Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Per. 19.1898

Page: 481
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1898_1/0507
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES INFLUENCES CLASSIQUES DANS LES FLANDRES 481

anonyme qui travailla pour la cour de Bourgogne de 1467 à 1477,
et qui exécuta les médailles de Charles le Téméraire (1477), d'An-
toine, surnommé le grand bâtard de Bourgogne (1504), à la physio-
nomie si pleine et si vigoureuse, et du Napolitain Jacopo Galeoto,
condottiere au service de Charles le Téméraire (1488) U

Peut-être avons-nous affaire à des ouvrages de l’orfèvre et gra-
veur sur sceaux Niccolô Spinelli, qui figure en 1468 (nouveau
style) au service du duc de Bourgogne, ainsi que l’a montré Pin-
char t) ; il est qualifié dans les documents d’« orfèvre et graveur sur
seaulx 1 2 » ou de « tailleur et graveur des seaulx3». Nous man-
quons de détails sur ses travaux. Il ne serait pas impossible qu’il
soit identique au médailleur Niccolô di Forzore Spinelli de Flo-
rence, mort en 1514 dans sa ville natale4. M. A.-J. Wauters croit
retrouver son portrait dans une peinture du musée d’Anvers, qu’il
revendique en faveur de Memling 5 6 : on y voit, à mi-corps, un
personnage imberbe, tenant à la main une médaille laurée de
Néron, en buste, tourné à gauche, avec l’inscription : nero clavd.
caesar avg. ge (?) p.m. tr. p. imp. p. p. (i. Quelque séduisante
que soit cette conjecture, il faut l’accueillir avec réserve. En effet,
la physionomie offre le type flamand plutôt qu’italien. En outre, rien
ne prouve que Memling ait été en rapports avec l’artiste italien

Un fait récemment révélé par M. de la Tour, c’est l’apparition
dans les Flandres, vers celte époque, du Napolitain Jean de Candida,
appartenant à l’illustre famille des Filangieri. Ce personnage, à la fois
diplomate, historien, sculpteur et médailleur, était entré au service
de Charles le Téméraire, en qualité de secrétaire. En 1477, il se fixa
dans les Flandres, où il resta au moins jusqu’en 1479, époque à
laquelle on ne sait quel méfait lui valut un emprisonnement dans la

1. Armand, Les Médailleurs italiens, t. I, p. 58; t. II, p. 40,80; t. III, p. 167;
— Ileiss, Les Médailleurs de la Renaissance ; —Vallon, Notice sur une médaille
faite au XVe siècle pour la cour de Bourgogne. Paris, 1887 ; — Piequé, Médaillons et
Médailles des anciennes provinces belges, p. 103 et suiv. (dans L’Art ancien à l'Expo-
sition nationale belge, 1882).

2. Armand, Les Médailleurs italiens, t. III, p. 19.

3. Pinchart, Histoire de la gravure en médailles en Belgique depuis le XVe
siècle jusqu’à 1794. Bruxelles, 1870, p. 3.

4. Voir Rondot, La Médaille d'Anne de Bretagne et ses auteurs, Louis Lepère,
Nicolas de Florence et Jean Lepère, 1494. Lyon, 1885, p. 36 et suive

3. Sept Études pour servir à l’histoire de Hans Memling, p. 97-102.

6. Une médaille analogue, mais encontre-partie, est gravée dans le Trésor de
Numismatique, pi. xvi, n° 13.

xix. —

PÉRIODE.

61
loading ...