Société Française d'Egyptologie [Editor]
Revue de l'Egypte ancienne — 3.1929-1931

Page: 80
DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egypte_ancienne1929_1931/0130
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
80 ALEXÏS MALLON. [3]

Autres noms : nA20Z6KÏH\ (2 fois), nno6-enicr>2e, 2\ 4>oiMnpHC, 2\ T62pHne

(Musée copte, 1 fois).

Ge dernier contient le mot Te-2pHqe (ou T-e^pnne?) de forme nettement
égyptienne. On peut comparer : 2pnpe irfleuni; 2pnci)e ccpoids», de 2poo) ccêtre
lourdcc; 2\H6*e ccdouceurn, de 2\oc? ccêtre doux^. Le terrne n’est pas connu des
dictionnaires. Peut-etre se rattache-t-il au radical 2p K, B. J)epeB, A. gpBe ccsimu-
lacrum, phanslasmar, avec le sens de ccstatue, idoleou quelque chose de sembla-
ble. La permutation de b et de q est connue en copte : cübc cüne, cupB cDpq , cdbt
cdmt, cdcTb : cd.xh CDX.6B. Ge serait une dénomination analogue à Tell el-mashüta
en Basse-Egypte. M. Grum a eu ï’obligeance de m’écrire que le sens de ce mot lui
était également inconnu. Pensant que les ostraca qui ie portent proviennent de Siout,
il se demande si le terme ne serait pas à rapprocher de Rifeh (Deir Rîfeh). Quoi qu’ii
en soit de la provenance des ostraca, ce rapprochement est. intéressant. II ne fournit
cependant pas une solution claire et définitive, car Rîfeh semble bien être un ancien
nom local dont on ignore le sens précis.

Le mot cene (ostr. k, i ro série, et 11, s> e série) se retrouve aussi sur les ostraca
du Musée copte et dans les mêmes conditions. 11 est suivi d’une mesure en artabes,
il indique donc apparemment une qualité de grain.

D’une manière ge'nërale, le contenu de ces ostraca se ramène à ce libellé : (Gbrisme
ou croix), indiction. . . (mois, cni(|) ou enic|>[i], h\y[mi], iiaxcdh). . . (nom de
la propriété), chars. . ., sacs. . ., arlabes. . ., au moulin.

La rédaction veut être copte mais elle contient une majorité de mots grecs. Les
noms des mois sont clonnés dans leur forme grecque. Gependant emcj) est le plus
souvent sans le trait indiquant l’abréviation. Quelques ostraca portent une croix au
début. Mais sur la plupart est tracé le cbrisme dit monogramme constantinien sous
sa forme la plus simpîe -L.

Jérusalem, juin 1929.
loading ...