Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Übers.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Seite: 238
DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0293
Lizenz: Public Domain Mark Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
238

La C hin e Illustrée

C h a p. VI.
Des plantes extraordinaires de la Qhine.


Une Rose
q a chan-

|| L ne saut pas s'estonner si le
fe vaste Empire de la Chine pro-
^ duit tant de raretés & de mer-
veilles ; puisqu'il est 11 près de l'Inde,
&puisqueces deux Ëstats sont si con-
tigus & si unis enfembîc. Il ne faut
pas trouver estrange, dis-je , si celuy
dont nous parlons possede tant de di-
verses plantes , dont les vertus mi-
racuîeuses les font admirer de tou-
te sorte de personncs , & s'il pro-
duit enfin tant de raretés que nous al-
lons voir j puisque la mer, qui est
exposée aux ardeurs de la zone tor-
ride , le rend participant de tout
ce que celuy là possede de précieux
& de rare dans Ion païs. Voyons en
quelques unes dans lasuitte de ce cha-
pitre.
I. La rose chinoise est une sseur si
ge deux merveilleufe, qu'estant encore attachée
de'cou-Ur à son pied ., elle change d'eux fois le
leur. jour çjç couleur, & paroit maintenant
toute couverte d un beau rouge de
pourpre, &tantost on Javoit revestué
d'un blanc qui semble belsîèr la veue
par son efelat, & laquelle neantmois
est tout à fait privée de fenteur : si vous
desirés sçavoir la raison d'un change-
ment si soudain , je vous diray (tout
autant que je lay peu juger) que
c'est le temperamment de la sseur qui
en est la cause, ou parceque c'est la qua-
lité de la terre qui la nourrit, ou
bien enfin , parceque la disposition
de l'air y contribue beaucoup. Je dis
que le temperamment de la sseur cau-
se ce changement, parceque la rose
estant humide de sa nature , il arri-
ve que la nuit elle en porte les mar-
ques^ en donne des tesmoignages
par la couleur blanche qui paroit sur
ses feuilles, pour ce qui est du jour,

elle devient empourprée, à cause que
le soîeil attire sur ses extrémités les
esprits les plus subtils du îalamoniac
par l'ardeur de ses rayons & par la
violence de sa chaleur ; mais parce-
que l'excès de cette mesme cha'eur
attire incesiàmment les esprits qui luy
donnoient cette couleur , il arrive
que l'astre du jour ne pouvant plus
faire l'attraction qu'il avoit accoustu-
mé de faire , cette rose reprend sa
blancheur ordinaire , & revient dans
lbn premier estat. Nous pouvons fai- i'£xPc'
re 1 expérience de cecy iur une vio- cecy.
lette , ou une rose de damas ; qu'on
prenne donc l'une des deux, & qu'on
la parfume de salamoniac , & on
verra qu'une rose pour si blanche
qu'elle soit, deviendra toute pourprée
& sera enfin jeaune & blanche ; que
si au contraire on prend le soin de par-
fumer une rofe ou une violette de
souffre , on verra qu'elle deviendra
d'abort toute blanche ; c'est une ex-
périence que nous avons faitte ailés
souvant,& dont nous avons décou-
vert les raisons & la caufe dans la
XÇCàfjLciloibLÔçÇûôoiv de la rose de la
Chine. Ne croyés pas que le pais dont
nous parlons maintenant soit le seul
qui produit de telles merveilles , il
se trouve des prodiges aussi surpre- .
nants dans l'Europe qu'en ces quar-
tiers. Nous en voyons la vérité dans
Rome ches le noble & l'illustre Bo-
tanique François CvrYinus , lequel a
dans son jardin toute sorte de belles
plantes & de rares sseurs, mais entre au-
tre une certaine violette à qui il a donne
le nom de noBurne ou de nuit : cette
petite sseur est si merveilleuiè, qu'elle
change tout autant de foisde couleur
que le soleil prend des différents postes
Se.
loading ...