Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 14.1876

Page: 233
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1876_1/0253
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE TEMPLE D’APOLLON D1DYMÉEN.

formées, à droite et à gauche du pronaos, par les prolongements en
avant des murs latéraux du temple. Gomme dans ce calcul les colonnes
angulaires sont énumérées plusieurs fois, l’édifice n’a en réalité que le
chiffre, déjà fort respectable, de 120 colonnes. Un élève d’Hermogène
eût ajouté que l’ordonnance de ces colonnes était intermédiaire entre
le genre pycnostyle et le genre systyle, c’est-à-dire que la longueur
de l’entre-colonnement était, à peu de chose près, à mi-distance entre
un diamètre et demi de la colonne et deux diamètres. Cela donnait
à chacun des côtés une longueur de 108m,55 qui correspond exacte-
ment à 353 pieds grecs1, et aux façades un développement de Û9m,78
ou 162 pieds. Le diamètre inférieur de la colonne est de lm,9S ou de
6 pieds 7 doigts, la hauteur, base et chapiteaux compris, de 19™,/|0 ou
sensiblement 63 pieds ; cette hauteur est plus grande que celle des
colonnes de Jupiter Stator à Rome et de l’Olympiéion à Athènes; elle
dépasse d’un tiers celle des colonnes de la Madeleine. L’angle supérieur
du fronton s’élevait à plus de 31 mètres au-dessus du sol. Aucun
temple du monde hellénique n’avait de dimensions pareilles : l’Artémi-
sion d’Uphèse lui-même, l’une des sept merveilles du monde, était plus
petit; ses colonnes n’avaient que 17 mètres de haut et sa façade était
seulement octostyle.

Examinons maintenant en détail chacune des parties du temple.

Comme il était naturel de s’y attendre, l’ordre du Didyméon res-
semble beaucoup à celui du mausolée d’Halicarnasse et du temple de
Priène; il ressemble encore davantage à celui de l’Artémision d’Éphèse.
N’était la légère différence des proportions, il serait difficile de distin-
guer un morceau provenant de l’un de ces édifices du morceau corres-
pondant dans l’autre.

Les colonnes et les architraves de Didymes sont d’un marbre très-
cristallin, légèrement bleuâtre, et dont l’action du soleil ne dore point
la surface. Ce marbre provient des îles Corsiées, aujourd’hui îles Fourni,
situées au sud de Samos, en face du territoire milésien. Nul doute qu’il
n’ait été choisi à cause de son extrême dureté, car dans les mêmes îles
existent de véritables montagnes d’un superbe marbre blanc, aussi pur,
aussi brillant que le Paros. Les blocs, dégrossis dans la carrière, étaient

î. La longueur du pied grec n’est pas encore déterminée avec certitude. Les éva-
luations varient entre 307 et 308 millimètres. M. Aurès (Étude sur les dimensions
du Parthénon) a donné le chiffre de 307 qui doit s’approcher beaucoup de la vérité.
Rien ne prouve d’ailleurs que le pied ait été absolument identique dans toutes les
cités grecques.

XIV. — 2e PÉRIODE.

30
loading ...