à le décider, il eut recours à sa fille elle-même, la
suppliant de rester avec lui. Quand elle parfit pour Ithaque, il pour-
suivit son char en continuant de la solliciter. Ulysse qui avait patienté
jusque-là finit par dire à Pénélope ou de la suivre de bop cœur ou si
ce'a lui convenait mieux, de retourner avec son père à Lacédémone.
On dit qu'elle ne répondit rien, mais qu'elle se couvrit le visage.
Ikarios, comprenant qu'elle voulait suivre Ulysse, ne s'efforça plus de
'a retenir, et érigea une statue à la Pudeur, à l'endroit de la route où
Pénélope s'était couverte de son voile. »

Par une coïncidence remarquable, le souvenir de Pénélope,
identifié à Aidos, se trouvait ici localisé, comme à Mantinée,
Près d'un sanctuaire d'Artémis et près du tombeau du coureur
Ladas.Celui-ci, fatiguéparsa victoire aux jeux olympiques, était
mort à cet endroit, sur la route conduisant en Arcadie : il
retournait en son pays, c'est à-dire à Mantinée, où était son
stade d'exercice. Ce détail confirme la provenance mantinéenne
du groupe Pénélope, Artémis, Ladas (3).

M) Ici encore l'inévitable calembour ne perd pas ses droits. Les noms de Pan
, de Pénélope, rapprochés de tt^vi'ov (fil) et de ),<Ô7ro; (tissu) ont inspiré aux
Philologues anc iens et modernes d'ingénieuses scholies. (Schol. \n lliad., XXIII.
762- — in Odys., IV, 797. — Eustath. in Odys., p. 1421, 63. — CI. Curtius.
Grundziige d. gr. Etym.. 276). — Pénélope voilée dans Odys. I, 35C.

(-) Paus., III, 20, 10. — Sur l'emplacement de la statue d'Aidos, voy. Lotiog.
Journ. ofhellen. Stud.. 18'Jii, p. 42.- Sur Aidos = Haïdès, Wide. l.ak. culte, p.270.

13) Le coureur Ladas me parait être un héros artémisien, une hypostase
'"antiuéenne de Meilanion. l'amant île l'Atalante arcadienne. Or, Atalante est,
en Arcadie, une forme primitive de l'Artémis du Ménale. On montrait près de
Mélhydrion le stade d'Atalante (Pausan. VIII, 3n, 10).
loading ...