Gazette des beaux-arts: la doyenne des revues d'art — 3. Pér. 22.1899

Page: 209
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/gba1899_2/0223
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
PIERRE PU VIS DE CHAVANNES

209

Bonnat a tracé dans le portrait u.n sillon d'une profondeur et
d’une puissance extraordinaires, égalant l’énergie de Ribeira, en
restant exempt de manière. Son faire est simple, expressif et saignant.
Il a de plus à son actif, entre autres grandes toiles, l’un des plus
beaux morceaux de peinture du siècle, le Saint Vincent de Paul
prenant la place d’un captif dans les États barbaresques. Je suis allé
le voir un jour avec Puvis au musée d’Auteuil : nous avons constaté
ensemble qu’il conservait, après plus de trente années écoulées, la
moiteur de l’exécution.

Je ne crois pas que Bonnat ait fait un plus beau portrait,
d’une plus belle qualité, d’une meilleure venue, d’une enveloppe
plus vibrante que le portrait de Puvis. L’homme du monde, le
gentilhomme parmi ses pairs, l’artiste, le regard pénétrant, la
gaieté, la santé, l’équilibre d’une ferme nature, tout, tout y est,
semble-t-il.

Y aura-t-il encore quelque chose de plus dans le profil pour
Florence ?

La première fois que Puvis me l’a montré, dans son atelier de la
place Pigalle, ce cri m’est échappé : tu es toujours le même, tu
affrontes toujours !

Qu’était donc Puvis dans son adolescence ?

Je le vois devant mes yeux, élancé, élégant, joyeux, avec des
yeux dont la pointe ironique perçait déjà le ballon des banalités. Il
avait le front haut; ses cheveux châtains frisaient naturellement. Sa
peau était blanche et délicate; à la moindre émotion, elle se colorait
en rose uniformément. Son nez hardi se terminait par deux méplats
très fins. Il était toujours en tête de nos petits tumultes scolaires ou
de nos batailles simulées. La dominante de son caractère était un
extraordinaire « en avant ». Maintenant les cheveux étaient ras, les
méplats étaient devenus deux lobes charnus et la délicate épiderme
de la jeunesse, une peau d’orange où la vie afflue ; mais je venais de
le revoir tout à coup, les coudes en arrière, la poitrine en avant, les
yeux plus en avant encore, avec une nuance de défi et d’obstination
que justifiait le combat et le succès de sa vie.

Devant le portrait de sa jeunesse, Puvis se mit à sourire. Il
serait surprenant, fit-il tranquillement, que cherchant dans les
autres ce qui demeure, je ne l’eusse pas découvert en moi-même.

Pour Victor Hugo, qu’était-il au temps où les lithographes à la
mode réunissaient sur la même feuille, dans Les petites Macédoines
d’Aubert : Alexandre Dumas et Byron, Lamartine et Victor Llugo ?

XXII. — 3' PÉRIODE.

27
loading ...