Grand-Carteret, John
Les moeurs et la caricature en France — Paris, 1888

Page: 244
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grand_carteret1888/0278
License: Creative Commons - Attribution - ShareAlike Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
24 i

LES MŒUIîS ET LA CARICATURE EN FRANCE

Néanmoins, je vais essayer de donner de l'inédit et, surtout, de préciser,
dans le domaine qui nous occupe, la part de chacun. Que d'appréciations
diverses, bizarres et pittoresques sur Daumier ! Béraldi, un collecteur en cu-
riosités de toutes espèces, s'est amusé, dans ses Graveurs du xix° siècle, à
noter les nomsdes artistes auxquels on l'a quelquefois comparé, liste immense,
véritable macédoine de peintres et d'écoles, où sont mélangés Flamands, Hol-
landais, Vénitiens, Florentins, Anglais, liste qui va de Ilolbein à Chariot, de
David à Corot, de de La Tour à Tassaërt, de Jordaens à Millet, sans oublier
le Tintoret et Rembrandt. Vouloir élever quoiqu'un sur un pareil piédestal,
n'est-ce pas lui lancer le pavé de l'ours du bon La Fontaine? Je passe, du
reste, les épithètes aussi échevelées que savoureuses, accordées au crayon
lithographique du Michel-Ange de la caricature.

Les seules comparaisons qui se devaient faire furent laissées dans l'oubli,
parce qu'elles demandaient une étude spéciale des différents tempéraments
humains ; parce que, pour les amener à leurs conclusions logiques, il fallait
autre chose que des accouplements de mots et des kyrielles de noms propres.
Je veux dire qu'il eût fallu établir un parallèle entre notre artiste et les
grands caricaturistes étrangers. Or, prendre Rowlandson, Ilogarth, Goya et
placer à leur côté Daumier, c'est examiner de quelle façon les maîtres de la
satire humaine ont compris le rire; c'est apprécier la valeur des éléments
comiques mis en action et, par suite, rechercher les différences obtenues ;
c'est pénétrer dans le génie particulier à chaque race, c'est en définir les
points caractéristiques essentiels, toutes choses qui ne se peuvent faire si
l'on ne possède d'une façon complète tous les éléments, si l'on ne connaît le
secret de toutes les civilisations.

Conclusion logique qui s'imposera à nous lorsque nous aurons mis au
jour, successivement, les manifestations caricaturales des principaux peu-
ples ; lorsque tout, mœurs, vie intime, vie sociale, vie politique, aura passé
devant nos yeux, expliqué et plaisamment annoté par le trait graphique.

J'ai dit, précédemment, que Daumier était un peintre. J'ajoute, ici : et,
qui plus est, un classique faisant de la caricature; merveilleux interpréta-
teur, merveilleux metteur en scène. J'ai dit qu'à ce faiseur de caricatures
artistiques, il manquait, pour être complet, suivant nos idées modernes, la
légende, ce sel du dessin 1 ; il importe, maintenant, de s'expliquer sur ce
point, d'autant plus que notre sens a été perverti par un trop grand abus
du fait divers illustré. Eh bien ! je le déclare, c'est, pour moi, presque un

1 Les légendes des caricatures de Daumier sont de Philipon, Louis Huart, Albéric Second,
Maurice Allioy. Plus tard, Albert VVolIT et llocliefort eurent également la mission d'en composer.
loading ...