Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 3.1929-1931

Page: 78
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1929_1931/0128
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
LES OSTRACA COPTES DE THÈBES
CONTENANT DES COMPTES DE RÉCOLTE

PAR

M. ALEXIS MALLOX.

Le Mnsée copte du Vieux-Gaire possède une série d’ostraca semblables à ceux que
j’ai naguère trouvés à Louxor et publiés dans la Revue^, deux douzaines à peu près
complets et une demi-douzaine de fragments. Même poterie, mème graphie, même
allure. D’après le D r Sobhi, ils proviennent également de Louxor. 11s appartiennent
donc à ia même collection.

II serait sans intérêt de les publier ici in extenso. Mais je profiterai de foccasion
pour reprendre ma traduction et corriger plusieurs erreurs qui s’y sont malencon-
treusement giissées. M. Saint-Paul Girard s’est donné la peine de les signaler^. Nous
n’avons pas, hélas! dans notre désert de Jérusalem, les ressources d'une grande
bibliothèque.

11 est bien établi que l’expression er Moyxon signifie «à la meule, au moulinr. Le
passage de YExode 11, 5 : |-Hoyxo!i : 'zsccpcc tov [lvXov ne laisse pas de

doute à ce sujet. N’ayant pas les documents à ma disposition, j’avais écarté un mot
MoyxoN du féminin comme contraire au génie du copte aussi bien que du grec.
G’est pourtant un fait. |-Moy\ON ccla meulecc est un hybride. M. Saint-Paul Girard
en fait la rcgraphie copte du mot grec [ivXwvn. A cela deux difïicultés : le grec
txvXeov comme [xvXos est du masculin tandis que le copte Moyxon est du féminin;
de plus, en vertu de fiotacisme la prononciation est bien différente.

Quand finterprète copte arriva au passage de YExode mentionné plus liaut, il
trouva dans le grec zsccpà tov (xvXov qu’il traduisit J)ATeii |-Moy\ON. II possédait
donc déjà ce dernier mot dans son répertoire, sinon ii aurait adopté simplement le
terme grec, comme il faisait ailleurs. Quelle en était l’origine?

Dans la phonétique copte, on le sait, ô long devient ou après m. LesGoptes avaient

(l) Tome I, p. 155 ; tome II, p. 89. — (2) Bulletin de Vlnst.franç. d’Archêol. or., XXVTII.
loading ...