Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 30.1884

Page: 122
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1884_2/0136
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
L’ARCHITECTURE MODERNE

A VIENNE

(PREMIER ARTICLE.)

J.

Depuis vingt-cinq ans, la vieille cité
des Habsbourg est en voie de trans-
formation. Aujourd’hui une nouvelle
ville élève ses monuments auprès de
l’ancienne. Il est rare, dans l’histoire
de l’Art, de voir tant d’édifices publics
ou privés construits, en vue d’un grand
ensemble, dans un si court espace de
temps. L’effort a été considérable de
la part des architectes et des ingé-
nieurs chargés de renouveler la phy-
sionomie de Vienne; il est intéressant
d’en étudier les résultats artistiques.

Jusqu’en 1858, la vieille ville resta enserrée dans la ceinture de mu-
railles qui l’avait protégée deux fois contre les Turcs, en J 529 et en 1683.

Très inquiétée par ces dangereux voisins, elle fut peu sensible aux
séductions de la Renaissance, et, quand enfin, après la guerre de Trente
ans, elle se sentit maîtresse d’elle-même, les jésuites lui imposaient leur
architecture prétentieuse, contournée, et préparaient Vienne à subir faci-
lement toutes les fantaisies du genre rococo.

Les monuments actuels de l’ancienne ville, ruinée par les sièges pré-
cédents, datent, pour la majeure partie, de cette époque dont l’architecte
Fischer von Erlach fut le plus brillant représentant. Bien que ces monu-
ments ne manquassent pas d’une certaine ampleur et de qualités très dé-
coratives, ils ne pouvaient constituer une tradition.
loading ...