Institut Français d'Archéologie Orientale <al-Qāhira> [Editor]; Mission Archéologique Française <al-Qāhira> [Editor]
Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes: pour servir de bullletin à la Mission Française du Caire — 21.1899

Page: 212
DOI issue: DOI article: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rectrav1899/0223
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
212

FIGURINES ÉGYPTIENNES DE L'ÉPOQUE ARCHAÏQUE

Karnak, s'accorde mal avec ce qu'aurait été sa position, si Hatschepsou avait encore été
vivante à ce moment. Je suis toujours plus porté à croire que, suivant la tradition des
souverains de la XVIIIe dynastie, Thoutmès III commença son règne par une expédition
en Nubie. C'est alors qu'il soumit ces peuples et ces localités dont il nous a laissé la
liste, et dont les annales ne parlent pas ; car ce qui nous en a été conservé ne commence
qu'avec les campagnes du roi en Palestine et en Syrie.

FIGURINES ÉGYPTIENNES DE L'ÉPOQUE ARCHAÏQUE

par

Édouard Naville

I

(Avec trois planches)

Les nécropoles égyptiennes de l'époque qu'on a appelée préhistorique, ou pré-ménite,
c'est-à-dire antérieure à Ménès, le premier roi de l'histoire, ou dernièrement thinite, c'est-
à-dire contemporaine des deux ou trois premières dynasties, sont très riches en vases de
diverses formes; mais elles n'ont livré jusqu'ici qu'un petit nombre de figures humaines.
M. Pétrie en a découvert quelques-unes dans la nécropole de Nagada1. M. de Morgan
en cite une provenant de Gebel el-Tarif \ Dernièrement, le Musée de Berlin en a acquis
plusieurs, dont la provenance est incertaine3. Mais si la figurine humaine est plus rare
que les représentations d'animaux, ces exemples nous prouvent qu'il en a existé, et il
est bien possible qu'il s'en trouve, dans les musées, qui n'ont pas été reconnues et classées
à la place qui leur appartient. C'est que, jusqu'à il y a peu d'années, on ne se doutait pas
de l'existence de ces nécropoles, des richesses archéologiques qu'elles renferment, et de
la phase qu'elles marquent dans le développement de la civilisation égyptienne. C'est
ce qui me paraît le cas pour deux figurines qui se trouvent dans la collection Démétrio
à Athènes. Je crois qu'il faut les rattacher à l'époque thinite, ainsi qu'une autre que
j'ai acquise chez un marchand d'antiquités à Louxor, qui est maintenant au Musée
archéologique de Genève et dont je parlerai en premier lieu.

(Pl. I.) Louxor est devenu maintenant l'un des principaux centres où les fellahs
apportent les antiquités provenant des nécropoles telles que Nagada, El-Khezam,
Gebelein et autres, qu'ils pillent et saccagent à leur aise. Aussi est-il bien possible que
cette figurine ait été découverte dans une tombe à Nagada, comme on me Ta affirmé,
mais on sait qu'il ne faut faire aucun fond sur les renseignements fournis par les
marchands arabes.

1. Pétrie, Nagada, p. 13, 16, 45.

2. De Morgan, L'Age de la Pierre, p. 151; Ethnographie, p. 52 et 54.

3. Zeitschrift, 1896, p. 161.
loading ...