Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 15.1896

Page: 86
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1896_1/0095
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
CORRESPONDANCE D’ITALIE

Une vente aux enchères a produit une certaine émotion à Milan, Je mois
de novembre dernier : c’est celle de la galerie Scarpa. Fondée par le célèbre
médecin de ce nom, professeur à l’Université de Padoue, elle était conservée
àMotta di Livenza, dans la demeure de celui qui l’avait formée.

Elle était connue des amateurs, surtout grâce à deux chefs-d’œuvre : le soi-
disant portrait du poète Tebaldeo, attribué à Raphaël, et le Saint Sébastien d’Andrea
Mantegna. Ce dernier, au moment des enchères, ne faisait plus partie de la collec-
tion : un amateur passionné s’était entendu avec les héritiers Scarpa et l’avait
acheté avant la vente, au prix de 40.000 francs.

Lagreat attraction des enchères, qui eurent lieu à Milan, le 14 et 15 novembre,
à l’hôtel des ventes de M. Sambon, s’est donc concentrée sur le prétendu por-
trait de Raphaël, œuvre magistrale et d’une largeur de conception attestant un
grand maître.

On doit, il est vrai, constater une double erreur dans la classification qui a
été faite de ce tableau, car il ne peut représenter Tebaldeo, qui était bien plus
âgé au temps où ce portrait fut peint, et la peinture révèle une main différente
de celle de Raphaël Sanzio. Par contre, on ne saurait repousser entièrement la
conjecture que le personnage représenté nous offre les traits de Raphaël même,
à l'âge de 30 ans environ. A part certaines différences d’interprétation des
mêmes modèles, assez habituelle aux artistes du xvi° siècle, on ne saurait nier
quelque ressemblance entre la physionomie du beau jeune homme du panneau
de la collection Scarpa et les portraits de Raphaël gravés par Marc-Antoine
llaimondi et par Marco Dente.

Quant à l’auteur, presque tous les hommes compétents s’accordent à y
reconnaître ce Fra Sébastian del Piombo, dont les œuvres, exécutées aux pre-
miers temps de son séjour à Rome, ont été maintes fois confondues avec celles
du grand peintre d’Urbin. 11 suffit, en effet, d’examiner le paysage qu’offre le
loading ...