Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 17.1864

Page: 264
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1864_2/0274
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
26 h

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

une monnaie cl’or qui montre d’un côté la tête de Jupiter, et de l’autre,
le foudre, attribut de ce dieu, parce que l’Épire était le siège du culte
de Jupiter Dodonéen. Les plus multipliés de ces types de circonstance,
surtout dans la Sicile et dans la Grande-Grèce, sont ceux qui se rappor-
tent aux jeux publics. Dans certaines villes, comme à Syracuse et à Ta-
rente, ils tiennent autant de place que les types permanents puisés dans
la religion du pays. A Syracuse, ce sont les courses de chars, à Tarente
les courses de chevaux ; les variantes de celles-ci sont multipliées pour
ainsi dire à l’infini, et forment comme une galerie complète de ce diver-
tissement si cher aux Grecs, depuis la préparation des coursiers jusqu’au
couronnement du vainqueur, galerie que l’on ne saurait nulle part mieux
étudier que dans les cartons du médaillier de M. le duc de Luyfies.

MONNAIE DE TARENTE.

Encore a-t-on la preuve que les artistes qui gravaient les monnaies de la
république tarentine, en empruntant les sujets de leurs coins aux courses
de chevaux, n’avaient pas l’intention d’y représenter de simples coureurs,
mais bien les héros que l’on regardait comme présidant à ce divertisse-
ment, c’est-à-dire les Dioscures. Le bois ci-joint représente une pièce
d’or du style le plus élégant et du travail le plus précieux, où on les voit
désignés par leur nom, AlOXKOPOI, au revers de la tête de Proserpine,
désignée également par la légende KOPA.

FRANÇOIS LENORMANT.

(La suite prochainement.)

Æ.
loading ...