Société Française d'Egyptologie [Hrsg.]
Revue de l'Egypte ancienne — 1.1925-1927

Seite: 182
DOI Artikel: DOI Seite: Zitierlink: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1925_1927/0202
Lizenz: Freier Zugang - alle Rechte vorbehalten Nutzung / Bestellung
0.5
1 cm
facsimile
LE POTAMOGETON LUCENS L.

D AN S

L’ÉGYPTE ANCIENNE.

UN EXEMPLE DE TRADITION
DYNS LES REPRÉSENTAT10NS FIGÜRÉES ÉGYPTIENNES,

PAR

M. LUDWIG KEIMER.

EN SOUVENIR DE GEORGES BÉNÉDITE.

Dans son li vre classique intilulé Von aegyptischer Kunst^, H. Scliâfera exceUemment
montré la subtile diiïerence qui existe entre la joie qu’on goute aux acquisitions artis-
tiques héritées du passé et une tradition d’art immobile et rigide. II a fait tabie rase
du vieux préjugé d’après lequel l’art égyptien aurait été soumis à un joug qui rendait
impossible toute innovation, toute dérogation aux anciens principes; mais d’autre
part, il n’a aucunement nié que, dans l’art égyptien — comme, d’ailleurs, dans tout
autre art — l’activité de l’artiste, d’une façon générale, consiste bien plus dans
l’étude des formes traditionnelles et dans une habile mise en œuvre de pensées artis-
tiques héritées que dans la manifestation d’une force créatrice propre. On ne saurait
préciser si les artistes égyptiens, grands ou petits, se sont servis pour Texécution de
lenrs innombrables œuvres, olficielles ou autres, de véritables recueils de modèles;

(1) 2 e édition (1922); cf. surtout le chapitre 2.
loading ...