Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 6.1860

Page: 193
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1860_2/0200
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
ECOLE ALLEMANDE

ALBERT DURER

• bS VIE ET SES ŒUVRES
1

BIOGRAPHIE1

Les dernières années du xve siècle furent pour
Nuremberg l'époque de sa plus grande gloire. Cette
ville heureusement située entre le Rhin et le Da-
nube, sur la route de Venise aux Pays-Bas, était, par
son commerce et son industrie, l'une des plus im-
portantes de l'empire d'Allemagne. Ses fabriques,
surtout celles qui touchent de près aux arts, étaient
fort réputées. Ses joailliers, ses armuriers, ses hor-

logers, ses imprimeurs, ses fabricants de bronzes, de cartes, de poteries
émaillées et de papiers, rivalisaient avec les plus célèbres de l'Europe.

Albert Durer le père attiré, comme tant d'autres artistes, par la richesse
el le luxe de cette ville, peuplée alors de plus de cent mille âmes, vint
s' y établir en l'an 1455, le jour même que Philippe Pirkheimer célébrait sa
noce sur l'esplanade de la forteresse, « noce pour laquelle on fit une
belle danse sous le grand tilleul. » Il avait appris de son père, Antoni
Durer, établi dans la petite ville de Jula en Hongrie, les premiers prin-
cipes de l'orfèvrerie; puis il avait voyagé dans toute l'Allemagne et dans
li s Pays-Bas, où il avait longtemps séjourné auprès des grands maîtres
pour se perfectionner dans son art.

1. Les sources principales auxquelles nous avons puisé sont les écrits de Sandrarl.
Camerarius, Pirkheimer, Érasme, et surtout les lettres et notes de voyagé d'Alberl
Durer.
loading ...