Universitätsbibliothek HeidelbergUniversitätsbibliothek Heidelberg
Metadaten

Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du Département de Constantine — Sér. 3,2=23.1883-1884(1885)

DOI article: DOI Page / Citation link: 
https://doi.org/10.11588/diglit.15014#0159
Overview
loading ...
Facsimile
0.5
1 cm
facsimile
Scroll
OCR fulltext
— 137 —

Si on eût commencé cette œuvre dès le premier jour
de l'occupation française, chacun y eût apporté ses
découvertes ; aujourd'hui, s'y trouveraient réunies
des richesses que celui-là seul qui est resté quelques
années à Tébessa et s'y est occupé d'archéologie
peut s'imaginer.

Ceci dit, je reviens au sacrum.

Avant de reproduire les quelques textes nouveaux
récemment découverts sur l'emplacement de l'Henchir-
Rohban ou dans les environs, je glisse ici quelques
observations sur les différents modes de sépultures
en usage à Théveste, depuis la conquête romaine jus-
qu'à l'invasion islamique.

Il est peu aisé de se rendre un compte bien net des
époques où tel usage a prévalu sur tel autre, si on
s'en tient à une simple inspection des sépultures qui
ont été mises à jour clans la nécropole de Tébessa.
Dans certains endroits, principalement, mes fouilles
ont rencontré un tel mélange de tous les systèmes
employés, que j'ai dû renoncera faire aucune remar-
que judicieuse à l'égard des âges différents de telle
ou telle partie de cette immense nécropole.

Il est peu probable que Théveste, bien que cité
d'une certaine importance, ait eu, à l'instar de Rome,
sa via sacra bordée d'hypogées, de conditoria, de
mausolées, de sépulcres de familles. Il semble n'y
avoir eu que de simples areae creusées,, dans tous
les sens, autour de la ville actuelle, dans une zone
variant de 500 à 800 mètres de largeur.

L'area était, à proprement parler, le terme sous
lequel on désignait, en Afrique, la sépulture creusée

10
 
Annotationen