Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 379
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0400
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES PORTRAITS DE MARIE-ANTOINETTE

(quatrième et dernier article1)

LA JEUNE REINE

{Suite.)

En mémo temps que Duplessis avait été chargé de faire le
portrait du Roi et de la Reine, les bustes des nouveaux souverains
avaient été commandés à Pajou et à Roizot, deux des meilleurs
sculpteurs de cette époque. Au Salon de 1775, on vit le buste du Roi
par Pajou et celui de la Reine par Roizot ; Pajou lit aussi celui de
Marie-Antoinette, mais, pour une raison qui nous est inconnue, il ne
l’exposa pas. L’original fut sans doute détruit dans la tourmente
révolutionnaire. En tous cas., ce n’est pas la terre cuite signée
Pajou, 1776, qui était naguère encore exposée en belle place au
musée Carnavalet; car, il n’y a pas à s’y tromper, ce n’est qu’une
très mauvaise contrefaçon du buste de Marie-Antoinette, qui fut
exécuté en 1783 par Lecomte pour l’abbé de Vermond et qui se
trouve maintenant au château de Versailles, dans la salle des Gardes
de la Reine ; cependant ce plagiat grossier est très répandu ; une
reproduction en bronze fut vendue pendant de longues années par
une des plus anciennes maisons de Paris.

Le véritable buste de la Reine par Pajou n’est plus connu
maintenant2 que par les réductions si nombreuses qui, jusqu’à nos

1. Voir Gazette des Beaux-Arts, 3e pér., t. XIX, p. 183.

2. En tête du cinquième volume de son recueil de documents, intitulé ;
Louis XVI, Marie-Antoinette et Madame Élisabeth (Paris, Plon, 1869, in-8°),
loading ...