Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 2. Pér. 36.1887

Page: 148
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1887_2/0168
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
EXPOSITION RÉTROSPECTIVE D’ORFÈVRERIE

A TULLE

L’an dernier je rendais compte ici même
de l’exposition rétrospective de Limoges
qui a fait connaître et apprécier une foule
de chefs-d’œuvre d’orfèvrerie dispersés
dans les églises de l’ancien Limousin.
Cette exposition a eu un tel succès qu’on
pouvait prévoir qu’elle ferait éclore de nou-
velles manifestations artistiques du même
genre : aujourd’hui c’est le département
de la Corrèze qui s’est piqué au jeu et les
organisateurs de l’exposition de Tulle on
été presque aussi heureux que ceux de
l’exposition de Limoges. Sans sortir des
limites du département, ils ont pu réunir
un nombre considérable d’œuvres pure-
ment limousines, quelques-unes de premier
ordre, toutes intéressantes et propres à
faire parfaitement comprendre le déve-
loppement d’une industrie qui tient une
place considérable dans l’histoire de notre
art national.

Si l’exposition de Tulle n’occupe pas un local aussi somptueux que celle de
Limoges, les salles de l’ancienne manufacture d’armes se sont cependant admira-
blement prêtées à une exhibition de ce genre et il faut féliciter les organisateurs
de s’être aussi bien acquittés d’une tâche qui présente toujours des difficultés sans

nombre.

Je ne parlerai ici que de l’orfèvrerie : l’émail peint n’est représenté à
l’exposition que par des spécimens de trop basse époque pour qu'il vaille la peine
de s’j arrêter.

Un certain nombre des pièces exposées à Tulle ne sont pas inédit es : beaucoup
d’entre elles ont fait dans ces dernières années l’objet de dissertations imprimées
par M. Ernest Rupin dans le Bulletin de la Société archéologique de la Corrèze; cet
loading ...