Fougères, Gustave
Mantinée et l'arcadie orientale: Contenant 80 gravures dans le texte, 6 heliogravures, 1 phototype et un plan de Mantinee hors texte, plus 2 cartes en 6 coleurs — Paris, 1898

Page: 519
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/fougeres1898/0544
License: Public Domain Mark Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
CONCLUSION.

Nous avons achevé la reconstitution de la république
mantinéenne, en nous attachant à démontrer la remar-
quable unité de ce petit système d'Étal grec. On a vu les
causes qui ont déterminé le mouvement et la vie de cet
organisme, les influences diverses qui ont dirigé ses
destinées. La structure du sol et sa position relative nous
ont expliqué la formation de la race et de la nationalité,
l'organisation matérielle et morale de la ville, de l'État et
de la cité, le caractère des cultes, des institutions et de
l'esprit public. De ces éléments combinés résulte l'histoire
de la cité et son rôle personnel dans le drame général.

Enfermée dans une vasque naturelle où elle cohabitait
avec Tégée dans des conditions désavantageuses, Mantinée
élail d'abord vouée aux querelles de voisinage. L'état de
lutte perpétuelle contre la nature cl contre sa rivale déve-
loppa en elle une énergie malheureusemenl condamnée à
se dépenser en résistance. Son genre de vie lui façonna un
régime politique qui vint ajouler à l'incompatibilité des
intérêts matériels une profonde antipathie morale. De
toute façon Manlinée se trouvait prédisposée et encouragée
à l'opposition. En elîet. Tégée devait fatalement tourner
dans l'orbite de Sparte, parce que, confinant à la Laconie,
et incapable d'entretenir avec .Manlinée des rapports ami-
caux, elle ne pouvait vivre entre deux haines : elle s'attacha
donc à l'alliance spartiate, d'abord pour ne pas devenir
une autre Messénie, ensuite pour se ménager un appui
contre son ennemie. Mantinée, démocratique par nature,
ne pouvait pactiser ni avec Sparte ni avec Tégée : ses inté-
loading ...