Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2.Pér. 31.1885

Page: 540
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1885_1/0562
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CORRESPONDANCE D’ITALIE

L’EXPOSITION DU BOIS SCULPTÉ

A ROME

Rome tend de plus en plus à. devenir un centre
important d’art moderne. Les expositions orga-
nisées par la Società degli cultori delle belle arti
commencent à prendre la périodicité d’un Salon
annuel. Celles de la Société des aquarellistes ro-
mains, celles enfin dont la municipalité de Rome
prend ou encourage l’initiative, contribuent à déve-
lopper la vie artistique dans la nouvelle capitale
du royaume d’Italie. Avec le mois de mars dernier,
outre le « Salon », se sont ouvertes, dans le même
palais de la Via nazionale, trois expositions diffé-
rentes. Je ne parle que pour mémoire de celle du
Risorgimento italiano, collection de souvenirs pa-
triotiques, et de l’exposition historique de la ville
de Rome, d’un intérêt archéologique considérable.
Toutes les deux ont figuré à Turin Tannée dernière
et la commission romaine a recueilli, pour la se-
conde, les éloges auxquels elle avait droit. Mais une
collection d’un genre tout différent, formée sous
le patronage du duc Léopold Torlonia, prosyndic
de Rome, mérite de retenir l’attention.

L’administration du Musée artistique industriel,
qui en a eu l’idée première, avait pour but de
fournir aux divers ateliers de la ville des modèles
et des inspirations nouvelles1 ; elle avait fait appel à tous les possesseurs d’an-
ciens objets en bois sculpté ou en marqueterie ayant une valeur d’art; il s’est
trouvé que cet appel a été entendu, le but dépassé, et qu’on a créé pour quelques

1. La commission était ainsi composée : M. Guglielmo de Sanctis, président; prince Baldassare Odescalchi,
président du comité exécutif; marquis Chigi-Zondarari, vice-président; MM. Raffaele Ojetti, Attilio
Simonetti, Raoul Richards, le baron Lazzaroni, Vincenzo Capobianchi, Casimiro Tomba. N’oublions pas le zélé
secrétaire du Musée industriel, M. R. Erculei, qui a publié des notes sur l’exposition dans divers journaux
de Rome, et en prépare un inventaire mémorial.
loading ...