Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 22.1880

Page: 306
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1880_2/0330
License: Free access  - all rights reserved Use / Order

0.5
1 cm
facsimile
306

GAZETTE DES BEAUX-ARTS.

lignes de la croix aux quatre piliers rectangulaires soutient un dôme
central de 63 pieds de diamètre sur 70 d'élévation. Sa façade, élevée
de 11 marches, présente 6 colonnes cannelées sur une seule ligne, de
58 pieds de hauteur. Un vaste perron conduit au portail, couronné par
un fronton qui fut exécuté par Coustou.., »

Je n'ai mot à dire ici de l'architecture de la basilique de Soufflot, du
vrai et audacieux génie d'artiste qu'il y développa, de la finesse et de
l'élégance de ses profils, de la coupe merveilleuse de ses pierres,
J. Rondelet, qui acheva le monument par l'exécution de la double colon-
nade et le couronnement de la triple coupole, et qui déclare lui-même
avoir été « particulièrement chargé du mécanisme de sa construction,
depuis 1770 jusqu'à la fin du mois de floréal de l'an IIe de l'ère
républicaine », nous a laissé un Mémoire historique sur le dôme du
Panthéon français, qui est toute l'analyse de l'œuvre admirable de
Soufflot, la plus majestueuse et la plus pure des conceptions de la
Renaissance architecturale au xvnf siècle. La seconde des quatre parties
du Mémoire contient « le détail historique et raisonné de la construc-
tion »; la première « contient la description du monument ». Nous
devrions transcrire ici textuellement cette première partie du Mémo ire-
elle donne, mêlés ensemble, les deux systèmes de décoration d'art, celui
de Soufflot et celui imaginé et conduit par Quatremère de Quincy. Toute-
fois, pour plus de clarté et mieux faire comprendre la pensée de chaque
période, de la décoration religieuse et puis delà décoration républicaine,
nous allons d'abord fixer, d'après Rondelet et l'abbé Ouin-Lacroix, la
nomenclature des commandes de Soufflot aux sculpteurs cle son temps.
— Le même Rondelet, ou plutôt Quatremère de Quincy, viendra ensuite
nous expliquer, dans le bizarre jargon de son temps, les nouveaux sujets
imposés par la métamorphose révolutionnaire.

PU. DE CHENNEVIÈRES.

(La suite jjrucaainement.)

durant trente ans, sur la solidité des piliers du dôme, concordant avec les projets de
décoration du Panthéon d'après sa destination nouvelle, font passer par les Salons
quantité de dessins curieux. Déjà, au Salon de '1793, Balzac exposait « l'Intérieur du
Panthéon français »; — en -1798, Brongniart expose une « Vue perspective de l'inté-
rieur du Panthéon français, avec obélisques et tables d'inscriptions pour renforcer les
quatre piliers du dôme, sans nuire à la décoration du monument»; c'est, à coup sûr,
le môrr.s projet quo l'on trouve gravé dans deux planches à la suite du Mémoire do
Rondelet; — de Gisors, au Salon de 1 800, expose un « Projet de restauration des
supports de la tour du dôme du Panthéon français » ; - - M. le vicomte Delaborde m'a
signalé de De Wailly un autre dessin bizarre où la pyramide égyptienne est appliquée
au renforcement do l'édifice, dont elle enveloppe toute la base.
loading ...