Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 28.1883

Page: 439
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1883_2/0455
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’EXPOSITION D’AMSTERDAM

ans le précédent numéro de la Gazelle,
notre collaborateur et ami Alfred Darcel
a rendu compte, avec l’autorité qui s’at-
tache à sa haute compétence, de l’expo-
sition rétrospective d’objets d’art et de
curiosité qui complétait la grande exhi-
bition coloniale et internationale d’Am-
sterdam. On nous demande de dire, à
notre tour, .quelques mots sur la partie
contemporaine de cette exhibition. La
tâche nous est assurément agréable; toutefois, à l’heure où paraîtront ces
lignes, les portes du temple seront fermées ; les caisses auront fait leur
réapparition dans les multiples galeries; depuis des semaines, en outre,
les récompenses sont distribuées, les décorations affectées à cette solen-
nité ont été proclamées par le Journal officiel; ce qui, hier encore, était
une actualité appartient désormais au passé. En conséquence, il semblera
peut-être inutile, oiseux, dangereux même de passer la revue détaillée
d’un groupement d’objets aujourd’hui dispersé. La seule chose à nos yeux
possible et profitable est de chercher à démêler les enseignements qui se
dégagent de ce tournoi international, afin de pouvoir les mettre à profit,
lorsqu’une solennité pareille se représentera.

Les œuvres et les objets, dont nous allons nous occuper ainsi d’une
façon presque impersonnelle, étaient, à l’exposition d’Amsterdam, divisés
en deux grandes branches et absolument séparés. Les ouvrages d’art in-
dustriel se trouvaient abrités dans le grand bâtiment central au milieu des
autres produits de l’activité cosmopolite, et les ouvrages d’art pur avaient
été logés dans un immense pavillon spécialement élevé à l’une des extré-
mités du jardin, et si bien en dehors de la circulation générale, qu’un de
loading ...