Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 9.1861

Page: 193
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1861_1/0200
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
DE LA GRAVURE A L'EAU-FORTE

ET DES EAUX-FORTES DE JACQUE

Un de nos excellents
paysagistes, Jules Dupré,
me disait un soir, comme
nous regardions ensem-
ble à la lampe un porte-
feuille d'estampes : « Les
peintres font de la pein-
ture dans leurs bons et
leurs mauvais jours, mais
ils ne font de l'eau-forte
que dans leurs bons
jours. » En effet, ce qu'on
entend par une eau-forte
parmi les artistes, c'est
une composition conçue
en un moment de belle
humeur, et dont l'exécu-
tion s'improvise dans une
matinée, un jour de gai soleil. Un peintre, en se promenant dans la
campagne, aura vu des enfants qui jouaient, une laveuse, une fileuse,
que sais-je? ou bien un pâtre qui menait ses bêtes à l'abreuvoir. La
lumière éclaire vivement le vieux mur auquel est adossée la fontaine;
sur ce mur blanc, décrépi, se détachent les animaux à demi cachés çà et
là par l'ombre d'un bouquet d'arbres, et dans cette ombre intermittente

ix. 25
loading ...