Kircher, Athanasius ; Alquié, François Savinien d' [Transl.]
La Chine d'Athanase Kirchere: illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés de la nature & de l'art — Amsterdam, 1670

Page: 273
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/kircher1670/0328
License: Public Domain Mark Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
gran-

D'AîHANASE
^««/r /ô/> t/e 18 pieds & quelque fois de
24, il cjl fort famélique, © /#/> re/w-
te parmi les buifsons. Il s'efieVe droit fur
sa queu'é, & combat vigoureujement en cette
poslure contre les hommes & les bejles farou-
ches , & il arrive quelque fois que ce mon-
ftre eftant fur des arbres, fe lance fur les
perforâtes qui pajfcnt, &les ferre fi efiroite-
?nentiquil les eflrangle © les efiouffe: les Chi-
nois qui esiiment fon fiel fort pretieux s'en
fervent pour guérir le mal des yeux. Je re-
marque que Marc Taul Vénitien, coin-
firme la mesme choie , quand il dit
Sent? c\u on trouve des serpents dans la Pro-
e(Wye. vince de Carrajam, lelquels sont si grands
qu'il y en a de dix pas de longueur, &
de quatre & demy de diamètre ou de
grofîèur j que si nous voulons comter
sélon les pas géométriques qui ont 5.
pieds, je dis qu'ils sont de la longueur
de 5 o pieds ; de sorte qu'a ce comte il
surpasiënt de 10 pieds ceux de Quamsi :
que si on veut que le pas commun ne
soit que de trois pieds, ils seront du
moins aussigrands que ceux delà Pro-
vince de Quamfi. Escoutons la deseri-
ption qu'en fait Marc Paul Vénitien.
La TroVmce de Carrajam qui efi fujete
au grand Qham , produit une certaine esfre*
ce de ferpents, dont quelques uns font de la
longueur de dix pieds & presque de cinq en
grofseur. Quelques uns de ceux-çy n'ont
point de pieds : mais des ongles à leur place
qui refiemblent à celles du lion ou du fau-
con , leur te/le efi fort grande , leurs
yeux font aujfigros que deux grands pains:
Ils ont la gueule tortue ɣ si fandut qu'ils
avalent un homme fans peine, leurs dents
font dune grandeur proportionnée a leurs mâ-
choires , & elles font fi aiguës & fi horribles
à Voir y qu'il ny a point d'homme ny d'ani-
mal qui les puifse Voir fans crainte > ny s en
Approcher fans frayeur. Voycy la manière
dont on fe fert pour les prendre. Il faut
donc fçaVoir que ce ferpent a accoufiumé de
demeurer caché pondant le jour dans des ca-
vernes foujlerraines ou dans des fiantes de
rochers, é> de fortir la nuit pour s'en aller

KlRCHERÈ, 273
dans les endroits où fe retirent les autres a-
nimaiix (fans en craindre pas un) afin d'en
deVorer quelqu'un , & d'en faire ja proye.
Il mange esgatlement toute forte de befles
tant grandes que petites jufques la mefme
qu'il ri épargne pas ny les ours ny les lions,
Quand il efl une fois affiouVi & qu'il a far-
cy fin Ventre, // retourne dans fa caverne,
É3» l'on remarque que la pefauteur de fon
corps efi fi lourde, que quand il pafisie fur le
fiable} il fait une fi profonde foffe, quon
diroit quec efi quelque grand tonneau devin
qu on a roull'e la defsiut, , Lors donc que les
chasfeurs Veulent attraper ce montre, ils ne
font rien plus que mettre quantité de pieux
& de barres de fer extrêmement fortes &
bien aygues dans le fable , de peur que la
Veu'é ne donnât occafion à cet animal d'en
efviter la rencontre: defiorte qu'en ayant mis
en plufieurs endroits ; mais fur tout aux en-
virons de fa caVerne, il arrive que Voulant
Jortir à fon ordinaire pour aUer chercher ja
nourriture, il rempe fur ces râteaux & fie
perce luy me fine de ces pointes de fer 5 ain-
fi ne pouvant pas fe de/gager de ce piège,
les chafseurs qui sefioient cachés afses près
de là , accourent à mefme temps @ ache- ^a vertl*
Vent de le tuer, après quoy ils luy arrachent pent,
le fiel quils Vendent enjuite fort chèrement,
a cauje de fis rares Vert m : car ilzuerit de
beaucoup de maladies , comme par exemple
fi quelqu'un a efié mordu d'un chien enragé,
il ri a qu'a en boire de la pefanteur d'un de*
nier, & ausfi tofl il fera guéri, une femme
qui efi en travail d'enfant n'a qu'a en pren-
dre un peu & d'abord eUe fera délivrée, de
plu* fi, quelqu'un a les efmorroides il n'a
qua en oindre la partie & il fiera guéri dans
peu de temps. Les habitans dupais achep*
tent la chair ce defierpent pour la menger fans
aVoir horreur d'un tel monslre. Voyla les
parollcs de Marc 'Paul Vénitien par les-
quelles nous reconnoissbns evidam-
ment que c'est,une cspece de dra-
gon ; l'Atlas nous asiure qu'il s'en
trouve quelques uns dans la Provin-
ce de Qhekiang , lesquels n'ont point
de venin ; voycy comme il parle.

Mm
loading ...