Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 183
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0197
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES PORTRAITS DE MARIE-ANTOINETTE

(troisième article1)

LA JEUNE REINE

uand elle devint reine de France, Marie-
Antoinette était à peine arrivée an
milieu de sa dix-neuvième année ; sa
jeune et fraîche beauté brillait du
plus vit éclat. Aussi jamais souveraine
ne fut plus populaire. Le nombre
même de ses images l’atteste; elles se
multiplièrent plus qu’on ne saurait
l’imaginer; car, si mauvaises fussent-
elles, les éditeurs étaient assurés de
faire un débit très considérable.

Les artistes qui avaient alors en cours d’exécution des portraits
de Marie-Antoinette se hâtèrent de les achever, afin de profiter de la
vogue déterminée par ce grand événement. Le chevalier de Lorge
exposa, au mois de juin 1774, un portrait en pied de la Reine, qui
avait été peint lorsqu’elle était encore Dauphine. Cette œuvre, plus
que médiocre, fut sévèrement critiquée par les connaisseurs; cepen-
dant elle attira la foule, tellement était grande la séduction exercée
sur la masse des Parisiens par la charmante princesse dont elle repro-
duisait les traits tant bien que mal. Il y a tout lieu de croire que ce
portrait est aujourd’hui perdu. On ne le connaît plus que par une

I. Voir Gazette des Beaux-Arts, t. XVIIJ, p. B et 283.
loading ...