Grandidier, Philippe André
Essais historiques et topographiques sur l'église cathédrale de Strasbourg — Paris, 1782 [Cicognara, 4023-1]

Page: 394
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grandidier1782bd1/0414
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
394 Essais sur la Cathédrale

CHAPITRE SEIZIEME.

Moyens de préferver la Cathédrale & fa
Tour des dangers du tonnerre.

Ecce nubes magna, & ignis involvens, & folendor
in circuitu ejus , & de medio ejus quafi fpecies
eleftri. Ezechiel, cap. i. v. 4.

T iA TOUR de la Cathédrale, dominant par
fa hauteur fur tous les autres édifices de la
ville & fur les campagnes voifines , fe trouve
particuliérement expofée aux ravages de la
foudre & aux fréquens orages. Ceux qu’on
obferve dans Strasbourg fe forment commu-
nément dans les montagnes des Vôges vers
le fud-oueft, d’où étant pouffes fur la ville
ils la traversent en allant au nord-eft. Ces
orages font les plus fréquens , mais moins
dangereux par leurs effets , que ceux qui
viennent du nord-oueft ou du fud-eft. L’élé-
vation de la tour n’eft pas la feule caufe des
malheurs que le tonnerre attire fur elle. La
maniéré, dont elle eft confiante, en forme une
fécondé non moins dangereufe. Bâtie entiè-
rement de pierres liées par une grande quantité
de fer, elle eft à jour dans toute fa hauteur.
Tous les jours font coupés par des barres
de fer perpendiculaires & tranfverfales , qui
font prefque de niveau avec la pierre dans
tous les plans extérieurs des faces de la tour.
Outre ces barres vifibles » les pierres font
loading ...