Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 21.1899

Page: 74
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1899/0084
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
74

PAPYRUS HIÉRATIQUE DE LA COLLECTION W. GOLÉNISCHEFF

PAPYRUS HIÉRATIQUE DE LA COLLECTION W. GOLÉNISCHEFF

CONTENANT LA DESCRIPTION DU VOYAGE DE L'ÉGYPTIEN OUNOU-AMON EN PHÉNICIE

PAR

W. GOLÉNISCHEFF

Peu de temps avant mon arrivée en Egypte en automne de Tannée 1891, plusieurs
Fellahs trouvèrent, dans les environs du village d'El-Khîbeh en face de Fechn, dans la
Haute-Égypte, un ancien vase en argile contenant plusieurs rouleaux de papyrus.
Comme il arrive souvent, les Fellahs se partagèrent la trouvaille, mais, pour que chacun
d'eux pût recevoir une part plus ou moins égale du butin, ils déchirèrent en morceaux
les manuscrits qu'ils avaient découverts. Par un heureux hasard, la plupart des frag-
ments de ces manuscrits arrivèrent bientôt entre les mains de deux vendeurs d'anti-
quités, que je connaissais au Caire, et peu à peu je réussis à les leur acheter.

Après un examen minutieux de ces fragments, je pus constater qu'ils avaient
appartenu à trois manuscrits différents, dont deux se laissèrent reconstituer presque
en entier et un seulement en partie. De ce dernier manuscrit, qui, autrefois, avait con-
sisté au moins en trois feuillets, je retrouvai le premier quart et la deuxième moitié
de la première page, la seconde page presque en entier et le commencement très
fruste de la troisième (ou quatrième) page. Malgré toutes mes recherches au Caire et
dans la Haute-Égypte, je ne réussis pas à trouver les parties manquantes de ce manu-
scrit, qui, tout en étant le plus long, était en même temps le plus intéressant parmi
les trois. Ce n'est qu'un an plus tard, en 1892, que je reçus de mon bon ami, le défunt
professeur Henri Brugsch, à qui j'avais montré au Caire mes papyrus, un fragment, qui
s'adaptait à la deuxième page de ce manuscrit. Le fragment en question s'était fourvoyé
dans un lot de papyrus reçu d'Egypte par ce savant, mais il n'échappa pas à l'oeil
exercé du regretté égyptologue, qui aussitôt m'en fit bien amicalement cadeau.

Malgré les lacunes qui actuellement, en plusieurs endroits, interrompent le texte
du manuscrit, ce dernier présente un nouveau et très intéressant document historique
pouvant jeter beaucoup de lumière sur les relations politiques et commerciales entre
l'Egypte et la Syrie aux temps cle la XXIe dynastie égyptienne, c'est-à-dire environ
1,000 ans avant Jésus-Christ.

Le contenu du Papyrus forme un rapport sur un voyage entrepris par un Égyptien
Ounou-Amon en Phénicie, par ordre de Hir-Hor, grand-prêtre d'Amon et roi d'Égypte.
Le but du voyage était l'achat de bois pour la construction d'un nouveau navire destiné
à naviguer sur le Nil pendant les processions religieuses en l'honneur d'Amon. Outre
les données importantes concernant plusieurs roitelets syriens, contemporains du roi-
prêtre égyptien Hir-Hor, ce manuscrit nous donne des renseignements très curieux
sur les us et coutumes de deux peuplades qui autrefois avaient habité le littoral syrien.
Entre autres, nous apprenons pour la première fois que les Zakaro (Zakar, Zakal),
dont le pays, selon plusieurs savants, se trouvait soit à l'île de Chypre, soit en Asie-
Mineure, habitaient en réalité quelque part en Phénicie (en Syrie), près de la mer, car
loading ...