Le rire: journal humoristique — 3.1896-1897 (Nr. 105-156)

Page: 2
DOI Page: Citation link: 
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/rire1896_1897/0343
License: Free access  - all rights reserved Use / Order
0.5
1 cm
facsimile
— Le dimanche, quand on ne sort pas, on prend l'air à la fenêtre.

Dessin de C. Hcard.

xxisr TRUC

Non, Subre n'était pas avare; il aurait donné dix francs pour un sou-
per, il aurait allongé un louis afin de dormir avec une dame bien faité
de sa personne ; mais, comme tous les employés de magasin, il n'ai-
mait pas payer pour aller au théâtre.

Il y a ainsi nombre de personnes relativement intelligentes, qui con-
sidèrent comme honteuse l'action d'échanger cinq francs contre un
fauteuil d'orchestre.

Seulement, Subre ne connaissait aucun journaliste, aucun secrétaire
de théâtre ; il ne s'était lié avec aucun cabotin ; les auteurs dramati-
ques, il les ignorait; alors, comment avait-il ses entrées à l'œil, par-
tout? Comment le voyait-on à toutes les premières?

Voilà où mon histoire — stupide jusqu'ici — devient instructive.
Suhre avait inventé une manière de taper très spéciale. Il ouvrait,
chaque matin, son journal et parcourait le Courrier des Théâtres ; il
sautait par-dessus les matinées, les concerts de bienfaisance ; mais il
se fixait au programme des premières; il étudiait avec attention la liste
des personnages. Supposons, par exemple, que l'on donnât aux Nou-

veautés Champignol malgré lui. Subre sautait sur son papier à lettre
d'Annonay et de sa bonne plume de Tolède trempée dans sa bonne
encre de...c. il écrivait à M. Georges Feydeau :,

« Monsieur,

« Je vois annoncée pour demain la première de votre pièce Champi-
gnol malgré lui; je suis sûr qu'un-nouveau succès se prépare pour
vous. Cependant, permettez-moi de vous faire une légère réclamation:
votre principal personnage se nomme Champignol; or, il se trouve
que, moi aussi, je me nomme Champignol. Sans doute il n'est pas très
agréable de"voir son nom figurer dans une pièce de théâtre; toutefois,
puisque les programmes sont imprimés, puisque les affiches sont pla-
cardées, je ne prétends pas vous obliger à changer le nom de votre
héros; mais je vous prierais de m'accorder comme compensation deux
places que vous laisserez à mon nom, au contrôle ; je les prendrai.

« Veuillez agréez, etc., etc. « Signé: Champignol. »

M. Feydeau pensait, en recevant cette lettre : « Tiens I c'est drôle ! »
Et il n'osait refuser les deux places demandées; le lendemain, Subre
recommençait avec Gandillot, avec Bisson, avec Valabrègue ; et il si-
gnait Lecardonnel, Blésinard, Pontbiquet, ou Lahirel, ou Bougarel;
il écrivit à Courteline sous le nom de Boubouroche, et à Capus sous le
nom de Brignol. Comme les auteurs dramatiques sont des âmes can-
dides qui croient que * tout arrive », le truc prenait chaque fois. Le
soir, Subre se présentait bravement et demandait au contrôle : « Vous
avez deux places pour moi, je suis M. Champignol, » ou « je suis
M. Pontbiquet » ou « je suis Ferdinand le Noceur », et pas une fois il
ne s'en retourna bredouille.

Un jour pourtant, il eut une alerte; il lui était tombé du ciel un pa-
rent de province, ancien principal de collège, qui voulait aller au
Théâtre-Français. Subre lui dit : « Attends un peu, je te montrerai une
première ; ils vont changer le spectacle ». Et le lendemain, il conta son
trucau principal. « Ilsjouent ce soir Sganarelle ouïe Cocu imaginaire ;
alors j'ai écrit à l'auteur pour lui dire que je m'appelais Sganarelle,
que je pourrais me formaliser de voir mon nom sur une affiche; mais
que, etc., etc.. enfin, je lui demande deux places; je me suis rensei-
gné, c'est un sieur Molière, mais il s'appelle de son vrai nom Poquelin;
avec un nom comme ça, il ne peut rien me refuser. »

— Malheureux, tu as écrit à Molière !

w J'ai écrit à de plus malins que lui qui m'ont répondu.

— Mais il est mort depuis plus de deux cents ans ! Il ne peut pas
t'envoyer de billets. '

— Allons donc ! Il serait le premier qui m'aurait refusé des places,
dit Subre.

Et il avait raison, car, le soir, il y avait au contrôle deux places au
nom de M. Sganarelle.

Bill Sharp.

LA FOLIE DES GRANDEURS Dessin de ttODBttLE.

Werk/Gegenstand/Objekt

Titel

Titel/Objekt
Le rire: journal humoristique
Sachbegriff/Objekttyp
Grafik

Inschrift/Wasserzeichen

Aufbewahrung/Standort

Aufbewahrungsort/Standort (GND)
Universitätsbibliothek Heidelberg
Inv. Nr./Signatur
G 3555 Folio RES

Objektbeschreibung

Maß-/Formatangaben

Auflage/Druckzustand

Werktitel/Werkverzeichnis

Herstellung/Entstehung

Künstler/Urheber/Hersteller (GND)
Huard, Charles
Roubille, Auguste Jean Baptiste
Entstehungsdatum
um 1897
Entstehungsdatum (normiert)
1892 - 1902
Entstehungsort (GND)
Paris

Auftrag

Publikation

Fund/Ausgrabung

Provenienz

Restaurierung

Sammlung Eingang

Ausstellung

Bearbeitung/Umgestaltung

Thema/Bildinhalt

Thema/Bildinhalt (GND)
Karikatur
Satirische Zeitschrift

Literaturangabe

Rechte am Objekt

Aufnahmen/Reproduktionen

Künstler/Urheber (GND)
Universitätsbibliothek Heidelberg
Reproduktionstyp
Digitales Bild
Rechtsstatus
CC BY-SA 4.0
Creditline
Le rire, 3.1896-1897, No. 132 (15 Mai 1897), S. 2 Universitätsbibliothek Heidelberg
loading ...