Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 24.1868

Page: 26
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1868_1/0032
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE MOBILIER MODERNE

------— - r„-\_« X >^-.î ^gh

'accablante fatigue que cause l'é-
tude ou simplement la visite des
expositions actuelles provient bien
moins du nombre et de la diversité
des produits envoyés de tous les
points du globe que du vice fonda-
mental du classement. Ce morcel-
lement infini des nationalités, des
matières brutes ou ouvragées, des
séries d'applications uniformes à
des besoins qui sont partout les mêmes, produisent sur l'esprit du
spectateur et le jugement du critique un effet analogue à celui d'une
symphonie dont chaque partie serait jouée successivement par chaque
instrument. J'admets que lorsqu'il s'agit de l'invention et du perfec-
tionnement de la mécanique, de la constatation du lieu de provenance
des laines, ou des bois, ou des métaux, il y ait intérêt à savoir avec
détails où en est l'outillage de l'Angleterre, quelle est la richesse des
mines de la Suède, des forêts de la Nouvelle-Zélande, des troupeaux du
cap de Bonne-Espérance ; la liaison des rapports commerciaux est dans
ce cas facilitée par le classement adopté dans la dernière Exposition
universelle. Mais plus la main de l'homme a travaillé les matières pre-
mières, plus son génie s'est appliqué à leur faire gravir d'échelons vers
le but suprême qui est le beau, plus aussi on doit obéir, dans le classe-
ment, à des règles larges et philosophiques. La plus incontestable de
ces règles, c'est celle que l'on appelle « la Loi des ensembles. »
loading ...