Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 20.1866

Page: 340
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1866_1/0352
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PIERRE PUGET

1

i:'

( SUITE '. )

Cette statue équestre de Louis X1Y
qu’il s’agissait d’élever, non-seule-
ment aux yeux de ses concitoyens,
mais sous les regards de tous les
peuples et de la postérité elle-même,
ce n’était pas assez pour le génie
ambitieux de Puget. Quel endroit de
la ville serait digne de porter son
œuvre? A la statue du roi il fallait
une place royale, pour créer la place
royale, Puget démolissait la moitié de
Marseille. Ce que le Bernin avait osé
à Rome, il l’oserait en France. Il do-
terait son pays d’une nouveauté sin-
gulière entre toutes. Au lieu de s’en
tenir aux vieux tracés, carrés, circu-
laires, octogones, il dessinerait autour
de sa statue un élégant ovale. Et, s’il ne pouvait, comme l’architecte
romain, l’encadrer de colonnades qui ne sont qu’un magnifique décor,
du moins saurait-il y bâtir des palais de la plus noble architecture. Les
rêves de l’agrandissement étaient dépassés de cent coudées.

Les dessins de Puget existent, au nombre de trois. Ils font partie de
la collection du musée de Marseille, qui daignera quelque jour, je l’es-
père, les retirer de l’obscur corridor du château Borély où je les ai vus.
La complaisance du directeur, M. Jeanron, nous a permis de reproduire le
plus important. Il donnera une idée du projet tout entier. En face de la

1. Voir la Gazelle des Beaux-Arts, t. XVIII, p- 193 et 308; t. XIX, p. 218, 403
et t. XX, p. 255.

J
loading ...