Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 28.1883

Page: 407
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1883_2/0423
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LE CHEVAL DANS L’ART

(premier article.)

I

l’art grec.

PHIDIAS. — LYSIPPE. — GOTHIQUE. — MOYEN AGE.

Le cheval occupe dans l’art
une très grande place. Il est
de toute justice, lorsqu’on
veut parler de cet intéressant
animal, de citer les produc-
tions grecques en première
ligne, et le nom de Phidias
arrive naturellement sous la
plume, avec les ensembles
harmonieusement groupés de
cavaliers et de chevaux, dont
la frise du Parthénon nous
offre une telle abondance de sujets, qu’il fallut une carrière de marbre
pour traduire l’idée magistrale du sculpteur.

Je n’entreprendrai pas, après tant d’autres, de détailler un travail si
connu; j’admire, ainsi qu’on le doit, cette œuvre de style et de vérité,
de science pratique et d’élégance, car nulle autre sculpture ne s’appro-
che autant de la forme et de la recherche des masses que donne la na-
ture, sous l’impulsion des muscles, de la rectitude des contours des
membres et de la vérité des lignes qui les limitent.

L’artiste a peut-être sacrifié aux idées de son époque en diminuant la
taille de ses chevaux, mais jamais il n’a commis l’erreur de chercher à
leur donner de la noblesse en faussant les principes de leur struc-
ture.

TÊTE DE L’UN DES CHEVAUX DE LA NUIT.

(Fronton orientai du Parthénon.)
loading ...