Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 25.1882

Seite: 281
DOI Heft: DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1882_1/0307
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
UNE RIVALITE D’ARTISTES

AU \vr SIÈCLE

MICHEL-ANGE ET RAPHAËL A LA COUR UE ROME

Lorsque Raphaël parut à Rome, il y
avait plusieurs mois déjà que Michel-Ange
travaillait aux fresques de la chapelle Sixtine
(il s’était mis à l’œuvre, nous le savons par
lui-même, le 10 mai 1508). Le nouveau venu,
de son côté, voyait s’ouvrir pour lui, dans
les Stances, une arène en quelque sorte illi-
mitée. 11 semblait donc que, la tâche de
chacun des deux maîtres étant bien délimitée,
aucun conflit ne pourrait surgir entre eux, et
qu’il n’y aurait place dans leur esprit que
pour une noble, une féconde émulation,
appelé à Rome sur la recommandation de
bramante : ce seul fait suffisait pour le signaler à l’inimitié de Michel-
Ange. Depuis plusieurs années déjà la lutte était engagée entre l’archi-
tecte urbinate et le peintre-sculpteur florentin : de jour en jour elle pre-
nait un caractère plus aigu, des proportions plus vastes. Il n’est pas
difficile d’en découvrir l’origine. Chargé par Jules II, grâce à la protection
de Giuliano da San-Gallo, d’élever le tombeau papal, Michel-Ange avait
proposé de l’installer dans la tribune commencée par Nicolas V derrière
la basilique de Saint-Pierre. Jules II confia l’examen du projet à bra-
mante et à San-Gallo; ceux-ci rédigèrent des contre-projets, dans lesquels
ils cherchèrent à se surpasser l’un l’autre ; finalement le pape conçut
l’idée de reprendre l’œuvre de Nicolas Y et de reconstruire la basilique

Mais Raphaël avait été

2e

36

XXV.

PERIODE.
loading ...