Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 174
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0188
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
174

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

Casa recipienti flor. auri de caméra mille ducentospro residuo et complemento pretii et valoris
quinque pannorum operis atrebatensis seu de razo quos fe. re. INicolaus papa V. alias fieri
comiserat in partibus occidentalibus. Mandats 1458-1460. F0 66.

Mais il mettait également à contribution les tapissiers flamands établis dans le voi-
sinage de Rome. On savait déjà, grâce à M. G. Milanesi1, que Me Giachetto di Bene-
detto2, d’Arras, avait travaillé pour lui dans sa patrie adoptive, Sienne. Ce maître,
dans la supplique qu’il adressa en 1456 au conseil communal de cette ville, pour lui
demander un sauf conduit destiné à le protéger contre ses créanciers, rappelle lui-
même avec fierté les ouvrages qu’il avait exécutés pour ce grand protecteur des arts :
« et di poi per aquistare fama, toise a fare certi panni da la beatitudine di papa Nicola,
li quali si puo dire si facessero in Siena, quantunque sia stato assente certi mesi dalla
vostra città per ricavare il denaio suo e per fare certe sue facende3 ».

La pièce ci-jointe, tirée des registres de la Trésorie secrète (1451), permet de com-
pléter sur ce point les informations de M. Milanesi. Elle nous apprend quel était le sujet
des peintures tissées par Me Jacquet : l’histoire de saint Pierre.

1451. 4 août. M° Giachetto di Benedetto darazo abitante in Siena de dare a di
IV0 d’Aghosto duc. 255 di caméra e quali gli anno fatti buoni Marcho Benzi e conpa di
Siena... sono per parte de panni darazo de la Storia di san Piero debafarc per N. S. — 31 déc.
240 autres ducats pour le même motif, — id. 28 duc. sono per sette pezze di tele thodesche
di quelle che facimo venire daVinezia, ebe da doi già piu mexi quando fu qui a fare i patti de
panni darazzo per duc. IV la pezza.

D’autres achats de tapisseries, sur lesquels nous manquons malheureusement de
données précises, furent faits à Florence;nous les trouvons mentionnés dans un compte
en date du 23 mai 1452.

Mais un esprit aussi ardent et aussi généreux que Nicolas Y ne pouvait consentir à
demeurer indéfiniment tributaire de l’étranger ou de villes italiennes situées en dehors
de ses États et quelquefois en hostilité avec le Saint-Siège. Peu de temps avant sa
mort il s’occupa d’introduire à Rome le brillant art de la tapisserie, et ce fut à un Pa-
risien, maître Renaud de Maincourt, — dont le nom paraît ici pour la première fois
dans l’histoire, — qu’il confia la direction de la manufacture pontificale. Cette manu-
facture, ou plutôt cet atelier, comprenait en tout cinq maîtres, dont chacun recevait
par mois quatre ducats d’or pour son salaire et trois autres ducats pour ses dépenses
(pro expensis; il s’agit sans doute de l’indemnité de logement). Ses débuts remontent,
au plus tard, au mois de mars 1455.

1455. 2 mai. Simili modo solvi faciatis provido viro Rcginaldo de Maincourt parisiensi ad
texturam cujusdam panni daraze pro smo d. n. papa cum quatuor aliis sociis deputato fl. auri
de caméra septuaginta tam pro salariis quam expensis eorum duorum mensium vid. Martii et
Aprilis proxime præteritorum ad rationem quatuor fl. similium pro salario et aliorum trium
similium (pro expensis) pro quolibet mense. — Mandats 1455-6. F0 XI v°.

L’établissement fondé par Nicolas V eut le sort de la plupart des autres fondations

1. Documentiper la Sloriadel Varie senese; Sienne, 1854, t. Il, p. 210-214.

2. Je n’ai pas besoin d’apprendre à mes lecteurs que la particule italienne « di » placée entre deux
prénoms marque, comme le génitif latin, la filiation, et que Giachetto di Benedetto équivaut à Jacquet fils
de Benoît. — Pour ne pas employer chaque fois cette périphrase je conserverai la forme italienne des noms.

3. Milanesi, p. 213.
loading ...