Revue égyptologique — 12.1907

Page: 214
DOI issue: DOI article: DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/revue_egyptologique1907/0224
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
214

Cl. Gaillard.

Aviser cinereus, Meyer.

Anser cinereus, Meyer, Taschenb. II, p. 552 (1810). — Fatio, Faune des vertébrés de la Suisse, oiseaux II,
p. 1271 (1904).

Anser férus (ex Schaeff), Gould, Birds of Europe, pl. 347 (1837). — Salvadori, Cat. Brit. Mus., vol. XXVII,
p. 89 (1895).

Anser rubrirostris, Salvadori, Cat. Brit. Mus., vol. XXVII, p. 91 (1895).

L'oie cendrée vulgaire figurée à l'extrémité gauche du panneau de Meidoum, se reconnaît aux
caractères suivants :

Tête et cou brun cendré. Dos et couvertures des ailes également brun cendré avec bordure des
plumes gris pâle ou blanchâtre. Croupion cendré bleuâtre; sus-caudales extrêmes et latérales blanches.
Queue un peu arrondie-, rectrices brun cendré en dessus, terminées par une large bande blanche. Poitrine
cendré blanchâtre; flancs ondulés de brun. Plumes sous-caudales et anales blanches. Bec entièrement jaune
orangé à onglet blanc. Iris brun. Pieds jaunâtre plus ou moins foncé, ongles noirs.

Anser cinereus est un peu plus grand que Anser sylvestris. Suivant Fatio, le tarse de l'oie cendrée
atteint une longueur de 0m069 à 0m075 millimètres. Le doigt médian avec ongle a de 0m083 à 0m091 milli-
mètres de long. Le bec mesure, aux côtés du front, de 0m061 à 0m068 millimètres.

La femelle adulte est un peu plus petite que le mâle, mais le plumage est le même dans les deux
sexes. Les jeunes sont d'une couleur générale gris mêlé de roux.

Cette espèce qui est, avons-nous dit, la souche de Foie domestique, habite le nord de la zone palé-
ai'ctique. Elle se reproduit, en Europe et en Asie, entre le 45° et le 66e degré de latitude. En automne elle
émigré vers le sud de ces continents et le nord de l'Afrique, «en Algérie et au Maroc» d'après M. Fatio.

Selon Brehm \ l'oie cendrée visite, dans ses migrations hivernales, tous les pays du midi de l'Europe
et du nord des Indes. «Elle se montre quelquefois dans le centre des Indes et le nord-ouest de l'Afrique».

Anser sylvestris, Brisson.

Anser sylvestris, Brisson, Ornith. VI, p. 265 (1760). — Fatio, Faune des vertébrés de la Suisse. Oiseaux
vol. II, p. 1275 (1904).

Anser Segetum, Gmélin, s. n. vol. I, 2, p. 512 (1788). — Gould, Birds of Europe, pl. 348 (1837).
Anser fabalis, Salvadori (ex Latham), Cat. Brit. Mus., vol. XXVII, p. 99 (1895).

L'oie sauvage ou des moissons est représentée par un seul individu, à l'extrémité droite du panneau
de Meidoum. Elle se différencie de l'oie cendrée par sa taille un peu plus faible et surtout par son bec
noir aux deux bouts et jaune au milieu. Cette coloration, qui ne se remarque plus sur la similigravure,
est visible encore sur la photographie directe du panneau.

Anser sylvestris se distingue aux particularités suivantes :

Tête et cou gris brun. Dos et couvertures des ailes brun cendré. Croupion noirâtre, avec sus-caudales
extrêmes et latérales blanches. Queue arrondie, rectrices noires en dessus, terminées par une large bande
blanche. Poitrine gris cendré; ventre et régions sous-caudales blancs.

Bec noir à la base et sur l'onglet, jaune orangé au milieu. Iris brun foncé. Pieds orangés, ongles
noirs. Suivant Fatio la longueur du tarse varie de 0m 065 à 0m 073 millimètres. Celle du doigt médian avec
ongle va de 0ra073 à 0ra082 millimètres. Le bec, aux côtés du front, atteint 0m061 à 0m070 millimétrés.

La femelle a le même plumage que le mâle, mais elle est un peu plus petite. Les jeunes sont de
teinte moins pure : La tête et le cou sont mêlés de roux, la base du bec est bordée d'une étroite bande
blanche.

Anser sylvestris, très variable dans la taille ainsi que dans les proportions du bec et des pieds, a
donné lieu à la création de plusieurs espèces qui, d'après M. Fatio, doivent entrer à titre de variétés ou
d'hybrides, dans la synonymie à?Anser sylvestris. Sont dans ce cas notamment Anser platyuros, Anser arver-
nensis et Anser obscurus de Brehm, qui se distinguent de l'oie sauvage par des dimensions un peu différentes,
par le nombre des rectrices ou par la coloration jaune du bec un peu plus étendue.

La yie des animaux. Les oiseaux vol. II. p. 735.
loading ...