Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 18.1878

Page: 674
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1878_2/0696
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION UNIVERSELLE

LES

INDUSTRIES D’ART AU CHAMP DE MARS

ni.

LA CÉRAMIQUE MODERNE.

Depuis la fin du xxnc siècle, la céra-
mique européenne est restée sous le joug
asiatique. Les manufactures de Delft, de
Rouen, celles de Meissen et celles de
Sèvres, dès qu’elles s’ouvrirent, ont payé
un large tribut à l’art oriental. Notre
époque aura vu le goût japonais se sub-
stituer tout à fait au goût chinois, et le
persano-arabe occuper uniquement des
fabriques entières. Voilà les deux grands
courants qui dominent la décoration dans
la céramique actuelle.

L’imitation du style Louis XV et Louis XVI des Saxe, des Sèvres,
des Vienne, continue à tenir une grande place, mais elle est reléguée
au second plan.

Un groupe de potiers est resté fidèle à l’imitation des terres de Pa-
lissy. Enfin, dans la concurrence acharnée qui fait que chacun cherche
une spécialité, quelques imitations apparaissent çà et là, comme celles
des terres d’Arezzo, et certains genres rustiques. Les majoliques, les
émaux de Limoges, fournissent également un contingent aux imitateurs.

Quelques essais purement modernes ont pris aussi une grande im-
portance; par exemple, les bustes décoratifs peints dans des plats, les
paysages peints sur plaques, et surtout ce décor de feuillage et d’oiseaux
loading ...