Payer, Jean-Baptiste
Traité d'organogénie comparée de la fleur (Band 1): Texte — 1857

Seite: 396
Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/payer1857bd1/0410
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
ORDRE DES PASSIFLORES.

Dans son Gênera phntarum, A.-L. de Jussicu plaça les Grenadilles à la
suite des Cupurbitacées ; pins tard, dans un mémoire spécial inséré dans
les Annales du Muséum, il en fit un groupe distinct sous le nom de Passi-
flores, et ce groupe a élé adopté depuis lors par Decandolle dans son Pro-
dromus et par tous les botanistes modernes. Seulement sa place dans la
classification générale a un peu varié. Ainsi, tandis que A.-L. de Jussicu le
met à côté des Cucurbitacées, M. Brongniart le place entre les Malesher-
biées et les Samydées dans sa classe des Passiflorinées; Endlicher entre les
Homalinécset les Malesherbiéès, dans sa classe des Pariétales, et Lindlcy
dans son Vegetable Kingdom , entre les Samydées et les Malesherbiéès, dans
son alliance des Violales.

Calice. Le calice se compose de cinq sépales qui naissent successive-
ment et se disposent en préfloraison quinconciale. Deux sont antérieurs et
superposés à la bractée mère : ce sont les sépales 1 et 3 ; deux sont laté-
raux, ce sont les sépales k et 5; enfin, le sépale 2 est postérieur. Ils sont
toujours libres entre eux jusqu'à la base, et si les auteurs les ont décrits
comme connés, cela tient à ce que le réceptacle s'évase peu à peu en une
coupe assez profonde, et que les bords relevés de ce réceptacle qui portent
les sépales ont été considérés comme faisant partie de ces sépales mêmes.
C'est un phénomène tout à fait analogue à celui que j'ai décrit à l'occasion
des Saxifrages, et il est inutile d'y revenir, d'autant plus qu'on le rencon-
tre partout dans les plantes que A.-L. de Jussicu a désignées sous le nom
général àepérigynes. Quanta la pointe qui surmonte l'extrémité supérieure
et dorsale de chaque sépale, elle apparaît presque aussitôt la naissance du
sépale lui-même.

Corolle. Les pétales sont au nombre de cinq ; ils alternent avec les sé-
pales et naissent tous ensemble, peu de temps après; ils sont toujours
complètement libres et distincts à leur base. A l'origine cela est très visible,
loading ...