Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 1.1925-1927

Page: 151
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1925_1927/0171
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
A PROPOS DE LA DANSE DES MOUAOU.

151

[8]

dieu de la renaissance, les autres avec celui de Pensevelissement, ce qui s’accorde
fort bien avec nos propres conclusions, mais lorsqu’il s’agit de textes aussi obscurs
que les rébus du genre de celui-ci, il faut ètre de la plus grande prudence.

Pour en revenir au fleuron fasciculé des frises funéraires, je crois donc devoir y
reconnaît.re une dérivation de la coiflure d’Osiris et des Mouaou, stylisée et utilisée
dans un but décoratif, mais conservant sa signification d’emblème de la renaissance
par immersion dans les eaux du Nou, tout comme les danses exécutées à la porte
du tombeau aumoment des funérailles, et de symbole osirien assurant au défunt
la protection du grand dieu des morts.

20 .
loading ...