Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 56
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0084
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
56

La Chine II l ustr e e

La fable
du Dra-
gon des
Chinois.

Ca cum
nen men
à esté le
5. Roy. .

E^e/que, dont le nom est escrit au mar-
ge de la table, & de IQè lie homme d'u-
ne extraordinaire vertu, & d'une gran-
de Sainteté.
11 relie maintenant à -déclarer ce
qu'il entant par la barbe du Dragon.
L'interprète, & le Commentateur Chi-
nois dit que cela fait allusion à l'ancien-
ne Histoire du Royaume, ou pour
mieux dire à la fable : Car c'est une de
leurs erreurs , de croire qu un de leurs
Monarques estoit monté en l'air sur un
Dragon, que les hommes de la suitte
du Prince avoient arme , & que les au-
tres de sa maison, faschés de n'estre pas
àsà compagnie, avoient pris par la bar-
be , dont ils en avoient arraché une
partie, pour marque de leur inclination
pour leur Roy, & pour se mieux souve-
nirdeleurMaistre. Cette erreurs est si
sort introduite dans l'esprit de ce peu-
ple, que leur Empire n'a point d'autres
armes pour enlèignes ; & leur aveugle-
ment cst si grand, qu'ils represèntent en
tout lieu la figure de ce Dragon, juC-
quesla mesme que leurs habits,leurs Li-
vres, leurs linges, leurs tableaux, & tout
ce qui peut estre veu, est chargé de la re-
prelentation de ce Monstre , qu'ils cro-
yent cstre le plus bel ornement qu'on
leur puisse donner.
4. Caçumneiïmen , qui fût extrême-
ment zélé pour la Loy Chrétienne, &
lequel eut le bonnheur de gouverner
ion Estat avec un repos & une Paix ad-
mirable pour son peuple, parvint à la
couronne l'an 767. Ce fût sous ce Roy,
qu'un certain Kje ho Prestre vint de la
Judée dans la Çbme, 8c que par le mo-

yen de son zele, & de celuy de quel-
ques autres hommes Apostoliques qu'il
àvoitavecluy dans ce Pays, où il estoit
parvenu à la faveur des astres, & des
estoillcs par Mer, qu'il restablit la Re-
ligion Chrestienne, & qu'il fit revivre,
8c ressevrir la do&rine de nostre divin
Sauveur.
5. Le Throsne Royal fût occupe
en l'an 764. par Tai çumyeû Vu. Ce-,
luy-cy augmenta extraordinairement
la Loy de Dieu, comme le contenu
de la Table , & du Monument nous
l'apprent.
6. iQen cium , X*»i Veii Vu Prince
Jujle, Bon, Libéral-{Pieux, Se Zélateur de
la gloire de l'Evangile gouverna l'Em-
pire des Chinois en l'an 781. C est
îbus son règne, qu'un certain nouveau
Prestre Evangeliquc vint d'un Pays ex-
trêmement csloigné de <Pagodum ; c'est
à dire de l'Inde^ appellé aujoud'huy le
Royaume du Magor dans la Chine : Afin
d'y annoncer la Foy , & d'y establir la
Religion. i'Histoite& les parolles qui
sont gravées sur ce Monument, nous
apprenent que cet homme Apostoli-
que fût receu avec honneur , 8c ac-
cueilly par le Roy avec de grandes de-
monstrations d'.estime 8c des marques
d'amitié, qui estoient tout à fait ex-
traordinaires Se tout à fait mépre-
nantes. L'inscription de cette Pierre
fût faite sous ce mesme Prestre, 8c du
temps de cet homme de Dieu.
Voyla la Succesîlon des Roys de la
Chine, pandant le temps que la Reli-
gion de Je/us Qmss a Régné dans ce
grand Estat.

D'une au-
tre expe;
dition fai-
te par les
Occiden-
taux venu3
par Mer
dans la
Chine.

Tai eu»*
<ven <vu est
le 6. Roy.

Xim <ve»
vu est le
7.Roy.Ort
fit une
nouvelle
propaga-
tion de Î3
Foy sous
ce Monar-
que.

Chap,
loading ...