Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 222
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0272
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
La Chine Illustrée

222
chres de leurs Dieux, comme s'ils e-
sîoient pleins de misteres, & s'ils enfer-
maient quelque choie divine sous leurs
figures, comme je vous ay desja mon-
tré dans la description des Idoles des
Chinois : Je vous diray pourtant que
quoyque j'aye fait l'Anatomie de tous
ces charaâeres, je n'ay jamais peu y
comprendre la moindre chose, ny les
joindre ensemble, ny enfin sçavoir ce
qu'ils lignifient ; quoyquà la vérité
ils enferment des sèns misterieux, &
quoyque j'aye sait tous mes effors pour
en avoir l'intelligence ; J'ay tous;ours
creu que ces sortes de gens avoient e-
sté instruits par les Hébreux, & "les Sarra-
sins , desqueîs ils avoient entendu glo-
neusement parler de leurs façons d'e-
scrire, & comme quoy leurs mots com-
prennoient des grands misteres tous ti-
rés de la Caballe, & je n'ay jamais dou-
té que ces Docteurs Idolâtres n'ayent
eu recours a ces mesmes chara&eres
pour mieux establir leurs erreurs, Se
pour jetter plus avant les racines de
leurs superstitions dans l'esprit de leurs

Sectateurs. A peine trouvera-t on un
Monument qui nesbit souillé & char-
gé de ces sortes d'eseritures. Le P. An-
thoine Ceschius homme fort zélé pour
le salut des ames, & lequel a travaillé
dépuis longtemps à la vigne du Sei-
gneur en Mogor, ma eserit autre-fois
qu'il avoit trouvé une montagne dans
la Ville de 'Ba^aino dans/'iWe, laquelle
porte le nom âe Pagode Salamiy dont
le rocher estoit tout couvert de sem-
blables chara&eres. Il a eu la bonté de
m'en envoyer quelques uns qu'il a ti-
rés luy mesme de ces propres mains 5 a-
fm que j'en tiraûe quelque interpréta-
tion: mais pareeque jen'ayjamaispeu
sçavoir qu'elles estoient ces lettres, ny
n'ay eu aucune intelligence de la lan-
gue , ausîi ma-t'il esté tout à fait impos-
sibleden pouvoir trouver leiens; c'est
pourquoy j'ay laitTé tout cela dans le
chaos de l'ignorance, crainte de ne per-
dre pas le temps & l'estude à une sem-
blable recherche. C'est ailes diseouru
des dogmes des Indiens ; pailbns à un
aurre sujet.


La
loading ...