Morgan, Jacques de [Mitarb.]
Fouilles a Dahchour: 1894 - 1895 — Wien, 1903

Seite: 77
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/morgan1903/0086
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
-xns^M^^^H

DEPENDANCES DE LA PYRAMIDE D'AMENEMHAT II.

77

^

1

3 se
ites

Itre

isse

de
que
,bas

rois
s et

des sarcophages qu'il renfermait encore, mais les spoliateurs avaient tout emporté. La tombe de
la princesse Khnoumit restera donc pour nous l'exemple le plus frappant de la richesse des tom-
beaux du moyen empire.

Mastabas contemporains d'Amenemhat II.

La nécropole des hauts fonctionnaires de la cour d'Amenemhat II se trouve située au sud de
la pyramide de ce roi, dans un large plateau qui borde la vallée.

Les tombes présentent généralement les mêmes caractères que celles qu'en 1894 j'ai rencon-
trées au nord du tombeau d'Usertesen III. Elles se composent d'un mausolée de briques crues re-
vêtu de calcaire blanc, placé au sud du puits donnant accès dans le tombeau.

Je ne reviendrai pas sur les détails de construction de ces monuments qui semblent avoir été
de mode sous les rois de la xiie dynastie. Presque toutes ces tombes avaient été spoliées, les mau-
solées détruits, les sarcophages brisés. Toutefois j'ai rencontré plusieurs cercueils, oubliés par les
spoliateurs; ils étaient semblables à ceux déjà décrits pour les princesses parentes d'Amenemhat II,

12 3 4

Fig. 126.

ornés de feuilles d'or couvertes jadis d'inscriptions. La plupart de ces textes, dont l'intérêt d'ailleurs
est presque nul, puisque ce sont toujours les mêmes formules, avaient été détruits par le temps.

Une caisse à canopes en bois, trouvée en débris vermoulus, est cependant intéressante par
le détail de son ornementation. Elle était accompagnée de deux vases d'albâtre, semblables à tous
ceux qui jusqu'à ce jour ont été rencontrés dans cette nécropole.

Deux tombeaux sont plus spécialement curieux : l'un, resté anonyme, présente de grandes
analogies avec celui d'Amenhotep et de la reine Kma-noub, mais est de dimensions plus réduites.
Sa porte bien conservée montre l'usage des courbes dans les dispositions architecturales. Cet
exemple, je crois, est le seul qui se soit rencontré en Egypte. L'autre, celui de Si-Isit, très im-
portant par les nombreux textes qu'il renferme, se rapproche beaucoup, comme construction, de
celui que je viens de citer.
loading ...