Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 3.1929-1931

Page: 20
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1929_1931/0048
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
COSTUMES PHÉNICIENS

D’APRËS DES PEINTURES ÉGYPTIENNES

(avec trois planches, X-XIIj

PAR

M. GEORGES DARESSY.

Au commencement cle 1896, l’inspecteur des antiquite's de Gournah procédant,
sur les ordres de M. de Morgan, à la recherche de tomhes anciennes dans la nécro-
pole théhaine, explorait l’éperon qui, entre les parties de la colline nommées el
Baouha et Dra'-Ahou'l-Neggah, s’avance dans la plaine sahlonneuse. Les ruines d’une
pyramide en hriques crues surmontent ce promontoire et lui ont valu ia désignation
d’el Mandarah, ccle belvédère^. Dans cette re'gion, un seul tomheau intéressant fut
découvert, sur ie versant sud et vers le has de ce promontoire. II comprenait une
antichamhre s’étendant sur 10 mètres de longueur parallèlement au ilanc du coteau
dans iequel est creusée la sépulture, mais n’ayant que 2 m. 5o de iargeur. Un petit
corridor prenant au milieu du côté du fond donnait accès à une chamhre carrée mé-
nagée en plein roc. La montagne n’est pas solide en cet endroit; elle est profondément
fissurée, le plafond de la salle et du corridor s’était effondré et il ne restait presque
rien des peintures qui avaient orné les murs. Quant à l’antichambre, elle avait perdu
entièrement son plafond ainsi que la partie supérieure du mur extérieur et de ses
extrémités, mais les fresques peintes sur la paroi sud, celle coupée par l’entre'e du
monument, n’avaient pas trop souffert des éhoulements. Justement au sud-ouest élait

r

représentée une scène jusqu’à présent unique : l’arrivée en Egypte d’un certain
nomhre de hateaux cle commerce phéniciens, venus prohahlement de Sidon, de Bé-
ryte 011 cle Byblos.

Je travaillais alors au déhlaiement cles temples de Me'dinet Habou; aussitôt prévenu
de la découverte qui venait d’être faite à l’autre hout de la nécropole, je me hâtai
d'aller voir la tomhe, je pris note des scènes intéressantes qui lornaient et en fis la
photographie. II aurait été difficile de conserver sur place ces peintures. I^e crépi
loading ...