Grand-Carteret, John
Les moeurs et la caricature en France — Paris, 1888

Page: 118
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grand_carteret1888/0148
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
118

LES MOEURS ET LA CARICATURE EN FRANCE

nitivement implanté par le comte de Lastcyrie qui, au retour de ses voyages
d'6tude en Allemagne, fonda en 1814 une société pour la lithographie,
laquelle prend, dès maintenant, le titre de : Lithographie du Roi et de Son
Altesse Royale.

Engelmann, Marcel de Serres, Vilain, Bergeret, élève de David, contri-
buèrent pour beaucoup au développement de cet art charmant dont nous
allons voir les commencements, alors qu'il marche encore de pair avec la

Fig. 52. — Reproduction d'une des premières lithographies populaires publiées en France (1820).
L'original mesure 3!) cent, sur 23. (Collection de routeur.)

gravure sur cuivre, alors qu'il lui faut trouver, former des artistes pour
lutter avec les burinistes en pleine possession de leur talent. Les transfor-
mations qui viennent ainsi modifier le sens et l'espril de la production artis-
tique demandent toujours un assez long temps, et celui qui voudra, comme
nous l'avons fait, suivre pas à pas, feuille à feuille, le développement du
travail lithographique, doit s'attendre à trouver plusieurs pièces naïves
dans le genre des Embarras du jour de l'an, pièces intéressantes toutefois,
parce que, à côté des gaucheries du dessin, à côté d'une ignorance presque
complète des lois de la perspective, elles montrent une recherche déjà
savante de la couleur.

La lutte entre la lithographie et la gravure dura près de dix ans et l'on
loading ...