Linant de Bellefonds, Louis Maurice Adolphe
Mémoires sur les principaux travaux d'utilité publique, exécutés en Egypte depuis la plus haute antiquité jusqu'à nos jours (Texte) — Paris, 1873

Seite: 139
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/linant_de_bellefonds1873text/0157
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
J'ai fait faire dans cette nécropole quelques fouilles superfi-
cielles, et j'y ai trouvé de très-beaux fragments d'antiquités...
Un très-joli petit obélisque en grès rouge de la montagne près de
Sultan tëarkouq, de la hauteur de lra,80, avec des inscriptions,
y avait été trouvé et porté à Goussous où je le pris.

Je crois inutile d'entrer ici dans de plus longs détails pour
déterminer la position de On des Égyptiens, d'Héliopolis des
Grecs et de Helieu des Latins ; car il a été fait de longues disser-
tations à ce sujet en rapportant les citations des auteurs romains,
et par conséquent je ne répéterai pas ce qui a été dit.

Oniosa, Castra Jndceorum. — A 20 kilomètres d'Hélio-
polis, au nord, on voit un grand monticule de décombres qui sont
les restes d'une très-grande ville : ce monticule se nomme Tel-
Yeuhoud ou Monticule des Juifs.

La ville qui se trouvait en ce lieu semble beaucoup antérieure
à l'époque où le grand Onias, venu de Jérusalem en Egypte, ob-
tint de Ptolémée Philométor, qui régnait alors, l'autorisation
d'élever un temple sur le même plan que celui de Jérusalem,
temple qui venait d'être détruit par Antiochus Épiphane, roi de
Syrie, à la prise de la ville de Jérusalem.

Ce temple, bâti par Onias, fut fermé sous Vespasien, ce qui
probablement marqua aussi la décadence de la ville qui était
connue sous le nom d'Onion.

Le temple de cette ville fut donc bâti sur le plan de celui de
Jérusalem, en l'année 173 avant Jésus-Christ, et fermé en 72 à
peu près de notre ère; ce qui lui donne 2/i5 ans de durée.

Dans un si court espace de temps une ville ne pouvait pren-
dre l'extension que semble avoir eue le Tel-Yeuhoucl, vu les dé-
combres que l'on voit encore aujourd'hui.

Il est donc probable que le grand prêtre Onias choisit, de-
manda et obtint, pour y bâtir son temple, une ville existant
déjà ou peut-être même ruinée dans laquelle habitaient déjà
des Juifs.

Effectivement aujourd'hui, dans les excavations que l'on pra-
tique, on peut remarquer dans différents endroits trois époques
de constructions, superposées les unes sur les autres.

Les constructions les plus basses ne sont composées que de
loading ...