Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 13.1895

Page: 353
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1895_1/0371
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES SALONS DE 1895

Dans la bataille des idées au xixe siècle, les esthétiques ont pu se
combattre, les réactions se suivre, les générations se succéder. Tour
à tour, avec le même emportement, classiques, romantiques, natura-
listes en sont venus aux mains pour attaquer ou défendre la cause de
la tradition, de la poésie, ou de la vérité. La victoire définitive n’est
demeurée à aucun parti, et quelle eût été, d’ailleurs, la valeur d’un
triomphe marquant au progrès de l’esprit un terme d’arrêt? Conser-
vons tout de même le souvenir de luttes qui ont montré le génie
français souple, vivace et plus ardent à s’émanciper à mesure qu’il
se déliait des entraves. Chacune s’est produite au nom d’une liberté
nécessaire; chacune a affirmé et servi un besoin grandissant d’indé-
pendance. Examinées dans leur ensemble, elles contiennent encore
une leçon de haute portée : elles s’accordent à dénoncer le danger
des systèmes préconisant une source d’inspiration exclusive; elles
avertissent que toute doctrine est vaine qui prétend tracer aux
inventeurs un champ limité et fixer des règles au génie; d’elles
enfin nous avons appris que restriction signifie atteinte au libre
arbitre et que, s’il faut un critérium de certitude à nos jugements,
hors l’individualisme, rien n’est apte à le fournir.

XIII. — 3e PÉRIODE.

45
loading ...